Le voyage du Pèlerin (Livre complet) (Page 35 / 36)

Un e-book de John Bunyan

Chap. 35 – Entrée dans les cieux

Entrée dans les cieux.

Qui pourrait exprimer la consolation et la joie dont ils étaient remplis lorsqu'ils venaient à réfléchir aux dangers auxquels ils venaient d'échapper, au fleuve périlleux qu'ils avaient heureusement traversé, à l'illustre compagnie qui les escortait et à la gloire qui les attendait dans la cité céleste? C'est dans ces transports de joie et d'allégresse qu'ils traversèrent les régions de l'air, en s'entretenant ensemble des objets les plus ravissants; leur conversation roulait uniquement sur la gloire de la ville royale.

- Oui, disaient les Rayonnants aux voyageurs, elle est inexprimable et incompréhensible, car nous voici maintenant parvenus à la montagne de Sion, à le cité du Dieu vivant, à la Jérusalem céleste et aux milliers d'anges, à l'assemblée et à l'Eglise des premiers-nés qui sont écrits dans les cieux, à Dieu qui est le juge de tous, aux esprits des justes sanctifiés et à Jésus, le Médiateur de la nouvelle alliance. Maintenant, ajoutaient-ils, vous allez entrer dans le paradis de Dieu, où vous serez pleinement rassasiés de ses fruits incorruptibles. Vous y serez d'abord revêtus d'habits resplendissants. Vous aurez le bonheur de contempler de vos yeux la majesté du Roi, de vous entretenir sans cesse avec lui et d'avoir part à sa gloire éternelle. Vous n'y verrez plus ces choses que vous avez vues dans ces basses cabanes de la terre: la tristesse, les maladies, l'opposition et la mort, car toutes ces choses sont passées. Maintenant vous allez être avec Abraham, Isaac et Jacob, avec les prophètes, les apôtres et les fidèles serviteurs de Dieu que Dieu a retirés de tout mal et qui ont cheminé droitement devant lui, qui sont entrés dans la paix et qui reposent dans leurs couches.
 

2 Il entrera dans la paix, Il reposera sur sa couche, Celui qui aura suivi le droit chemin.


Les voyageurs demandèrent: - Que ferons-nous donc dans ce saint lieu?

- Vous y recevrez, reprirent-ils, la récompense de tous vos travaux et la joie au lieu de la tristesse.
 
7 Ne vous y trompez pas : on ne se moque pas de Dieu. Ce qu'un homme aura semé, il le moissonnera aussi.


Là vous moissonnerez ce que vous avez semé, savoir, le fruit de vos prières, de vos larmes, et de toutes les souffrances que vous avez endurées dans votre voyage pour l'amour du Roi. Là vous porterez des couronnes d'or et vous jouirez continuellement de la présence du Saint des saints, car vous le verrez tel qu'il est. Là vous servirez sans cesse par vos louanges, par des cantiques et par des actions de grâces continuelles, Celui que vous avez servi si volontiers pendant votre vie dans le monde, quoique avec beaucoup de peine à cause de la faiblesse de votre chair. Là vos yeux seront réjouis de voir le Tout-Puissant. Vous retrouverez dans la suite, avec une joie indicible, ceux de vos amis qui vous suivront dans le lieu saint. Vous serez revêtus de gloire et de majesté, tout prêts à suivre le Seigneur de gloire quand il viendra au son de la trompette, porté sur les ailes du vent, et à descendre avec lui; et, lorsqu'il s'assiéra sur le trône de sa justice, vous serez auprès de lui comme des assesseurs de sa personne divine. Oui, quand il rendra son jugement contre ceux qui commettent l'iniquité, soit d'entre les anges, soit d'entre les hommes, vous y donnerez avec lui vos suffrages contre eux, parce qu'ils auront été ses ennemis. Et lorsqu'il s'en retournera dans la cité, vous l'accompagnerez au son de la trompette, et vous serez éternellement avec lui.

Or, quand ils furent près de la porte de la cité, une multitude de l'armée céleste vint au-devant d'eux.

