Le voyage du Pèlerin (Livre complet) (Page 8 / 36)

Un e-book de John Bunyan

Chap. 7– Le fardeau tombe..

Le fardeau tombe, 3 hommes endormis, côteau des difficultés

Dès les pas que l'âme fait dans le chemin de l'Evangile, elle se sent absolument déchargée de ses péchés. Différentes manières dont on peut périr dans la voie du salut.


Je vis aussi que le chemin élevé où le Chrétien marchait était muni, d'un côté et de l'autre, d'une muraille qui se nomme le Salut. Et c'est dans ce moment qu'il continuait de courir, non sans beaucoup de peine, à cause du fardeau dont il était charge. Cependant il avançait de plus en plus, jusqu'à ce qu'il arriva dans un endroit un peu plus élevé, où se trouvait une croix et un peu au-dessous d'elle un tombeau. Au moment où le Chrétien approcha de la croix, je vis que son fardeau tomba de dessus son dos et fut abîmé dans un gouffre profond; de sorte que le Chrétien ne le revit plus jamais.

Ce fut alors qu'il ressentit une véritable joie, et qu'il commença à s'écrier, plein d'allégresse: "Il m'a donné le repos par sa tristesse, et la vie par sa mort".

Le Chrétien s'arrêta là quelques temps, s'étonnant au dernier point de ce que la seule vue de la croix l'eût ainsi déchargé de son fardeau; et il ne cessait de la contempler en versant un torrent de larmes.

Pendant qu'il était ainsi arrêté à contempler cette croix et à fondre en larmes, il aperçut trois personnages qui jetèrent les yeux sur lui et qui le saluèrent en ces termes: "Paix vous soit". Le premier ajouta encore ces mots: "Vos péchés vous sont pardonnés":
 

5 Jésus, voyant leur foi, dit au paralytique : Mon enfant, tes péchés sont pardonnés.


L'autre le dépouilla de ses vieux et sales haillons, et le revêtit d'habits splendides:
 
4 L'ange, prenant la parole, dit à ceux qui étaient devant lui: Otez-lui les vêtements sales ! Puis il dit à Josué: Vois, je t'enlève ton iniquité, et je te revêts d'habits de fête. 5 Je dis : Qu'on mette sur sa tête un turban pur ! Et ils mirent un turban pur sur sa tête, et ils lui mirent des vêtements. L'ange de l'Eternel était là.


Le troisième lui mit une marque sur le front, et lui donna aussi un mémoire d'où pendait un sceau:
 
13 En lui vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l'Evangile de votre salut, en lui vous avez cru et vous avez été scellés du Saint-Esprit qui avait été promis,


Il lui recommanda de le considérer toujours bien attentivement pendant sa course et de le remettre ensuite à la porte céleste, ajoutant qu'il ne serait point reçu sans ce sceau. Ensuite le Chrétien poursuivit sa course en sautant de joie, et chantant ce cantique:
 
15 Et vous n'avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte; mais vous avez reçu un Esprit d'adoption, par lequel nous crions : Abba ! Père ! 16 L'Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Lire la suite


Chargé du faix insupportable
Du péché, je n'avais ni trêve ni repos;
Mais enfin en ce lieu, ô bonheur ineffable!
Je trouve un terme à tous mes maux.

Quelle vertu, quelle efficace,
Se déploie en ce lieu sur les pauvres pécheurs!
Qu'ils sentent sur-le-champ, ô indicible grâce!
D'un tel poids soulager leurs coeurs.

Ici je sens finir les peines
Que ce pesant fardeau m'a fait longtemps souffrir.
Ici dans un instant je vois tomber mes chaînes!
Dois-je encor craindre de mourir?

Béni soit ce bois salutaire.
Bénie soit cette mort qui nous rend le repos!
Mais béni soit surtout le Sauveur débonnaire
Qui pour nous souffrit tant de maux!

Comme il continuait ainsi sa course, il arriva dans une vallée où il entrevit, un peu à côté du chemin, trois hommes qui dormaient profondément, et qui avaient les jambes liées de chaînes. L'un se nommait l'Inconsidéré, l'autre le Paresseux, et le troisième le Téméraire.
Le Chrétien, les voyant dans cet état, s'approcha d'eux d'un peu plus près, pour essayer s'il ne pourrait point les réveiller, et il leur cria:

- Vous faites comme ceux qui dorment au sein d'une mer orageuse, sur le mât d'un navire. C'est pourquoi, réveillez-vous, secouez vos chaînes; souffrez du moins qu'on vous délie; je veux vous aider en cela autant qu'il en est en mon pouvoir. Ah! Si celui qui rôde autour de vous comme un lion rugissant, cherchant qui il pourra dévorer, vient fondre sur vous, vous serez la proie de sa fureur. Hélas! Je vois qu'il s'est déjà préparé une victoire presque infaillible, en vous liant les pieds pour vous rendre la fuite impossible.

