La guérison divine (Page 6 / 8)

La guérison divine (6) Livre complet

Comment le nom de Jésus vous garantit la guérison : des vérités nouvelles pour fortifier votre foi

Après l'ascension de Jésus, la première guérison qui nous est décrite se trouve dans Actes 3. Dans ce passage, la formule employée pour la guérison de cet homme était très simple et directe : "Au nom de Jésus-Christ de Nazareth, lève-toi et marche !"

6 Alors Pierre lui dit : Je n'ai ni argent, ni or; mais ce que j'ai, je te le donne : au nom de Jésus-Christ de Nazareth, lève-toi et marche. 7 Et le prenant par la main droite, il le fit lever. Au même instant, ses pieds et ses chevilles devinrent fermes; Lire la suite

Tout d'abord, considérez l'expression qui se trouve au verset 6 : "Au nom de Jésus-Christ de Nazareth." La proposition grecque "en" est traduite par "au." Mais elle signifie en réalité "en, dans." Tout ce qui se trouve à l'intérieur de quelque chose est "en."

L'expression "au nom de Jésus" signifie donc que tout ce qui se trouve dans la zone couverte par l'autorité de Jésus est aussi inclus dans Son nom. Le nom de Jésus et la personne de Jésus sont une seule et même chose. Ainsi, nous trouvons ici que la guérison est incluse dans la zone d'autorité du nom de Jésus. Quand Pierre dit "au nom de Jésus," il dit en fait : "dans la zone couverte par la puissance et l'autorité du nom de Jésus, lève-toi et marche !"

Je vais à présent vous expliquer six mots grecs différents, utilisés par Pierre dans ce passage pour décrire ce premier miracle de guérison décrit après l'ascension de Jésus.

Premier mot grec

Notez, au verset 7, le mot traduit par "fermes." Il s'agit du mot grec "stereo," d'où dérive le mot français "stéroïdes." Vous avez entendu parler de ces athlètes qui prennent des stéroïdes. Ce sont des produits qui leur donnent des forces. Cet infirme n'avait aucune force, et il reçoit brusquement de la force. Il était impotent.

C'est le nom de Jésus, prononcé par Pierre à son intention, qui donna à cet homme la dose de "stéroïdes" spirituels dont il avait besoin ! C'est le nom de Jésus, qui a donné de la force à ses pieds et à ses chevilles. "Lève-toi, et marche ! Au nom de Jésus, reçois la force (les "stéroïdes") du Saint-Esprit !" Au même instant, ses pieds et ses chevilles devinrent fermes.

Voici un homme qui n'avait jamais marché ! Et voici venir quelqu'un qu'il ne connaissait pas, nommé Pierre, qui s'adresse à lui et emploie le nom de Jésus ! Voici en fait ce que signifie ce que Pierre lui a dit : "A l'intérieur de la sphère couverte par l'autorité et la puissance de ce Nom, tu vas être guéri ! Tu vas recevoir du Saint-Esprit la force (stereo) et tu vas marcher ! Au nom de Jésus-Christ, marche !" Il se leva et il marcha ! N'est-ce pas extraordinaire ? Ainsi, "stereo" est le mot qui décrit ce qui est arrivé à cet homme.

Luc, qui était médecin, savait probablement tout ce qu'il fallait savoir à son époque en matière de guérison. Il connaissait tout le vocabulaire médical, et il l'utilise pour décrire la guérison physique de cet homme. Il ne s'agissait pas d'une guérison spirituelle. Manifestement, ce passage nous montre que la guérison physique de cet homme entrait dans le cadre de l'autorité du nom de Jésus, car les paroles prononcées par Pierre, "au nom de Jésus, lève-toi et marche," ont produit ce miracle.

Cela démontre deux grands faits bibliques : la guérison physique entre dans le domaine couvert par l'autorité et la puissance du nom de Jésus, et la guérison physique appartient aux Chrétiens, au nom de Jésus. C'est grâce à ce nom que ce boiteux a été guéri et a marché. Luc, le médecin, emploie les mots grecs appropriés pour nous convaincre que cet homme avait reçu une guérison physique par la puissance de Dieu. En outre, la seule "arme" employée par Pierre à cette occasion a été le nom de Jésus.

