Le voyage du Pèlerin (Livre complet) (Page 11 / 36)

Un e-book de John Bunyan

Chap.10 – Suite, Entretien religieux

Suite du même sujet.

Ici la Charité prit la parole et lui demanda s'il avait une famille: - Etes-vous, lui dit-elle, engagé dans le mariage?


Le Chrétien - Oui, j'ai une femme et quatre petits enfants.

La Charité - Pourquoi ne les avez-vous pas amenés avec vous?

Le Chrétien se mit à pleurer et dit: - Avec quel plaisir ne les aurais-je pas amenés, s'ils avaient voulu répondre à mes invitations! Mais aucun d'eux n'a voulu me suivre.

La Charité - Vous deviez faire votre possible pour leur montrer à quel danger ils s'exposaient s'ils demeuraient en arrière.

Le Chrétien - C'est ce que j'ai fait; et j'ai encore tâchai de leur faire voir ce que Dieu m'avait donné à connaître de la destruction de notre ville; mais ils traitaient tout cela de folie, et ils n'ont point voulu me croire.

La Charité - Mais n'avez-vous pas demandé à Dieu qu'il voulût bénir le conseil que vous leur aviez donné?

Le Chrétien - Certainement, et même avec toute l'ardeur dont j'étais capable; car vous ne devez pas douter que ma femme et mes enfants ne me soient fort chers.

La Charité - Vous deviez leur représenter la grandeur de votre tristesse et la crainte où vous étiez de cet embrasement; car, selon moi, la destruction prochaine de votre ville est assez évidente.

Le Chrétien - C'est ce que j'ai fait plus d'une fois; et ils l'ont vu assez clairement par l'état dans lequel je me trouvais, par mes larmes et par le tremblement que cette frayeur excitait en moi. Mais rien de tout cela n'a été capable de les porter à me suivre.

La Charité - Qu'avaient-ils donc à alléguer pour justifier leur refus?

Le Chrétien - Que vous dirais-je? Ma femme craignait de quitter le monde, et mes enfants étaient accoutumés, dès leur jeune âge, à de vains divertissements. Ils alléguaient tantôt ceci tantôt cela. En un mot, ils ont usé de tant de prétextes, qu'ils m'ont laissé partir seul, comme vous le voyez.

La Charité - Mais ne démentiez-vous point vos paroles et vos exhortations par une vie relâchée?

Le Chrétien - Pour dire la vérité, je ne puis point me louer en ce qui concerne ma vie, car je suis convaincu de bien des manquements à cet égard. Je sais aussi qu'un homme peut être fort aisément une pierre de scandale aux autres, et détruire, par l'exemple de sa conduite, ce qu'il tâche de leur inspirer par des raisonnements solides et touchants. Toutefois, je puis bien dire que je me gardais très soigneusement de commettre quelque mauvaise action, et de leur fournir par là un prétexte pour rejeter mes exhortations. Ils m'accusaient même, à cause de cela, d'une trop grande rigidité, et ils me reprochaient d'avoir la conscience trop scrupuleuse. En effet, je m'abstenais, pour l'amour d'eux, de beaucoup de choses indifférentes, dans la crainte qu'ils ne vissent en moi quelque chose qui pût leur donner du scandale.

9 Prenez garde, toutefois, que votre liberté ne devienne une pierre d'achoppement pour les faibles.


La Charité - Il est vrai que Caïn haïssait son frère parce que ses oeuvres étaient mauvaises et que celles de son frère étaient bonnes: et si votre femme et vos enfants ont mal interprété les vôtres, ils se sont amassé par là des charbons de feu sur la tête. Je n'ai plus rien à ajouter.

12 et ne pas ressembler à Caïn, qui était du malin, et qui tua son frère. Et pourquoi le tua-t-il ? parce que ses oeuvres étaient mauvaises, et que celles de son frère étaient justes.


