Le voyage du Pèlerin (Livre complet) (Page 14 / 36)

Un e-book de John Bunyan

Chap. 13 – La vallée de l'ombre de la mort

Autres grandes épreuves. Etat de l'âme où elle se sent comme abandonnée et rejetée de Dieu, où toute lumière lui manque.

Au bout de cette vallée, il y en avait encore une autre, nommée la Vallée de l'ombre de la mort, ou la Vallée obscure, au travers de laquelle il fallait que le Chrétien passât nécessairement, car le chemin de la cité céleste passe droit par le milieu.

4 Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi: Ta houlette et ton bâton me rassurent.


Cette vallée est un lieu fort solitaire, et le prophète Jérémie la dépeint comme un lieu désert, un pays de landes et montagneux, un pays sec, dans l'ombre de la mort.
 
6 Ils n'ont pas dit : Où est l'Eternel, Qui nous a fait monter du pays d'Egypte, Qui nous a conduits dans le désert, Dans une terre aride et pleine de fosses, Dans une terre où règnent la sécheresse et l'ombre de la mort, Dans une terre Par où personne ne passe, Et où n'habite aucun homme ?


A l'entrée de cette vallée, il rencontra deux hommes, enfants de ceux qui décrièrent autrefois le bon pays de Canaan, et qui retournaient en grande hâte sur leur pas.

32 Et ils décrièrent devant les enfants d'Israël le pays qu'ils avaient exploré. Ils dirent : Le pays que nous avons parcouru, pour l'explorer, est un pays qui dévore ses habitants; tous ceux que nous y avons vus sont des hommes d'une haute taille; 33 et nous y avons vu les géants, enfants d'Anak, de la race des géants : nous étions à nos yeux et aux leurs comme des sauterelles. Lire la suite


- Où allez-vous? Leur dit le Chrétien.

- Retournez, répondirent-ils, si vous avez encore quelque souci de votre vie.

- Pourquoi cela? répondit le Chrétien. Qu'est-ce qui se passe?

- Ce qui se passe? Répondirent-ils. Nous sommes allés aussi loin qu'il est possible dans le chemin où vous voulez entrer; mais nous y avons manqué d'y laisser la vie.

- Qu'est-ce donc qui vous est arrivé? demanda le Chrétien; qu'avez-vous vu?

- La vallée obscure elle-même, dirent-ils; n'est-ce pas assez? D'épaisse ténèbres y règnent de toute part; on n'y aperçoit que des lutins, des dragons sortis de l'abîme; on y entend sans cesse des gémissements et des hurlements, comme des gens accablés sous de pesantes chaînes. En un mot, c'est un lieu dangereux et horrible.

- Je ne puis encore voir autre chose en tout ceci, dit le Chrétien, sinon que c'est le chemin par lequel je dois passer pour parvenir au terme de mon voyage.

- Si c'est là votre chemin, dirent-ils, nous ne voulons pas vous suivre ... En même temps ils se séparèrent du Chrétien, qui continua son chemin, tenant toujours son épée à la main, de peur d'être surpris.

Je vis aussi qu'au côté droit de la vallée il y avait tout le long du chemin un profond fossé (où sont tombés, de tout temps, les aveugles qui conduisent d'autres aveugles, et où ils ont misérablement péri). A la gauche, il y avait un marais tellement rempli de fange et de boue, que lorsqu'un voyageur vient à y tomber, son pied ne trouve point de fond. C'est celui où le roi David tomba une fois, et où il aurait misérablement péri si le Tout-Puissant ne l'en eût retiré.

3 J'enfonce dans la boue, sans pouvoir me tenir; Je suis tombé dans un gouffre, et les eaux m'inondent.


Le sentier était aussi extrêmement étroit, et c'est ce qui augmentait le péril; car, comme le Chrétien marchait dans l'obscurité, il s'exposait à tomber dans le marais lorsqu'il voulait éviter le fossé; et, au contraire, il s'exposait à tomber dans celui-ci quand il voulait éviter le marais; de sorte qu'il marchait avec beaucoup d'inquiétude et de peine.

Environ au milieu de cette vallée, assez près du chemin, était un des gouffres qui conduisent à l'enfer. Le feu, la fumée et les cris effroyables qui sortaient de cet abîme épouvantèrent tellement le Chrétien, lorsqu'il y fut arrivé, qu'il s'arrêta tout court, disant en lui-même: “Hélas! Que faut-il que je fasse?”. Et comme son épée lui était alors inutile, il fut contraint de la remettre dans le fourreau et de recourir à d'autres armes, savoir à la prière continuelle.
 