Lisons à présent le verset 16 :

16 C'est par la foi en son nom que son nom a raffermi celui que vous voyez et connaissez; c'est la foi en lui qui a donné à cet homme cette entière guérison, en présence de vous tous.

Le verbe traduit par "raffermir" comprend dans sa racine le même mot grec "stereo." Pierre affirme que cet homme a été entièrement guéri par le nom de Jésus, qui l'a "raffermi," qui l'a rendu fort.

Deuxième mot grec

Au verset 16, Pierre dit que c'est la foi dans le nom de Jésus qui a donné à cet homme une "entière guérison." Le mot grec traduit par "entière guérison" est "holokleria." Il combine deux mots, qui peuvent se traduire par "héritage complet, intégral." Le même mot est employé dans la première épître aux Thessaloniciens, où Paul prie pour les Chrétiens de Thessalonique. Il prie que leur être tout entier ("holokleria"), c'est-à-dire leur héritage intégral (l'esprit, l'âme et le corps), soit conservé irrépréhensible, en parfait état. Cela signifie donc que l'héritage intégral des Chrétiens consiste en un esprit, une âme et un corps sans défauts !

23 Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l'esprit, l'âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l'avènement de notre Seigneur Jésus-Christ !

Nous n'avons pas de problème à comprendre que Dieu régénère notre esprit et change notre personnalité, dès le moment où nous sommes sauvés. Toutefois, beaucoup de Chrétiens ont un problème à croire que Dieu a inclus dans notre salut un corps sans défaut ! Dans 1 Thessaloniciens 5 : 23, notre héritage intégral comprend bien un corps sans défaut. Dans Actes 3 : 16, le passage que nous étudions ici, ce même mot grec (holokleria) est traduit par "entière guérison." Autrement dit, notre héritage intégral inclut bien l'entière guérison de notre corps.

Nous avons entendu trop de prédications négatives, trop de prédications accusatrices. A cause de cela, beaucoup de Chrétiens croient que s'ils sont malades, c'est Dieu qui les punit. C'est un mensonge. Dieu ne punit pas Ses enfants en leur envoyant des maladies. Il ne fait pas cela ! La Bible enseigne exactement le contraire. La Bible nous enseigne que les Chrétiens ont droit à recevoir un héritage intégral, qui comprend un esprit régénéré, une personnalité renouvelée, et un corps sans défaut.

Si Satan a réussi à vous rendre malade, il a pénétré dans un domaine qui est sous l'autorité et la puissance du nom de Jésus. Vous avez donc le droit d'attendre que le nom de Jésus expulse de vous cette maladie ! Cet héritage intégral, traduit ici par "entière guérison," est ce que nous recevons après avoir bénéficié d'une bonne dose de "stéroïdes spirituels." Pour la première fois de notre vie, nous pouvons entrer en possession de notre héritage intégral !

Pierre savait quel était l'héritage de cet homme, et il avait compris ce qui lui manquait. C'est pourquoi il a prononcé ces paroles, qui voulaient lui dire : "Tu es au bénéfice de la zone d'influence et d'autorité du nom de Jésus. Lève-toi et marche ! Tu y as droit ! Lève-toi et marche !" C'est ce que cet homme a fait. Pourquoi l'a-t-il fait ? Parce que cela lui appartenait. Un héritage intégral ! Alors, ne laissez pas le diable pénétrer dans vos pensées, pour vous dire : "Tu dois bien tomber malade un jour !" C'est méprisable !

Une entière guérison fait partie de notre héritage intégral. Si vous êtes sauvé, une maladie incurable ne fait pas partie de votre héritage intégral ! Dieu a en réserve la guérison pour vous ! Vous avez le droit d'attendre la guérison, parce que c'est ce que disent les Ecritures, et parce que cela vous appartient.

A quoi Pierre attribue-t-il la guérison d'Actes 3 ? Il l'attribue au nom de Jésus. Y a-t-il un document légal qui parle de guérison, et qui nous la garantit ? Oui. Regardez le verset 25. Pierre s'adresse à ceux qui critiquent cette guérison. Il s'adresse aux Scribes, aux Pharisiens et aux Sadducéens. L'élite religieuse veut toujours dire aux autres ce qu'ils doivent faire. Ils sont en train d'accabler Pierre. Ils veulent savoir ceci et cela. Alors Pierre leur cite Genèse 22 : 18 pour justifier tout ce qu'il a dit et fait à cet homme impotent. Il leur a déjà montré que le domaine d'exercice de l'autorité du nom de Jésus inclut la guérison. A présent, il leur donne le fondement légal de ce qu'il a fait :

25 Vous êtes les fils des prophètes et de l'alliance que Dieu a traitée avec nos pères, en disant à Abraham : Toutes les familles de la terre seront bénies en ta postérité.

