Gagneurs d'âmes (Page 12 / 32)

Un e-book de T.L Osborn

Née dans un embrasement

Je n'avais que douze ans lorsque je me suis converti, et à partir de ce jour-là, j'ai voulu être un gagneur d'âmes. J'étais le septième fils de mes parents. Mon père était lui-même le septième fils de ses parents. J'ai grandi dans une ferme où nous travaillions très dur.

Un de mes frères aînés fut converti dans une réunion de plein air comme cela se passait autrefois. Il y eut un tel changement en lui que je fus très intéressé. Lonnie, mon frère, m'emmena dans une réunion de réveil à Mannford, en Oklahoma. Ce soir-là, je reçus Jésus-Christ comme mon Sauveur et je devins Son disciple. Je commençai à faire tout mon possible pour témoigner aux inconvertis de ma région.  

Avec une imprimerie-jouet, cadeau de Noël, j'imprimais des versets bibliques sur des bouts de papier – mes premiers traités, et je les distribuais aux habitants. La population se montait à moins de trois cent cinquante personnes. J'étais loin de m'imaginer que, quelques années plus tard, nous publierions de la littérature chrétienne en cent trente-deux langues, à la cadence de plus d'une tonne par jour ouvrable.  

J'ai commencé à prêcher à l'âge de quinze ans. Daisy et moi nous sommes mariés à dix-sept et dix-huit ans. Nous étions missionnaires en Inde à l'âge de vingt et vingt et un ans. Nous avons prêché à des millions de gens, face à face, dans soixante-treize pays jusqu'au décès de mon épouse.  

Plus nous avons étudié la Bible, et plus nous avons voyagé dans l'évangélisation, plus Dieu nous a convaincus que, pour des Chrétiens, le plus beau ministère est de conduire quelqu'un à Christ.  

Dans ce livre, nous soulignons sept raisons pour lesquelles nous sommes des gagneurs d'âmes.  

Deux sortes d'évangélisation  

Comme nous l'avons déjà souligné, les Actes des Apôtres signalent que les croyants du premier siècle témoignaient de Christ et partageaient ses enseignements 1) en public et 2) de maison en maison. À l'occasion, des foules s'attroupaient pour entendre l'un d'entre eux parler ou prêcher, surtout si un miracle de guérison peu ordinaire s'était produit;Act.3:1-11;5:12-16;8:5-8;9:33-34;14:8-11 mais le ministère individuel de chaque Chrétien se faisait plutôt lors de rencontres personnelles avec ceux qui ignoraient tout de Christ.  

Le livres des Actes commence avec un rappel de tout ce que Jésus avait commencé de faire et d'enseigner.Act.1:1

Sa vie servait d'inspiration et de modèle aux premiers disciples. Il leur avait dit :

12 En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les oeuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m'en vais au Père;

Ils croyaient ses paroles. Leur objectif était de continuer de faire et d'enseigner le même Évangile que lui. Ils avaient compris que Jésus-Christ vivait et travaillait en eux et par eux. Ils étaient sa voix, ses pieds, son corps. Il continuait ce qu'il avait commencé et il le faisait au travers d'eux.

Juste avant son ascension, Christ avait dit à ses disciples où aller et que faire :

8 Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre.
 

Une carte de la géographie de l'époque nous permet de voir ce que cela veut dire : Jérusalem représentait leur ville, toute la Judée impliquait leur région, leur province, leur pays.  

Pas de discrimination  

Mais pourquoi a-t-Il précisé la Samarie ? Cette région faisait partie de la Judée, et Il avait déjà dit dans toute la Judée. Il a précisé la Samarie car c'était une région tenue à l'écart. Rappelez-vous comment la femme samaritaine avait répondu à Jésus :

9 La femme samaritaine lui dit : Comment toi, qui es Juif, me demandes-tu à boire, à moi qui suis une femme samaritaine ?-Les Juifs, en effet, n'ont pas de relations avec les Samaritains. -

Et les Juifs avaient injurié Jésus en lui disant :

48 Les Juifs lui répondirent : N'avons-nous pas raison de dire que tu es un Samaritain, et que tu as un démon ?

Jésus a dit à ses disciples d'atteindre toute la Judée ; puis Il a précisé et la Samarie – les marginaux, qui souffrent et que personne n'aime. Notre Samarie, c'est peut-être les réserves indiennes ou aborigènes, les demandeurs d'asile, les enclaves minoritaires, les campements de travailleurs itinérants, les camps de réfugiés ou de personnes déplacées, les ghettos, les centres de réhabilitation, les colonies d'immigrants, ou tout autre lieu considéré inférieur et tenu à l'écart du courant principal de la société.  