- Ce sont ici, leur dirent les deux autres, des citoyens qui ont aimé notre Seigneur lorsqu'ils étaient dans le monde, et qui ont tout abandonné pour l'amour de son saint nom. Il nous a envoyés pour aller les recevoir, et nous les avons amenés jusqu'ici afin qu'ils puissent avoir l'entrée dans la cité, et contempler la face de leur Rédempteur avec rassasiement de joie.

Alors l'armée céleste jeta des cris de réjouissance et de triomphe, disant:

9 Et l'ange me dit : Ecris : Heureux ceux qui sont appelés au festin de noces de l'agneau ! Et il me dit : Ces paroles sont les véritables paroles de Dieu.


Ensuite quelques-uns des musiciens du Roi vinrent aussi devant d'eux, tous vêtus d'habits blancs, et faisant retentir l'air du son de leurs instruments. Tous ces gens-là saluèrent le Chrétien et l'Espérant, en leur disant: - Soyez les bienvenus! Entrez, fidèles vainqueurs, et jouissez à jamais du fruit de vos travaux.

Après cela ils les environnèrent de toutes parts; les uns marchant devant, les autres à côté, et d'autres à leur suite, comme s'ils avaient été leurs gardes du corps. Et ils les menèrent jusqu'à la porte, chantant toujours des hymnes de joie et des cantique de triomphe, de sorte qu'il semblait que le ciel même fût descendu en terre et venu au devant de ces heureux voyageurs. Ils marchaient ainsi de compagnie vers la porte, et les trompettes ne cessaient de mêler aux acclamations leurs fanfares et leur ravissante harmonie. Tout cela était accompagné de regards et de gestes qui leur faisaient bien connaître combien leur arrivée était agréable aux habitants des cieux, et avec quelle joie ils venaient les recevoir; ce qui était pour eux un surcroît de plaisir et de joie, qui reçut encore un nouvel accroissement lorsqu'ils se virent à la porte de la cité où ils allaient être introduits pour jamais.

En effet, ils y arrivèrent et lurent aussitôt cette inscription qui était au haut de la porte en lettres d'or:
 
14 Heureux ceux qui lavent leurs robes, afin d'avoir droit à l'arbre de vie, et d'entrer par les portes dans la ville !


Alors les messagers célestes leur ordonnèrent de heurter à la porte; ce qu'ils firent. Quelques personnes regardèrent par-dessus la muraille, savoir, Enoch, Moïse et Elie, qui, ayant appris la venue des pèlerins et l'amour qu'ils avaient pour le Roi, leur demandèrent leur témoignage et allèrent incessamment le porter au Roi, et l'informèrent de tout ce qui se passait.

Alors le Roi commanda qu'on ouvrit la porte, en disant:

2 Ouvrez les portes, Laissez entrer la nation juste et fidèle.


Ils entrèrent donc dans la cité, et dès le moment même ils furent tous changés et vêtus d'habits resplendissants comme l'or. Il en vint encore plusieurs au-devant d'eux, qui leur firent la bienvenue en leur disant: - Entrez dans la joie du Seigneur!

Et après qu'on leur eut donné des harpes pour entonner les louanges du Roi, et des couronnes pour marque d'honneur, toutes les cloches de la cité commencèrent à sonner harmonieusement, comme pour marquer la joie universelle qui remplissait les coeurs. Ils ne pouvaient revenir de leur admiration, en entendant toutes ces choses et en réfléchissant à la gloire de ce lieu.

En effet, la cité était rayonnante comme le soleil; ses rues toutes pavées d'or, et ceux qui y marchaient avaient des couronnes sur la tête et des branches de palmiers en leurs mains avec des harpes d'or, pour entonner de saints cantiques. Il y avait aussi des personnes ailées qui s'entre répondaient sans cesse en criant: “Saint, Saint, Saint est l'Eternel!”.

Les portes furent de nouveau fermées. Et comme j'eus vu ces choses, je souhaitai d'être aussi du nombre de ces bienheureux habitants.

Photo de John Bunyan
Pasteur

Commentaires

Faites partie des 1 500 visionnaires
Pub Publicité