L'alliance conclue avec Abraham garantissait quatre choses : le salut de l'âme, la prospérité, la guérison du corps, et le bien-être pour la famille. Pierre a simplement fondé ce qu'il avait fait sur l'alliance avec Abraham. Ce qui est beau dans cette alliance, c'est qu'elle est toujours valide, et les Chrétiens d'origine païenne ont été greffés dans cette alliance. Par conséquent, les bénédictions comprises dans cette alliance, dans les quatre domaines cités, vous appartiennent.

Pierre dit donc à ceux qui le critiquent que ce qu'il a fait s'appuie sur les promesses contenues dans l'alliance avec Abraham, car l'homme qui avait été guéri était un fils d'Abraham. Il était donc au bénéfice de cette alliance, et la guérison était son droit légal.

Quand je dis : "La guérison était son droit légal," certains commencent à devenir agressifs. Ils me disent : "Mais cette alliance conclue avec Abraham ne concerne que les Juifs !" Non, c'est faux. Cette alliance est toujours pleinement valide, et tous les Chrétiens d'origine païenne ont été greffés sur l'olivier d'Israël, afin de pouvoir bénéficier de cette même alliance. Par conséquent, tout ce qui est contenu dans les bénédictions de cette alliance vous appartient maintenant. En outre, Pierre a bien dit que cet infirme a été guéri parce qu'il était au bénéfice de l'alliance conclue avec Abraham.

Au point où nous sommes parvenus, je dois vous montrer pourquoi le nom de Jésus doit toujours pouvoir vous donner la guérison. Ce nom de Jésus doit toujours vous guérir, parce qu'Il est la "semence de la promesse" (Genèse 22 : 18) mentionnée par l'alliance avec Abraham. Relisez encore le verset que nous venons de citer (Actes 3 : 25). Si Dieu n'avait pas honoré Son nom dans la guérison de cet infirme, nous n'aurions que deux explications possibles au fait que le nom de Jésus n'aurait pas guéri cet homme :

  1. Soit Jésus était un imposteur. Il ne serait pas la semence de la promesse dans l'alliance avec Abraham.
  2. Soit Dieu avait menti à Abraham, parce qu'il avait promis à Abraham que Son alliance avec lui serait une alliance éternelle.

Tant que ces deux éventualités ne sont pas confirmées, le nom de Jésus sera toujours efficace pour vous guérir, ou guérir vos bien-aimés, parce que Jésus n'est pas un imposteur, et Dieu n'est pas un menteur !

En outre, l'alliance avec Abraham est bien comprise dans tout ce qui est couvert par l'autorité et la puissance du nom de Jésus. Par conséquent, Pierre a pu dire à l'infirme de se lever et de marcher au nom de Jésus. C'était son droit légal. Il était contenu dans un document légal, l'alliance conclue avec Abraham. Votre héritage intégral comprend donc, outre le salut, la guérison, la prospérité, et le bien-être de votre famille. Tout cela est inclus dans votre document légal. C'est pour cela que Pierre lui a dit :"Lève-toi et marche !" Et il l'a fait !

Troisième mot grec

Je voudrais vous montrer encore autre chose :

7 Ils firent placer au milieu d'eux Pierre et Jean, et leur demandèrent : Par quel pouvoir, ou au nom de qui avez-vous fait cela ?

Ceux qui les critiquaient les harcelaient toujours. Pourquoi donc ceux qui critiquent se manifestent-ils avec violence quand ils voient Dieu faire quelque chose ? Pourquoi donc ? Quand le Saint-Esprit peut librement toucher des vies, les changer, reconstruire des coules, guérir des corps malades, et manifester les oeuvres surnaturelles de Dieu, pourquoi ceux qui critiquent sont-ils hors d'eux ? Ils voulaient savoir par quel pouvoir, et au nom de qui ils avaient fait cela !