8 Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera.


Pendant qu'il les regardait et qu'il leur parlait ainsi, l'Inconsidéré dit: "Je ne vois point de danger". Le Paresseux dit: "Encore un peu de sommeil". Et le Téméraire dit: "Il se peut bien qu'il y ait quelque peu de danger, mais je me tirerai d'affaire également". Ainsi ils se couchèrent derechef pour se rendormir, et le Chrétien continua son chemin.

Il était cependant navré de douleur quand il réfléchissait sur le danger que couraient ces malheureux, et sur le refus qu'ils avaient fait du secours qu'il aurait pu leur donner, soit par ses vives exhortations, soit par ses conseils. Pendant qu'il déplorait ainsi leur sort, il aperçut, du côté gauche du chemin, deux hommes qui passaient par-dessus la muraille pour marcher avec lui dans le chemin étroit. L'un se nommait le Formaliste et l'autre l'Hypocrite.

Ces deux personnes s'étant jointes au Chrétien, il leur parla de cette manière:
- D'où venez-vous, messieurs, et où voulez-vous aller?

Ils répondirent:
- Nous sommes nés dans le pays de la Vaine gloire, et nous allons à la montagne de Sion pour acquérir des louanges.

- Pourquoi, dit le Chrétien, ne venez-vous pas par la porte qui est à l'entrée de ce chemin? Ne savez-vous pas qu'il est écrit: "Que celui qui n'entre pas par la porte, mais qui vient d'ailleurs, est un larron et un brigand" (Jean 10:1)?

Ils répondirent d'un commun accord que tous leurs compatriotes estimaient qu'il fallait faire un trop long détour pour arriver précisément par cette porte dans cette voie. Et qu'ainsi, pour abréger le chemin, c'était leur coutume de passer par un sentier à côté, et de sauter la muraille comme ils venaient de le faire.

- Mais, répliqua le Chrétien, cela ne doit-il pas être regardé comme une transgression de l'ordre du Seigneur de cette cité où vous prétendez aller; et, par conséquent, n'est-ce point se moquer de sa volonté révélée?

Ils lui répondirent qu'ils n'avaient que faire de se rompre la tête sur cela; que ce qu'ils faisaient était selon l'ancienne coutume, et que, s'il était nécessaire, ils prouveraient par des témoignages authentiques, que la chose avait été ainsi pratiquée depuis près de 2000 ans.

Le Chrétien - Mais pensez-vous que votre manière d'agir puisse soutenir l'épreuve de la loi?

Ils répondirent là-dessus qu'une coutume d'une telle ancienneté serait, sans doute, reçue par tout juge impartial comme très légitime. - Outre cela, ajoutèrent-ils, pourvu que nous fassions le chemin, qu'importe de quelle manière nous y seront entrés? N'y sommes-nous pas également? Quant à vous, nous remarquons bien que vous avez passé par la porte, et cependant vous n'êtes encore que sur la route, et pas plus avancé que nous qui avons passé par-dessus la muraille. En quoi donc votre condition est-elle meilleure que la nôtre?

- Je marche, dit le Chrétien, selon la règle de mon Maître; mais vous, vous ne marchez que selon les mouvements profanes de votre fantaisie. Déjà le Seigneur de la voie vous regarde comme des larrons; ainsi il est fort à craindre que vous ne soyez traités comme des serviteurs infidèles, lorsque vous serez au bout de la carrière. Vous y entrez de vous-mêmes, sans la conduite du Maître; il faudra que vous en sortiez, si sa miséricorde ne se déploie sur vous et ne vous fait grâce.

Ces hommes n'eurent pas grand-chose à répliquer. Ils se contentèrent de dire au Chrétien qu'il n'avait qu'à prendre garde à lui-même. Et ils poursuivirent leur chemin chacun de son côté, sans parler plus longtemps ensemble. Ils ajoutèrent seulement que, quant à de qui concerne la loi et les commandements, ils ne doutaient point qu'ils ne les observassent aussi fidèlement que lui, et qu'ils ne voyaient pas en quoi il se distinguait d'eux, si ce n'est pas le manteau dont il était couvert, et qui, ajoutaient-ils, lui avait été donné par quelque ami pour couvrir sa honte et sa nudité.

