Le voyage du Pèlerin (Livre complet) (Page 34 / 36)

Un e-book de John Bunyan

Chap. 34 – Belle contrée, avant-goûts du ciel, Passage du grand fleuve

Heureux avant-coureurs de la félicité à venir. La mort.

Ici, je remarquai que les voyageurs, ayant traversé le terroir enchanté, arrivèrent dans une contrée nommée Mon bon plaisir en toi.
 

4 On ne te nommera plus délaissée, On ne nommera plus ta terre désolation; Mais on t'appellera mon plaisir en elle, Et l'on appellera ta terre épouse; Car l'Eternel met son plaisir en toi, Et ta terre aura un époux.


C'est un pays où l'air est fort serein et fort doux. Et, parce que c'était leur chemin, ils s'y arrêtèrent quelque temps pour s'y recréer et s'y rafraîchir. Ils entendirent sans interruption le chant des oiseaux. Chaque jour, ils voyaient sortir les fleurs de la terre et ils entendaient des son délicieux. Dans ce climat, le soleil luit nuit et jour, car le pays est situé à l'opposite de la vallée obscure et bien loin du géant Désespoir.

Ils avaient même entièrement perdu de vue le château du Doute, car ils se trouvaient en vue de la cité céleste. Ils rencontrèrent même déjà quelques-uns de ses habitants, car les Esprit célestes y viennent beaucoup, parce que c'est là la frontière du ciel, et c'est ici que se renouvellent les promesses entre l'époux et l'épouse. Oui, c'est ici que:
 
5 Comme un jeune homme s'unit à une vierge, Ainsi tes fils s'uniront à toi; Et comme la fiancée fait la joie de son fiancé, Ainsi tu feras la joie de ton Dieu.


Ici, ils n'avaient déjà aucune disette de froment ni de moût, car ils trouvaient en grande abondance ce qu'ils avaient cherché avec anxiété pendant tout leur voyage.

Ils entendirent aussi cette voix éclatante qui parlait de la cité:
 
12 On les appellera peuple saint, Rachetés de l'Eternel; Et toi, on t'appellera recherchée, ville non délaissée.


Ils eurent donc, en marchant dans ce pays, infiniment plus de joie qu'ils n'en avaient eu pendant tout leur voyage, et, à mesure qu'ils approchaient plus de la ville, ils la voyaient plus distinctement. Et la gloire de cette cité était si grande que le Chrétien devint malade d'impatience d'y arriver.
 
19 Aussi la création attend-elle avec un ardent désir la révélation des fils de Dieu. 20 Car la création a été soumise à la vanité, -non de son gré, mais à cause de celui qui l'y a soumise, avec l'espérance Lire la suite


L'Espérant eut aussi quelques atteintes de la même maladie, ce qui les obligea à se reposer un moment, en s'écriant avec quelque douleur:

5 Soutenez-moi avec des gâteaux de raisins, Fortifiez-moi avec des pommes; Car je suis malade d'amour.


8 Je vous en conjure, filles de Jérusalem, Si vous trouvez mon bien-aimé, Que lui direz-vous ?. . . Que je suis malade d'amour. -


Mais après avoir pris un peu de repos et de force, ils continuèrent leur chemin en s'approchant toujours plus de la cité. Il y avait aussi sur leur route des jardins dont les portes étaient ouvertes; quelques-uns des jardiniers étaient sur le chemin. Les voyageurs leur demandèrent à qui appartenaient ces beaux vignobles et ces délicieux jardins.

- Ils appartiennent au Roi, répondirent-ils, et ils sont plantés tant pour son propre plaisir que pour le rafraîchissement des voyageurs.

Et en même temps les jardiniers les conduisirent dans les vignes, et les invitèrent à y prendre quelques rafraîchissements et à user de tout ce qui s'y trouvait. Ils leur montrèrent aussi les allées de plaisance du Roi, les cabinets et les loges où il prend plaisir d'habiter. Les voyageurs trouvèrent ce lieu si beau qu'ils s'y arrêtèrent et s'y couchèrent pour y reposer.

