Le voyage du Pèlerin (Livre complet) (Page 12 / 36)

Un e-book de John Bunyan

Chap. 11 – Suite, Curiosités du lieu, Départ

Suite.

Dès que chacun fut levé dans la maison, les mêmes personnes de la veille se rendirent dans la chambre et dirent au Chrétien qu'elles ne voulaient point le laisser partir avant de lui avoir montré les curiosités de ce lieu. Ainsi elles le menèrent d'abord dans leur cabinet, et lui montrèrent des registres de la plus merveilleuse antiquité. En premier lieu, elles lui firent voir la généalogie du Seigneur de la colline, qui portait qu'il était issu de l'Ancien des jours par une génération éternelle.
 

1 Maintenant, fille de troupes, rassemble tes troupes ! On nous assiège; Avec la verge on frappe sur la joue le juge d'Israël.


Là étaient aussi déduits tout au long ses faits historiques, et les noms de plusieurs milliers d'hommes qu'il avait pris à son service, et dont il avait récompensé la fidélité en les introduisant dans l'auguste palais qui ne peut être détruit par le temps.

Elles lui lurent quelques traits d'histoire concernant certaines actions mémorables de quelques-uns de ses serviteurs; comment ils avaient conquis des royaumes, exercé la justice, obtenu les promesses, fermé la gueule des lions, éteint la force du feu, échappé au tranchant de l'épée; comment ils avaient recouvré la santé, s'étaient montrés vaillants dans les batailles et avaient tourné en fuite les armées étrangères.
 
33 qui, par la foi, vainquirent des royaumes, exercèrent la justice, obtinrent des promesses, fermèrent la gueule des lions, 34 éteignirent la puissance du feu, échappèrent au tranchant de l'épée, guérirent de leurs maladies, furent vaillants à la guerre, mirent en fuite des armées étrangères.


Elles lurent dans une autre partie de ce registre que le Seigneur était disposé à recevoir chacun en grâce, quelques injustices qu'il eût commises dans le passé, tant contre sa personne que contre les siens.

Le Chrétien lut encore dans ces mémoires divers événements singuliers, comme aussi des prophéties et des menaces qui doivent avoir leur accomplissement certain, et qui ont été consignées dans ces livres, tant pour inspirer de l'effroi aux ennemis que pour donner de la consolation et du courage aux voyageurs.

Le lendemain elles le menèrent dans leur arsenal, où elles lui montrèrent toutes sortes d'armes dont le Seigneur du lieu a accoutumé de pourvoir les voyageurs, telles que l'épée, le bouclier, le casque, la cuirasse.
 
13 C'est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté. 14 Tenez donc ferme : ayez à vos reins la vérité pour ceinture; revêtez la cuirasse de la justice; Lire la suite


8 Mais nous qui sommes du jour, soyons sobres, ayant revêtu la cuirasse de la foi et de la charité, et ayant pour casque l'espérance du salut.

 
Il y en avait un si grand amas qu'on en pourrait armer autant de gens qu'il y a d'étoiles au firmament.

Elles lui montrèrent aussi certains instruments à l'aide desquels quelques-uns de ses serviteurs avaient fait des exploits miraculeux: la verge de Moïse, les trompettes et les flambeaux avec lesquels le peuple d'Israël mit en déroute les Madianites, le marteau et le pieu dont se servit Jaël pour tuer Sisera, la fronde de David et la pierre avec laquelle il abattit le géant Goliath; enfin l'épée avec laquelle le Seigneur tuera tôt ou tard l'Homme de péché, quand il se lèvera pour fondre sur sa proie.

Elles lui firent encore voir plusieurs choses merveilleuses dont le Chrétien fut fort réjoui; après quoi chacun retourna en son repos.

Le lendemain, je vis qu'il se leva de bon matin pour continuer son voyage, mais les personnes du château le sollicitèrent de s'arrêter encore jusqu'au jour suivant; car, dirent-elles, nous voulons vous montrer, si le temps est serein, où sont situées les aimables collines qui doivent encore beaucoup plus contribuer à votre consolation que ce palais, parce qu'elle sont beaucoup plus proches du port désiré. Il y consentit et s'arrêta encore ce jour-là. Elles le menèrent donc le lendemain sur le faîte de la maison, et lui dirent de regarder du côté du midi: ce qu'il fit. Aussitôt il découvrit dans l'éloignement un contrée fort montueuse, ornée de bocages, de vignobles avec toutes sortes de fruits et de fleurs, de ruisseaux et de cascades, ce qui était fort agréable à voir.

Le Chrétien demanda comment se nommait ce pays; on lui répondit qu'il se nommait le pays d'Emmanuel. - il est, ajoutèrent-elles, à l'usage des pèlerins et des voyageurs, de même que cette colline-ci. Lorsque vous y serez arrivé, vous découvrirez de là la porte de la cité céleste, comme vous l'apprendront les bergers qui habitent ce pays.

Sur cela, le Chrétien prit la résolution de continuer son voyage, ce à quoi ses hôtesses consentirent sans peine; - Toutefois, dirent-elles, entrons dans l'arsenal. Là, elles le couvrirent de pied en cap d'armes à toute épreuve, en cas qu'il fût exposé à quelque assaut dans la suite de son voyage.

Ainsi armé, il marcha avec ses bonnes amies du côté de la porte, où il demanda au Portier s'il n'avait point vu passer de Pèlerin?

- Oui, répondit le Portier.

- Ah! Mon cher ami, dit le Chrétien, ne l'avez-vous point connu?

Le Portier répondit: - Je lui ai demandé son nom; il m'a répondu qu'il se nommait le Fidèle.

- Oh! dit le Chrétien, il vient aussi du pays de ma naissance; c'est mon compatriote et mon plus proche voisin. Croyez-vous qu'il soit déjà bien loin?

Le Portier - Il est au bas du coteau.

Le Chrétien - Eh bien, mon cher ami, le Seigneur soit avec vous et vous bénisse de toutes ses bénédictions pour le bien que vous m'avez fait.

Ainsi le Chrétien se mit en chemin, accompagné de la Discrétion, de la Crainte de Dieu, de la Charité et de la Prudence, qui voulurent lui faire compagnie, en réitérant leurs premiers entretiens, jusqu'au pied de la colline.

- Comme la colline est très pénible à la montée, dit le Chrétien, elle est aussi, à mon avis, très difficile et dangereuse à la descente.

- Il est vrai, dit la Prudence; c'est une chose difficile que de marcher dans la vallée d'Humilité, où vous êtes maintenant, sans faire quelques chutes ou du moins sans broncher.

Le Chrétien, voulant profiter de cet avis, marcha en descendant avec beaucoup de précaution, ce qui n'empêcha pas qu'il ne chancelât une ou deux fois.

Dès qu'il fut arrivé au bas de la colline, la compagnie prit congé de lui en lui donnant un pain, une provision de vin et quelques autres aliments, après quoi il continua son chemin.

Photo de John Bunyan
Pasteur

Commentaires

Faites partie des 1 500 visionnaires
Pub Publicité
73:44
Devenez un laveur de pieds - Bertrand Huetz La Porte Ouverte Chrétienne - Culte