Considérons les propositions traduites par "par" (quel pouvoir) et "au" (nom de qui), au verset 7. Ces deux propositions sont les traductions de la même proposition grecque "en." Celle-ci peut aussi être traduite par "dans," ou "en." Par conséquent, ceux qui critiquaient Pierre voulaient savoir d'où venait la puissance par laquelle il avait fait ce miracle. Autrement dit, pour eux, la puissance était associée à un nom.

Le mot grec traduit par "puissance" est "dunamis," d'où vient aussi notre mot "dynamite." Ceux qui critiquaient reconnaissaient que ce qui était arrivé avait été causé par un nom qui était associé à de la dynamite, et ils voulaient savoir quelle était cette dynamite qu'il avait employée ! Ils voulaient savoir qui, ou quel nom, avait donné à Pierre cette autorité pour faire exploser cette dynamite.

Ce miracle avait mis hors d'eux ces responsables religieux. Cette troupe de Pharisiens et de Sadducéens me rappelle certains grands dirigeants autoproclamés de certaines de nos églises modernes mortes. Quand une guérison se produit, ils sont hors d'eux ! Ils font une poussée de "fièvre de contrôle" ! Ils veulent savoir quelle est la "dynamite" qui a produit ce prodige. En fait, toutes leurs plaintes se résument à ceci : "Vous n'avez pas obtenu notre permission !" Dans leur arrogance et leur ignorance religieuse, ils ne savent même pas que Dieu n'aurait jamais perdu Son temps précieux pour leur demander leur permission, pour quoi que ce soit !

Lisez à présent le verset 8 :

8 Alors Pierre, rempli du Saint-Esprit, leur dit : Chefs du peuple, et anciens d'Israël,

Voici la vraie raison de tout ceci : quand vous êtes rempli du Saint-Esprit de Dieu, il se passe des choses ! C'est l'Esprit de Dieu qui produit ces choses et qui oeuvre pour vous. Il n'existe aucune dynamite en dehors de l'Esprit de Dieu, parce que l'Esprit de Dieu est de la dynamite ! C'est de la puissance !

Dans Actes 1 : 8, juste avant Son ascension, Jésus a dit à Ses disciples qu'ils recevraient une "puissance." Connaissez-vous le mot grec traduit par "puissance" ? Toujours "dunamis" ! De la dynamite ! "Vous recevrez de la dynamite, quand le Saint-Esprit sera venu sur vous." Le Saint-Esprit est venu il y a deux mille ans, le jour de la Pentecôte, et Il est toujours là depuis cette date. Par conséquent, vous avez accès à cette dynamite du Saint-Esprit, vingt-quatre heures par jour !

Nous n'avons pas besoin de demander à Dieu de nous baptiser dans le Saint-Esprit ! Tout ce que nous devons faire, c'est recevoir, accepter le baptême qu'Il nous a déjà donné le jour de la Pentecôte, il y a près de 2000 ans. Dès que vous acceptez, que vous recevez ce baptême de la Pentecôte, vous disposez d'assez de dynamite pour faire exploser votre ville !

Ils voulaient donc savoir quelle était cette dynamite qu'il avait employée. Alors Pierre, rempli du Saint-Esprit, leur dit exactement ce qui s'était passé :

"Puisque nous sommes interrogés aujourd'hui sur un bienfait accordé à un homme malade, afin que nous disions comment il a été guéri, sachez-le tous, et que tout le peuple d'Israël le sache ! C'est par le nom de Jésus-Christ de Nazareth, que vous avez crucifié, et que Dieu a ressuscité des morts, c'est par lui que cet homme se présente en pleine santé devant vous" (Actes 4 : 9-10).

Il y a certaines choses intéressantes dans ces deux versets. Tout d'abord, le mot "malade," au verset 9. C'est la traduction du mot grec "asthenos." Ce mot signifie en réalité "sans force," ou "impotent." Cet homme était sans forces. Ses pieds et ses chevilles ne s'étaient pas développés, et n'avaient aucune force.

Quatrième mot grec

Au verset 9, Pierre explique comment cet homme a été guéri. Le mot traduit par "guéri," est le mot grec "sozo." Ce même mot est aussi traduit par "sauvé" dans tout le Nouveau Testament. Vous devez savoir que le verbe grec "sozo," traduit par "sauver," et le nom formé à partir de ce verbe, "soteria," qui signifie "salut," sont traduits de différentes manières dans le Nouveau Testament en français. Toutes ces traductions viennent du fait qu'une fois que quelqu'un est sauvé, il bénéficie de bien d'autres choses que du salut spirituel.