J'aperçus aussi qu'ils parlèrent pendant leur sommeil beaucoup plus qu'ils n'avaient fait pendant tout le voyage. Et comme je m'en étonnais, l'un des jardiniers me dit: - Pourquoi en êtes-vous si surpris? C'est la nature de ce cep; son suc s'introduit avec une telle force qu'il fait parler même ceux qui dorment.

A leur réveil, je vis qu'ils se tournèrent du côté de la cité céleste; mais, comme il a été dit, la réverbération des rayons du soleil sur la cité, qui était toute d'or, la rendait si éclatante qu'ils n'étaient pas encore capables d'en supporter l'éclat avec les yeux découverts. Mais il fallut qu'ils missent devant les yeux un verre obscur.
 
18 La muraille était construite en jaspe, et la ville était d'or pur, semblable à du verre pur.


12 Aujourd'hui nous voyons au moyen d'un miroir, d'une manière obscure, mais alors nous verrons face à face; aujourd'hui je connais en partie, mais alors je connaîtrai comme j'ai été connu.


Comme ils continuaient leur chemin, ils rencontrèrent deux hommes dont les habits brillaient comme de l'or, et leurs faces resplendissaient comme la lumière. Ces hommes leur demandèrent quelques détails sur leur voyage, sur les peines et les consolations qu'ils avaient eues. Les voyageurs répondirent pertinemment à toutes ces choses. Alors les deux hommes leur dirent: - Vous avez encore deux difficultés à surmonter, après quoi vous serez dans la cité.

Le Chrétien et son compagnon leur demandèrent s'ils voudraient bien leur faire compagnie. Ils répondirent que oui, mais qu'il fallait qu'ils entrassent par leur propre foi. Sur cela, ils marchèrent ensemble, et enfin ils arrivèrent à la vue de la porte.

Or, je vis entre eux et la porte un grand fleuve sur lequel il n'y avait point de pont, et le fleuve était profond. La vue de ce fleuve mit nos voyageurs dans une peine extrême, mais ceux qui les accompagnaient leur dirent qu'il fallait de tout nécessité passer ce fleuve s'ils voulaient avoir entrée dans la cité royale. Ils demandèrent s'il n'y avait donc point d'autre chemin pour y entrer. Mais ces hommes leur rappelèrent que jamais personne depuis le commencement du monde, n'avait eu le privilège d'y entrer par un autre chemin, à la réserve de deux hommes, Enoch et Elie, et que nul aussi ne l'aurait jusqu'à ce que la dernière trompette sonne. A ces paroles, le coeur commença à manquer aux pèlerins, surtout au Chrétien. Et ils se mirent à regarder de côté et d'autre pour chercher quelques secours. Mais, quoi qu'ils fissent, ils ne purent concevoir aucune espérance d'être dispensés de passer dans le fleuve. Alors ils demandèrent à ces hommes si le fleuve était également profond partout.

- Non, répondirent-ils, mais cela ne peut vous servir de rien, car vous le trouverez plus ou moins profond à proportion de la confiance que vous aurez au Roi.

Là-dessus, ils se jetèrent dans l'eau. Le Chrétien commença aussitôt à s'enfoncer, et il se mit à crier à son bon ami l'Espérant: - Je m'enfonce dans cette eau profonde, toutes ses vagues passent sur ma tête, tous ses flots me couvrent.

L'Espérant - Prenez courage, mon frère, je trouve le fond; il est très bon.

Le Chrétien - Hélas! Les angoisses de la mort m'ont environné. Je ne verrai point le pays découlant de lait et de miel!