2 Car il a penché son oreille vers moi; Et je l'invoquerai toute ma vie.


Je l'entendais crier: “Délivre mon âme, ô Eternel!”. Et comme il passait outre, le feu l'approcha de si près, il entendit des cris si épouvantables et de tels éclats, qu'il craignit souvent d'être mis en pièces et foulé comme la boue des rues. Il entendit ces cris affreux et vit ces objets d'horreur pendant quelques heures en chemin. Et comme il lui semblait entendre le bruit d'une troupe d'ennemis qui étaient aux prises, il s'arrêta quelques temps pour délibérer sur ce qu'il aurait à faire.

Il lui prenait quelquefois l'envie de rebrousser chemin, mais réfléchissant ensuite qu'il avait bien passé la moitié de la vallée et qu'il avait déjà surmonté tant de dangers, il comprit qu'il y aurait encore plus de péril à rebrousser chemin qu'à poursuivre son voyage. Et il prit la résolution de passer outre.

Cependant, il lui semblait quelquefois que les ennemis approchaient toujours davantage et qu'il allait les avoir sur les bras, ce qui fit qu'il s'écria, comme pour s'encourager lui-même: “Je veux avancer en la force du Seigneur des seigneurs”. Là-dessus, ils prirent tous la fuite et ne parurent plus.

Il y a encore une chose que je ne dois pas oublier ici: c'est que ce pauvre Chrétien était si étonné, qu'il ne reconnaissait plus sa propre voix. Et je m'aperçus que vis-à-vis de l'abîme un de ces méchants vint par derrière, et s'approchant de lui doucement, lui soufflait fort bas et fort vite dans les oreilles plusieurs affreux blasphèmes, qu'il croyait sortir de son propre coeur: ce qui lui causait plus d'inquiétude que tout ce qui lui était arrivé précédemment, ne pouvant comprendre comment il se faisait qu'il vomît maintenant des blasphèmes contre Celui qu'il avait jusqu'alors tant aimé. Mais ce qui augmentait sa douleur, c'était de voir qu'il ne pouvait dissiper ces blasphèmes, quelque effort qu'il fît pour cela.

Il marcha pendant quelques temps dans ce triste état, et, chemin faisant, il lui sembla ouïr un peu devant lui la voix d'un homme qui disait: “Encore que je chemine dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains point, car tu es avec moi”. Le Chrétien fut ravi de cette rencontre, pour bien des raisons.

4 Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi: Ta houlette et ton bâton me rassurent.


Premièrement, parce qu'il venait d'entendre des paroles lui rappeler que Dieu était avec lui, bien qu'il fût dans un état si triste et si accablant. Pourquoi, disait-il en lui-même, cela ne serait-il pas, quoique plusieurs obstacles m'empêchent de la voir ou de la comprendre?

Deuxièmement, parce qu'il en tirait cette conclusion, qu'il y avait des personnes dans cette vallée qui craignaient le Seigneur aussi bien que lui.

Troisièmement, parce qu'il en conçut l'espérance qu'en se pressant un peu il pourrait atteindre celui qui marchait devant lui, et qu'ainsi il aurait bientôt bonne compagnie.

Aussi, ayant pris courage, il doubla le pas. Et quand il se crut assez près de celui qui marchait devant lui il l'appela à haute voix. Mais il fut bien surpris d'entendre qu'on lui demandait pourquoi il était ainsi seul. Cependant le jour vint aussitôt à paraître, ce qui lui fit dire: “Il change les ténèbres en l'aube du jour”.

La lumière du jour étant ainsi éclose, il essaya de regarder une fois derrière lui, non qu'il eût quelques penchants à retourner en arrière, mais pour voir quels dangers il avait courus pendant les ténèbres. C'est alors qu'il vit distinctement le fossé d'un côté et le marais de l'autre; Il aperçut en même temps combien est étroit le sentier par lequel il avait était obligé de marcher. Et quoique les lutins, les dragons et les sauterelles de l'abîme fussent assez loin, ne s'étant point approché dès que le jour eut paru, il les aperçut assez distinctement, selon qu'il est écrit:  

22 Il met à découvert ce qui est caché dans les ténèbres, Il produit à la lumière l'ombre de la mort.

Photo de John Bunyan
Pasteur

1 commentaire

Faites partie des 1 500 visionnaires
Pub Publicité
28:22
Les 4 types de coeurs - partie 2 - Alain Patrick Tsengue 30 minutes à l'ACER Disponible dans 10 h