Dans le verset que nous étudions, "sozo" est traduit par "guéri" parce que la guérison accompagne le salut. Pourquoi ? Parce que la guérison est comprise dans l'alliance conclue avec Abraham. Quand vous recevez le salut, vous devenez un enfant d'Abraham, et vous êtes greffé dans les bénédictions comprises dans l'alliance que Dieu a conclue avec lui. Comme le salut concerne tout notre héritage, on peut traduire ce même mot "sozo" non seulement par "salut," "délivrance de l'enfer," mais aussi "guérison de la maladie." Dans notre passage, on a traduit "sozo" par "guéri," parce que la guérison physique est le salut du corps.

Cinquième mot grec

Regardez à présent la fin du verset 10, et l'expression "en pleine santé." C'est la traduction du mot grec "hugiès," d'où vient notre mot "hygiène." Il signifie "en bonne santé à la suite d'une purification."

Quand Pierre a ordonné à cet homme de se lever et de marcher, ce dernier passa soudain par "l'hygiène" du Saint-Esprit ! S'il y avait dans la vie de cet homme quelque chose qui n'était pas pur, le nom de Jésus en a pris soin ! Il a été purifié au moment où Pierre lui a dit : "Au nom de Jésus, lève-toi et marche !" Purification et guérison vont ensemble !

La plupart des gens ne réalisent pas tout ce qui est inclus dans le salut. Pourtant, le salut comprend le pardon des péchés, la guérison, la prospérité et le bien-être de notre famille. Ce sont nos droits. La raison principale pour laquelle tant de Chrétiens ne sont pas guéris, c'est qu'ils ont leur cerveau encombré d'enseignements négatifs et accusateurs. Toute leur vie, on leur a inculqué qu'ils n'étaient que des vers, et qu'ils ne méritaient rien. Mais ce n'est pas le cas !

Quand vous devenez un enfant de Dieu, vous méritez toutes les bénédictions de Dieu, qui sont toutes comprises dans votre héritage intégral. Cet héritage comprend la guérison de notre corps. La guérison de notre corps nous fera bénéficier des "stéroïdes" et de "l'hygiène" du Saint-Esprit ! Tout cela nous appartient ! C'est à nous ! Nous nous emparons par la foi de tout ce que Dieu a en réserve pour nous !

Avant de pouvoir être guéris, nous devons connaître nos droits. Vous ne pouvez pas agir si vous êtes dans l'ignorance. Un Chrétien ne peut pas agir pour sa guérison tant qu'il n'est pas convaincu que la guérison lui appartient. Quand nous sommes convaincus que la guérison est à nous, nous pouvons agir en conséquence, car c'est quelque chose qui nous appartient. En matière de prière pour les malades, le plus grand problème est de les convaincre que la guérison leur appartient vraiment.

Voyez-vous, nous avons tendance à ne pas étudier nous-mêmes les Ecritures. Par conséquent, nous ne savons pas que la guérison nous appartient véritablement. Nous ne lisons pas et n'étudions pas la Bible, tout au moins assez pour savoir que la guérison fait partie de l'alliance conclue avec Abraham, et qu'elle fait donc aussi partie de notre salut. C'est pour cela que, quand on vous dit : "Frère, la guérison vous appartient !", vous répondez : "Mais je n'en sais rien !"

Ainsi, vous avez ici deux mots grecs différents traduits par "être guéri," ou "être en pleine santé." Au verset 9, vous avez "sozo," qui est aussi traduit ailleurs par "être sauvé." Ici, manifestement, le contexte montre bien que Pierre parle d'une guérison physique. Par ailleurs, nous trouvons au verset 10 le mot grec "hugiès," traduit ici par "en pleine santé."

Considérez à présent le verset 12 :

12 Il n'y a de salut en aucun autre; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés.

Je dois dire que je suis en désaccord avec les traducteurs. Et vous allez voir pourquoi. Le mot grec traduit par "être sauvés" est toujours le verbe "sozo," qui a été traduit au verset 9 par "être guéri." Je crois que les traducteurs se sont trompés en traduisant "sozo" par "être sauvés" au verset 12, et que le contexte nous montre qu'il ne s'agit pas ici du salut de l'âme. Pourquoi ?