En disant cela, le Chrétien fut saisi d'une si grande frayeur et environné de ténèbres si épaisses qu'il ne voyait plus rien. Son esprit fut si troublé qu'il ne pouvait plus rien penser ni de dire de suivi, ni réfléchir sur les jouissances et les assurances qu'il avait eues pendant son voyage. Tout ce qu'il disait faisait connaître le trouble et la frayeur où il était. Croyant périr dans le fleuve et désespérant de parvenir à la porte du ciel, il s'arrêta tout court. Et, autant que je pus l'apercevoir, il s'abandonna à beaucoup de tristes pensées et affligeantes, repassant dans son esprit tous ses péchés, tant ceux qu'il avait commis avant de se mettre en voyage que ceux où il était tombé depuis. Mais ce qui augmentait ses frayeurs et ses alarmes, c'étaient les assauts que lui livraient les esprits malins, et qu'il avait mille peines à soutenir, comme il était facile de le remarquer à ses discours entrecoupés. Tout cela lui abattait si fortement le courage, qu'il semblait parfois être emporté au fond de l'eau, d'où il revenait ensuite un peu au-dessus à demi-mort. Cependant l'Espérant ne le quittait point. Il tâchait de lui soutenir la tête pour l'empêcher de périr, et de la fortifier par les consolations qu'il lui adressait: - Prenez courage, lui disait-il, mon cher frère, j'aperçois déjà la porte de la cité et des personnes qui nous attendent et se disposent à nous recevoir.

- Ah! répondit le Chrétien, c'est vous qu'ils attendent! Vous avez été l'Espérant depuis que je vous connais.

- Et vous aussi, dit l'Espérant.

- Ah! Mon frère, reprit le Chrétien, si j'étais entièrement devant Dieu, il viendrait certainement à mon secours, mais maintenant il m'a mis dans les liens à cause de mes péchés, et il me laisse ici sans secours.

- Mon frère, dit l'Espérant, vous avez oublié le passage qui parle des impies:

4 Rien ne les tourmente jusqu'à leur mort, Et leur corps est chargé d'embonpoint; 5 Ils n'ont aucune part aux souffrances humaines, Ils ne sont point frappés comme le reste des hommes.


L'angoisse où vous êtes n'est point une marque que Dieu vous ait abandonnée, mais elle vous est simplement dispensée pour éprouver votre foi et pour voir si vous lui serez fidèle au milieu de votre tourment et de votre tristesse. Courage donc, mon frère, la Seigneur Jésus vous fortifie dans cet instant.

Le Chrétien demeura un peu pensif et ensuite il s'écria à haute voix: - Ah! Je le revois et il m'assure qu'encore que je passe par les eaux, il sera avec moi et le fleuve ne m'emportera point.
 
2 Si tu traverses les eaux, je serai avec toi; Et les fleuves, ils ne te submergeront point; Si tu marches dans le feu, tu ne te brûleras pas, Et la flamme ne t'embrasera pas.


C'est ainsi que le Chrétien, ayant repris courage, trouva le fond pour se tenir ferme aussi bien que l'Espérant. Et ils sentirent que, plus ils avançaient, plus le fleuve était facile à passer. Et, après avoir laissé dans l'eau les habits de mortalité qu'ils avaient portés jusque là, ils arrivèrent enfin à l'autre bord, où ils revirent ces deux hommes revêtus d'habits resplendissants qui les attendaient là et qui les reçurent en leur disant:

14 Ne sont-ils pas tous des esprits au service de Dieu, envoyés pour exercer un ministère en faveur de ceux qui doivent hériter du salut ?


C'est ainsi qu'ils marchèrent ensemble vers la porte.

Or, il est à remarquer que la ville est située sur une montagne fort haute et au-dessus des nues, ce qui n'empêcha pas que nos voyageurs n'y montassent fort aisément, aidés de ces deux hommes qui les conduisaient par le bras.

Photo de John Bunyan
Pasteur

Commentaires

Faites partie des 1 500 visionnaires
Pub Publicité
28:44
Comment bien choisir une amie ? - Audrey Mack Parole de femmes Disponible dans 4 h
26:56
Persévérez jusqu'au bout - partie 1 - Jean Turpin Église Le Centre Disponible dans 11 h