Le voyage du Pèlerin (Livre complet) (Page 17 / 36)

Un e-book de John Bunyan

Chap. 16 – Suite du récit du Fidèle, La Honte

Obstacle que la fausse honte met aux progrès de l'âme chrétienne.

Le Chrétien -
N'y avez-vous rencontré personne d'autre?

Le Fidèle - J'y rencontrai encore la Honte, qui est celui de tous ceux que j'ai trouvés sur ma route à qui le nom qu'il porte convient le moins; car les autres souffraient encore que je leur résistasse ou que je leur répliquasse quelque chose. Mais pour cet orgueilleux visage de la Honte, on ne peut rien trouver qui le réduise au silence.

Le Chrétien - Qu'est-ce donc qu'il vous dit?

Le Fidèle - Il me fit mille objections contre la religion; C'était, disait-il, une chose vile et méprisable que de se montrer si entiché de l'idée de servir Dieu; une chose indigne d'une âme éclairée que d'avoir la conscience si délicate. C'était s'exposer à l'opprobre du monde que de veiller si soigneusement sur ses discours et sur ses actions, et de se priver de la noble liberté dont les beaux esprits de notre temps ont accoutumé d'user. Il m'alléguait aussi qu'il y avait peu de riches, de puissants et de gens comme il faut qui entrassent dans mes sentiments, et qui fussent ainsi disposés à quitter tout pour un je ne sais quoi. Il parlait avec beaucoup de mépris de l'état chétif et abject de ceux qui, en leur temps, avaient été les plus fameux pèlerins, comme aussi de leur ignorance et du peu d'intelligence qu'ils ont eue dans toutes les sciences.
 

26 Considérez, frères, que parmi vous qui avez été appelés il n'y a ni beaucoup de sages selon la chair, ni beaucoup de puissants, ni beaucoup de nobles.

 
4 et ma parole et ma prédication ne reposaient pas sur les discours persuasifs de la sagesse, mais sur une démonstration d'Esprit et de puissance,


En un mot il m'objecta beaucoup d'autres choses que je saurais toutes rapporter. Il disait, par exemple, que c'était une honte, lorsqu'on était à un sermon, d'y soupirer et d'y gémir; que c'était une honte de se lamenter et de pleurer dans sa maison; que c'était une honte de demander pardon à son prochain pour quelque légère offense, et de lui faire restitution quand on lui avait causé quelque dommage; que c'était une honte de fréquenter des personnes de le lie du peuple, quelque honnêtes gens qu'elles fussent; de renoncer au commerce des grands pour quelque faiblesse (c'est le nom radouci qu'il donnait aux vices capitaux). Bref, il me tint beaucoup de discours que je ne saurais vous rapporter.

Le Chrétien - Que lui disiez-vous là-dessus?

Le Fidèle - Au commencement, je ne savais presque que lui répliquer. Il me pressait si fort que j'étais prêt à me laisser gagner, et le sang me montait déjà au visage. Mais enfin je fis réflexion que tout ce qui est grand devant les hommes est une abomination devant Dieu.
 
15 Jésus leur dit : Vous, vous cherchez à paraître justes devant les hommes, mais Dieu connaît vos coeurs; car ce qui est élevé parmi les hommes est une abomination devant Dieu.


Puis je pensai que la Honte ne faisait mention que des hommes, et ne disait pas un seul mot de Dieu ni de sa Parole. Je me dis aussi qu'au dernier jour nous serons destinés à la vie ou à la mort, non point selon les esprits sublimes de ce monde, mais selon la sagesse et la loi du Très-Haut. C'est pourquoi, je conclus qu'il était plus sûr de se conformer à la Parole de Dieu qu'au jugement trompeur de tous les hommes du monde. Puis donc que Dieu élève son service au-dessus de tout, puisqu'il fait cas d'une conscience délicate, puisque ceux qui sont rendus fous pour le royaume des cieux sont les plus sages, et qu'un pauvre qui aime Jésus Christ est plus riche que le plus grand du monde qui ne l'aime pas. “Arrière de moi!”, m'écriai-je, Honte, ennemi de ma félicité.