Même une lecture superficielle des chapitres 3 et 4 nous révèle qu'ils concernent la guérison physique d'un infirme. En outre, le verbe "sozo" (ou son substantif "soteria," guérison) est uniformément traduit par "guérir" ou "être guéri" tout au long de ces deux chapitres. Par conséquent, dans un tel contexte, Pierre parle d'un homme qui a été guéri, pas d'un homme qui vient d'être sauvé. Il a déjà employé le même verbe "sozo" au verset 9 pour indiquer que cet homme avait été guéri.

A présent, voici ce qu'il veut dire : "Il n'y a de guérison en aucun autre ; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être guéris."

Pourtant, le même verset, tel qu'il est traduit, est également juste, car il est vrai "qu'il n'y a de salut en aucun autre ; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés." Mais ce n'est pas ce que le contexte indique ici. Nous devons bien comprendre que la guérison entre dans le domaine du salut. C'est pour cela que le même mot est employé pour désigner à la fois "salut" et "guérison." Par conséquent, ce verset devrait bien être lu ainsi : "Il n'y a de guérison en aucun autre ; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être guéris."

Considérez à présent l'emploi du verbe "devions." Il s'agit de la traduction du verbe grec impersonnel "dei," qui signifie : "considérant les circonstances d'une situation donnée, ce qui suit est une nécessité logique." En d'autres termes, "dei" est employé quand un certain nombre de circonstances introduisent une séquence d'événements logiques qui doivent s'enchaîner les uns des autres. Ces circonstances doivent nécessairement entraîner un certain nombre de conséquences logiques et nécessaires. A présent, puisque la guérison ne peut être reçue par aucun autre nom que le nom de Jésus, il est logiquement nécessaire que nous soyons guéris au nom de Jésus.

La situation est la suivante : il n'y a aucun autre nom que le nom de Jésus, par lequel nous puissions être guéris. Par conséquent, la conclusion nécessaire de cette vérité, c'est que nous soyons guéris par le nom de Jésus, puisqu'il n'y a aucun autre nom par lequel nous puissions être guéris ! Si nous devons être guéris, il est logiquement nécessaire que nous soyons guéris au nom de Jésus. Le mot grec traduit par "devions" est en réalité beaucoup plus puissant que la traduction française. Il veut dire qu'il n'y a de guérison qu'en Jésus. Quand vous avez bien compris cela, cela fait exploser votre cerveau ! Il est donc logiquement nécessaire que nous venions à Jésus pour être guéris.

Ensuite, au verset 13, ceux qui critiquaient Pierre, voyant que Pierre et Jean étaient des hommes sans instruction, s'étonnaient, parce qu'ils reconnaissaient qu'ils avaient été avec Jésus, et que cela se voyait :

13 Lorsqu'ils virent l'assurance de Pierre et de Jean, ils furent étonnés, sachant que c'étaient des hommes du peuple sans instruction; et ils les reconnurent pour avoir été avec Jésus.

Ils les reconnurent pour avoir été avec Jésus ! Ils croyaient qu'ils étaient ignorants, stupides et aveugles, mais ils reconnaissaient quelque chose en eux : ils étaient différents ! Ils pouvaient dire que ces hommes avaient été avec Jésus, et c'est cela qui faisait la différence ! Ce n'étaient pas des hommes instruits. Ils n'avaient aucun diplôme universitaire, ils n'étaient diplômés d'aucune école biblique. Ils n'avaient aucune éducation supérieure. Mais ceux qui les critiquaient reconnaissaient qu'ils avaient été avec Jésus !

14 Mais comme ils voyaient là près d'eux l'homme qui avait été guéri, ils n'avaient rien à répliquer.

Regardez le mot qui a été traduit par "guéri" dans ce verset !

Sixième mot grec

Le mot grec traduit par "guéri" dans ce verset 14 est le mot "thérapeuo," d'où viennent le mot français "thérapie" et tous ses dérivés. Quand Pierre a dit à cet infirme de se lever et de marcher, ce dernier non seulement a reçu une bonne dose de "stéroïdes spirituels," une guérison physique ("sozo"), un héritage intégral, et une bonne "hygiène" du Saint-Esprit, mais il a aussi bénéficié d'une "thérapie" divine instantanée. Le Saint-Esprit est capable de nous donner une parfaite thérapie ! Cet infirme a bénéficié d'une thérapie divine, et a pu marcher instantanément suite à l'application de cette thérapie !