- Mais, leur répondit le Chrétien, au sujet de votre première observation, vous ne saurez pas sauver par la loi et par la pratique des commandements de Dieu, puisque ayant manqué en tous points à ses commandements c'est cette loi qui vous condamnerait.

1 O Galates, dépourvus de sens ! qui vous a fascinés, vous, aux yeux de qui Jésus-Christ a été peint comme crucifié ?


Vous n'entrez donc pas par la véritable porte, en voulant être sauvé de cette manière. Quant à ces habits dont je suis vêtu, je les ai reçus du Seigneur du lieu où je vais; et, en effet, comme vous le dites fort bien, pour couvrir la honte de ma nudité, ce qui est le plus éclatant témoignage que le Seigneur ait pu me donner de sa bienveillance; car, au lieu qu'auparavant je n'avais sur moi que quelques restes de vieux lambeaux, maintenant il m'a donné ce vêtement pour le consoler et m'encourager dans le voyage. Et je m'assure que, lorsque je serai arrivé à la porte de la cité, le Seigneur qui y règne me reconnaîtra pour sien, puisqu'il m'a revêtu lui-même de ses propres habits, par un effet de sa pure grâce. Outre cela, j'ai encore sur le front une marque à laquelle vous n'avez peut-être pas pris garde, et qu'une personne très particulièrement connue de mon Seigneur y a imprimée, au jour où mon fardeau tomba de dessus de mes épaules. Je puis bien encore vous dire que, pour me consoler pendant mon voyage, il m'a donné un mémoire scellé de son sceau, avec ordre de le remettre à la porte du ciel pour pouvoir y entrer. Or, je doute que vous ayez aucune de ces choses; non, vous ne les avez pas, puisque vous n'êtes pas entrés par la porte.

A toutes ces choses, ces deux hommes ne donnèrent aucune réponse; mais ils se regardèrent l'un l'autre et sourirent.

Cependant, ils continuèrent tous trois leur chemin. Mais le Chrétien marchait toujours devant, ne s'entretenant plus avec personne qu'avec lui-même, tantôt soupirant, tantôt tressaillant de joie. Il lisait très souvent dans le mémoire que l'un des Rayonnants lui avait donné, et qui servait puissamment à son encouragement.

Je les vis marcher ensemble jusqu'au moment où ils arrivèrent au pied d'un coteau, nommé le Coteau des difficultés, au pied duquel coulait une fontaine. En cet endroit, à côté du chemin qui vient directement de la porte, il y avait deux sentiers: l'un tirant à droite et l'autre à gauche. Mais le chemin étroit, qui était aussi le droit chemin, tendait directement à la colline, dont la montée est nommée Pénible. Chrétien alla premièrement à la fontaine pour s'y rafraîchir un peu. Ensuite, il se mit à monter le coteau en chantant:

De ce mont la pente rapide
Semble impossible à surmonter;
J'entreprends pourtant d'y monter
Avec un courage intrépide.

On ne craint nullement la peine
Lorsqu'on a devant les yeux
Le prix céleste et glorieux
D'une félicité certaine.

Mieux vaux suivre la droite voie,
Parmi les soupirs et les pleurs,
Que de suivre un chemin de fleurs
Pour être de la mort la proie.

Les deux autres marchèrent aussi jusqu'au pied du coteau. Mais lorsqu'ils virent combien il était haut et rapide, et qu'ils aperçurent deux autres chemins à côté plus commodes, ils s'imaginèrent que ces deux chemins pourraient bien se rencontrer ensuite et aboutir à celui que suivait le Chrétien. Ainsi, ils résolurent d'entrer dans ces chemins, dont l'un se nomme Danger et l'autre Anéantissement. L'un d'eux prit le chemin du Danger qui le mena dans une grande forêt, et l'autre le chemin de l'Anéantissement qui le conduisit dans une grande campagne remplie de hauteurs éblouissantes, où il trébucha et fit chutes sur chutes, jusqu'à ce qu'enfin on ne le revit plus jamais.

Photo de John Bunyan
Pasteur

2 commentaires

Faites partie des 1 500 visionnaires
Pub Publicité
28:44
Comment bien choisir une amie ? - Audrey Mack Parole de femmes Disponible dans 4 h
26:56
Persévérez jusqu'au bout - partie 1 - Jean Turpin Église Le Centre Disponible dans 11 h