18 Que nul ne s'abuse lui-même : si quelqu'un parmi vous pense être sage selon ce siècle, qu'il devienne fou, afin de devenir sage.


Quoi! Faudrait-il que je te reçusse et que je m'arrêtasse à toi au préjudice de mon Souverain? Comment oserais-je le regarder à sa venue, si j'avais honte maintenant de ses voies et de ses serviteurs?

38 Car quiconque aura honte de moi et de mes paroles au milieu de cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l'homme aura aussi honte de lui, quand il viendra dans la gloire de son Père, avec les saints anges.


Et comment pourrais-je espérer mon salut?

Mais cet homme, la Honte, n'était, au fond, qu'un misérable orgueilleux, et j'eus bien de la peine à m'en défaire, car il voulait à toute force m'accompagner, me soufflant tantôt ceci, tantôt cela, et me faisant, au sujet de la piété, tantôt un reproche, tantôt un autre. Mais enfin je lui dis qu'il perdait son temps à me parler davantage, puisque c'était précisément dans ces choses qu'il méprisait si fort que je faisais consister ma plus grande gloire. Par là je fus délivré de cet hôte importun, et, après m'en être débarrassé, je m'assis et me mis à chanter.

Qu'une âme qui ne soupire
Qu'après les solides biens
Ressent un cruel martyre
Du monde et de ses liens!

Si parfois elle se flatte
D'avoir surmonté la chair
Un nouveau danger éclate
Un nouvel assaut la perd.

Sa subtile tromperie
Ses aiguillons, ses attraits,
Rendent amère la vie
A tous les enfants de paix.

Celui donc qui sera sage
Et qui veut heureusement
Finir son pèlerinage
Qu'il se porte vaillamment.

Qu'il se prescrive une tâche,
Sans plus jamais se lasser;
Qu'il combatte sans relâche
Tout ce qui peut le blesser.

Que jour et nuit il se garde
De ses propres mouvements,
Des appas de la paillarde
Et de ses enchantements.

Car celui qui se rengage,
Etant sorti de ses lacs,
s'expose à faire un naufrage
Dont il ne reviendra pas.

Le Chrétien - Je suis ravi, mon frère, que vous ayez résisté si courageusement à ce vaurien (car on ne peut lui donner d'autre nom, et, comme vous dites, il porte un nom qui ne lui convient nullement). Il se nomme la Honte, et c'est l'homme le plus effronté, qui cherche à nous couvrir de confusion devant tout le monde, et qui voudrait nous forcer à rougir de ce qui est véritablement bon et louable: en quoi il fait voir qu'il a lui-même rejeté toute pudeur. C'est pourquoi résistons-lui vigoureusement, si nous sommes sages, car il n'y a que les fous qui s'y laissent prendre.

Le Fidèle - Je crois que contre cet ennemi, la Honte, nous devons appeler à notre secours les règles, l'exemple et les promesses de Celui qui est venu pour nous faire triompher sur terre dans la vérité.

Le Chrétien - Vous dites vrai. Mais n'avez-vous point eu d'autre rencontre dans cette vallée?

Le Fidèle - Aucune, car le soleil m'a éclairé pendant tout le chemin, et même dans la vallée de l'Ombre de la mort.

Le Chrétien - Cela a été un grand bonheur pour vous. Quant à moi, je puis bien vous dire que je n'ai pas été aussi heureux.

Là-dessus le Chrétien raconta à son compagnon son combat avec le Destructeur, le danger qu'il y avait couru, sa merveilleuse délivrance et le chemin périlleux de la Vallée obscure, où, ajouta-t-il, je n'ai pas vu un seul rayon de lumière pendant presque la moitié du chemin, de sorte que deux ou trois fois je crus que j'allais périr. Mais enfin le jour parut, et, le soleil étant levé, je continuai mon chemin plus à mon aise.

Photo de John Bunyan
Pasteur

Commentaires

Faites partie des 1 500 visionnaires
Pub Publicité