Au point où nous sommes parvenus, nous avons vu six mots grecs différents qui s'appliquent à la guérison de cet homme. N'est-ce pas formidable ? Et c'est le médecin Luc, qui connaissait bien le jargon médical, qui nous rapporte cette scène, en employant la terminologie médicale adéquate, pour nous décrire ce que le Saint-Esprit avait fait à cet homme.

Cet homme a reçu le "paquet" complet ! Il a été instantanément guéri par la "thérapie" du Saint-Esprit. Il a reçu une bonne dose de "stéroïdes" spirituels. Il a bénéficié d'une parfaite et puissante cure. Il est entré dans son "héritage intégral." Il a bénéficié de "l'hygiène" du Saint-Esprit ! Cet homme a reçu tout ce qu'il pouvait recevoir, et il l'a reçu en un instant. Il n'est pas étonnant qu'il se soit levé d'un bond et se soit mis à marcher, à sauter et à entrer dans le temple avec les apôtres ! la Bible dit que non seulement il a commencé à marcher, mais aussi qu'il a continué à marcher !

A présent, permettez-moi de vous montrer encore quelque chose, avant de clore ce chapitre. Regardez les versets 17 et 18 :

17 Mais, afin que la chose ne se répande pas davantage parmi le peuple, défendons-leur avec menaces de parler désormais à qui que ce soit en ce nom-là. 18 Et les ayant appelés, ils leur défendirent absolument de parler et d'enseigner au nom de Jésus.

Tous ces hommes qui les critiquaient les ont menacés, et leur ont dit qu'ils ne pouvaient plus agir ainsi ! Ils leur ont dit qu'ils ne pouvaient plus parler à personne au nom de Jésus. Ils ne devaient plus enseigner personne en ce nom.

J'aimerais que vous considériez les prépositions employées aux versets 17 et 18, et qui sont traduites par "en ce nom-là" et "au nom de Jésus." Dans le texte grec, deux prépositions différentes sont employées. Au verset 17, le grec emploie la préposition "en," équivalente à notre "en" ou "dans." Mais, au verset 18, Pierre emploie la préposition grecque "epi," qui ne signifie pas "en," mais "sur."

Les adversaires ont dit aux apôtres qu'ils ne pouvaient plus enseigner "sur" le nom de Jésus. Autrement dit, ils ne devaient plus utiliser le nom de Jésus comme fondement de leurs enseignements ou de leurs actes.

Voyez-vous la différence ? Le nom de Jésus était le fondement de la doctrine des apôtres ! Aujourd'hui, dans certaines églises, le nom de Jésus n'a jamais été bien plus qu'un simple cliché. Mais ici, dans le Livre des Actes, ce nom était le fondement même de leurs enseignements. Le nom de Jésus, en fait, était le fondement de tout ce qu'ils disaient. Ils enseignaient "sur" ce nom. Ils utilisaient ce nom, et tout ce que ce nom représentait, comme le solide fondement de toute leur doctrine, de tous leurs enseignements, et de tous les miracles qu'ils accomplissaient.

Leurs adversaires leur disaient en fait qu'ils ne devaient plus enseigner, parler et prêcher en utilisant ce nom de Jésus comme fondement de ce qu'ils disaient et faisaient. Cependant, ils n'ont pas écouté ce que leur disaient leurs adversaires. Ils savaient que ce nom de Jésus leur donnait accès à tout ce dont les hommes avaient besoin, dans tous les domaines de leur vie.

Nous devons apprendre à prononcer ce nom avec autorité ! Nous devons apprendre à attaquer un problème en employant ce nom de Jésus, exactement comme Pierre l'a fait. Il a attaqué l'infirmité de cet homme, et a dit : "Au nom de Jésus, lève-toi et marche !" Quand vous apprenez à employer ce nom avec autorité, le ciel et la terre doivent bouger pour laisser agir ce nom, et pour que des choses se passent en votre faveur, afin que vous puissiez entrer dans votre héritage intégral ! Ce nom de Jésus n'est pas un cliché ! Toute la puissance du ciel et de la terre est dans ce nom, et les adversaires le savaient ! Ils ont ordonné aux apôtres de ne plus enseigner "sur" ce nom, parce qu'ils ne pouvaient pas supporter les conséquences négatives pour eux ! "Ne le faites plus !"