C'est au milieu d'entretiens pareils que se passa la soirée jusqu'à ce que le souper fût préparé. Alors ils se mirent à table, et leur mets, furent selon les expressions d'un prophète, des mets délicieux, des moelles et des viandes grasses, des vins exquis et purifiés.

6 L'Eternel des armées prépare à tous les peuples, sur cette montagne, Un festin de mets succulents, Un festin de vins vieux, De mets succulents, pleins de moelle, De vins vieux, clarifiés.


Tous les entretiens qu'ils eurent à table roulèrent sur le Seigneur du lieu, sur ses actions admirables, et sur la fin généreuse et charitable qu'il s'était proposé dans toute sa conduite. On comprenait bien, à leurs discours, qu'ils estimaient ce Seigneur comme un héros qui avait combattu contre celui qui avait la puissance de la mort, et l'avait vaincu, non pas cependant sans avoir été lui-même en butte aux plus grands dangers.

14 Ainsi donc, puisque les enfants participent au sang et à la chair, il y a également participé lui-même, afin que, par la mort, il anéantît celui qui a la puissance de la mort, c'est-à-dire le diable,


- C'est pour cela, disait le Chrétien, que je l'aime encore davantage; car j'ai ouï dire qu'il a exposé sa vie et versé son sang pour vaincre nos cruels ennemis; Mais ce qui relève infiniment cette grâce, c'est qu'il a fait toutes ces choses par un pur amour pour les siens. Quelques-uns des serviteurs assuraient qu'ils avaient été avec lui lorsqu'il mourut sur la croix; que, dès lors, ils lui avaient encore parlé; qu'ils avaient même ouï de sa propre bouche qu'il avait un si grand amour pour les pauvres voyageurs, qu'on ne saurait trouver un pareil exemple dans tout le monde. Et pour confirmer ce qu'ils disaient, ils rappelèrent qu'il s'était dépouillé de toutes ses richesses et de toute sa gloire pour amener cet ouvrage à sa perfection en faveur des pauvres pécheurs.
 
9 Car vous connaissez la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ, qui pour vous s'est fait pauvre, de riche qu'il était, afin que par sa pauvreté vous fussiez enrichis.


Ils ajoutèrent qu'ils lui avaient ouï dire qu'il ne voulait pas habiter seul sur la montagne de Sion, mais qu'il voulait partager sa gloire avec les siens; pour cela, il les avait élevés à la dignité de prince, bien qu'ils fussent nés dans la plus basse condition, et que de leur origine ils ne fussent que poudre et cendre.
 
9 Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière,


8 De la poussière il retire le pauvre, Du fumier il relève l'indigent, Pour les faire asseoir avec les grands. Et il leur donne en partage un trône de gloire; Car à l'Eternel sont les colonnes de la terre, Et c'est sur elles qu'il a posé le monde.


14 Car il sait de quoi nous sommes formés, Il se souvient que nous sommes poussière.


C'est ainsi qu'ils s'entretinrent jusque bien avant dans la nuit. Ensuite les maîtresses du château remirent le Chrétien à la protection du Seigneur et allèrent prendre leur repos, après l'avoir mené dans une chambre haute et fort spacieuse, nommée la Paix, dont les fenêtres regardaient au levant, et où il dormit jusqu'à ce que le jour parût. Alors il s'éveilla en chantant:

Ô grâce précieuse et sainte
Que notre bon Sauveur veuille donner son corps,
Son sang, tous ses divers trésors,
A tous ceux qui marchent sans feinte
Dans le chemin semé de croix,
Et qui suivent ses saintes lois!

Je sens une secrète joie
Que mon sacré dépôt excite dans mon coeur.
C'est lui qui guérit ma langueur
Par l'efficace qu'il déploie,
Et maintenant j'habite en pais
Aux portes du divin palais.

Photo de John Bunyan
Pasteur

Commentaires

Faites partie des 1 500 visionnaires
Pub Publicité
27:57
Jésus la lumière du monde - partie 2 La Porte Ouverte Chrétienne