Jésus a spécifié ces lieux, puis Il a ajouté : et jusqu'aux extrémités de la terre. En d'autres termes, Il disait : « Chez nous et à l'étranger » Gagner les âmes est un ministère mondial.  

L' Église primitive pratiquait 1) l'évangélisation de masse et 2) l'évangélisation personnelle. Pendant plus d'un demi-siècle, nous avons fait de notre mieux pour suivre l'exemple de ces premiers croyants et croyantes.

Dans l'évangélisation de masse, nous avons déjà prêché à des millions de gens, face à face. Mais, bien que des multitudes soient venues à nos croisades, il existe dans le même pays des millions de gens qui ne viennent jamais. L'évangélisation de masse ne peut atteindre que ceux qui assistent aux croisades. Elle ne pourra jamais toucher les millions d'autres qui ne viendront pas.  

Les émissions d'évangélisation radiodiffusées ou télévisées ne peuvent atteindre que les personnes qui ont la chance d'avoir un poste récepteur. Mais ils ne pourront jamais influencer les nombreux millions de gens qui sont dans les milieux trop pauvres ou trop primitifs pour avoir accès à ces médias.  

Comment les atteindre tous  

L'ensemble de la population ne peut être atteinte que par l'évangélisation personnelle. C'est la seule façon de communiquer l'Évangile à chaque créature. Même ceux qui ne sont pas gagnées à Christ de cette façon pourront au moins recevoir un témoignage personnel de son amour.  

L'institut biblique Moody a estimé que moins de cinq pour cent des chrétiens ont conduit une âme à Christ et que, dans les nations qui se disent chrétiennes, seule dix pour cents de la population va à l'église. Dieu obtient plus de coopération de la part des incroyants que de celle des chrétiens. Beaucoup d'inconvertis viennent dans la maison de Dieu ; mais il n'y a que peu de chrétiens qui vont partager Christ sous le toit des incroyants.  

Dieu n'a jamais dit : « Vous, les inconvertis allez dans ma maison et soyez sauvés de peur de mourir. » Mais il a bien dit : Vous (les croyants), allez vers chaque créature.

15 Puis il leur dit : Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création.

L'apôtre Paul était ce genre de croyant. Il discutait...avec les Juifs et les non-Juifs...et sur la place publique, chaque jour, avec les gens qu'il pouvait y rencontrer.

17 Il s'entretenait donc dans la synagogue avec les Juifs et les hommes craignant Dieu, et sur la place publique chaque jour avec ceux qu'il rencontrait.

Des gradins à l'arène

Être personnellement des gagneurs d'âmes transforme les croyants, en les faisant sortir des gradins où ils n'étaient que spectateurs et se bornaient à écouter la Parole, pour les catapulter dans l'arène de l'action où ils la mettront en pratique.

22 depuis le baptême de Jean jusqu'au jour où il a été enlevé du milieu de nous, il y en ait un qui nous soit associé comme témoin de sa résurrection. 23 Ils en présentèrent deux : Joseph appelé Barsabbas, surnommé Justus, et Matthias. Lire la suite
 

Rien n'est plus exaltant que de venir à l'église et de voir à côté de soi un nouveau converti que l'on a personnellement amené à Christ. C'est grâce à vous que cette personne a été gagnée pour Christ. Aucune église ne peut être inefficace lorsque des membres de cette trempe sont répandus dans l'assemblée.  

L'Église primitive est née dans un embrasement d'évangélisation personnelle. Un réveil de cette passion balaie le monde aujourd'hui alors que les Chrétiens et les Chrétiennes écrivent le dernier chapitre des Actes des croyants avant le retour de Christ.

Dans les 7 prochains chapitres, nous vous ferons part de sept raisons pour les quelles nous sommes des gagneurs d'âmes :  

  1. Parce que Jésus l'était.
  2. Parce que la moisson est si grande.
  3. Parce que les ouvriers sont peu nombreux.
  4. Parce que Jésus a dit de le faire.
  5. Parce que les prophéties concernant le retour de Christ ne sont pas toutes accomplies.
  6. Parce que nous ne voulons pas sur nos mains le sang des inconvertis.
  7. Parce que notre expérience personnelle nous a montré que les méthodes bibliques demeurent agissantes aujourd'hui.   
Photo de T.L Osborn
Docteur, auteur et évangéliste international

Commentaires

Faites partie des 1 500 visionnaires
Pub Publicité
28:33
Élargis ta capacité à recevoir de Dieu - Dorothée Rajiah Paris Centre Chrétien Disponible dans 14 h
28:28
Les 4 types de coeurs - partie 1 - Alain Patrick Tsengue 30 minutes à l'ACER Disponible dans 8 h
28:48
L'intégralité du message - Franck Alexandre Glorieuse destinée Disponible dans 7 h