Alors les apôtres Pierre et Jean leur répondirent :

19 Pierre et Jean leur répondirent : Jugez s'il est juste, devant Dieu, de vous obéir plutôt qu'à Dieu; 20 car nous ne pouvons pas ne pas parler de ce que nous avons vu et entendu.

Et ce qu'ils avaient vu et entendu était fondé sur le nom de Jésus.

Tout est dans ce nom ! J'entends chanter des cantiques sur le nom de Jésus, et ils sont très beaux. Mais ce nom n'est pas un cliché ! Beaucoup d'entre vous ont plus d'expérience que moi. Mais j'ai découvert certaines choses, et je les ai vérifiées dans ma propre expérience. Le nom de Jésus peut percer un trou dans un mur de briques ou de pierres, avec toute la puissance et la dynamite qu'il contient ! Un homme rempli du Saint-Esprit qui attaque un problème avec autorité, en n'employant rien d'autre que le nom de Jésus, peut détruire ce problème ! Si ce problème est une maladie, il peut la réduire à néant, en n'employant que le nom de Jésus ! Elle doit partir ! Il n'est pas étonnant que les apôtres aient refusé d'obéir à leurs adversaires, qui leur ordonnaient de ne plus enseigner "sur" ce nom !

Finalement, ils ont été relâchés. Ils se sont tous réunis et ont prié :

29 Et maintenant, Seigneur, vois leurs menaces, et donne à tes serviteurs d'annoncer ta parole avec une pleine assurance, 30 en étendant ta main, pour qu'il se fasse des guérisons, des miracles et des prodiges, par le nom de ton saint serviteur Jésus.

Notez l'expression : "pour qu'il se fasse des guérisons, des miracles et des prodiges, par le nom de ton saint serviteur Jésus." Ici, le grec emploie encore une autre préposition : "dia," qui signifie "au travers de." Il faudrait donc lire : "pour qu'il se fasse des guérisons, des miracles et des prodiges, au travers du nom de ton saint serviteur Jésus."

Nous venons donc de voir trois prépositions : "dans," (ou "en"), "sur" et "au travers de." Des guérisons, des miracles et des prodiges peuvent être accomplis au travers du nom de Jésus-Christ, le Saint Serviteur de Dieu. Voulez-vous avoir des miracles et des prodiges dans votre vie ? Alors, employez ces trois prépositions associées au nom de Jésus, et vous les obtiendrez !

Tout d'abord, assurez-vous que votre besoin soit à l'intérieur de la sphère d'autorité couverte par le nom de Jésus. Le nom de Jésus couvre une certaine sphère d'autorité, et vous pouvez obtenir absolument tout ce qui est inclus dans cette sphère. Ensuite, employez le nom de Jésus comme fondement, sur lequel vous pourrez obtenir un miracle. Troisièmement, quand vous recherchez un miracle, vous l'obtiendrez au travers de Son nom, quand vous le prononcez dans le cadre de la sphère qu'il couvre. Dans le cas particulier que nous avons étudié, le miracle concernait la guérison d'un homme dont les muscles et les os n'accomplissaient plus leur fonction. Pierre, qui se trouvait bien dans la sphère d'autorité du nom de Jésus, a prononcé des paroles qui s'appuyaient sur le nom de Jésus, et le miracle s'est manifesté au nom de Jésus. C'est pourquoi cet homme s'est levé et a marché. Les guérisons vous appartiennent "dans," "sur," et "au travers du" nom de Jésus !

"Mais tout le monde sait que ces choses sont passées ! Elles ne concernaient que le temps des apôtres !" Ces paroles sont une farce ! Vous n'avez pas besoin de savoir beaucoup de grec pour rejeter ce stupide argument ! La guérison nous appartient maintenant ! La preuve est devant nous ! Nous l'avons vu s'accomplir. Vous n'avez pas besoin de voir pour croire. Tout est là devant vous !

Notre héritage intégral, grâce à l'alliance d'Abraham, comprend la guérison de notre corps. Cette guérison appartient à tous les Chrétiens qui liront ces lignes ! Elle appartient à chacun de nous !

Commentaires

Faites partie des 1 500 visionnaires
Pub Publicité