Victoire sur les démons, la maladie et la mort (Page 7 / 15)

Une étude de John G. Lake

La réalité tangible de l'Esprit (Chapitre 7)

L'une des choses les plus difficiles à comprendre, pour ceux qui ne sont pas habitués au ministère de guérison, est de réaliser que l'Esprit de Dieu est une réalité tangible, concrète, vivante, tout aussi réelle que l'électricité, toute aussi réelle que n'importe quelle force que l'on rencontre dans la nature. Oui, et infiniment plus réelle ! L'Esprit de Dieu est le principe de vie qui soutient partout toutes les manifestations de la vie.

Votre esprit est cette qualité de vie qui est en vous, le principe de vie qui vous donne le mouvement. Il ne s'agit pas seulement de votre intelligence, mais de l'Esprit de Dieu qu'Il a soufflé en vous, cet esprit que Dieu a soufflé dans l'homme. Il est éternel. Prenez l'homme extérieur et enterrez-le, les vers le mangeront. Mais ils ne mangeront pas l'homme réel, celui qui vit à l'intérieur du corps. Peu de gens pensent donner à cet homme intérieur sa place normale, peu reconnaissent le droit divin de cet homme intérieur de diriger et de gouverner notre être entier.

Le secret de la conversion, pour un chrétien, revient à donner à Dieu le droit d'entrer dans votre vie et d'habiter dans votre être entier. Vous aviez un esprit en vous, avant que Dieu vienne vous sauver. C'était un esprit insufflé par Dieu, un esprit éternel que Dieu avait insufflé en vous au commencement. Il fallait cet esprit pour faire de vous un être humain. Mais cela n'est pas le salut. Quand Jésus-Christ entre dans l'âme d'un homme pour le sauver, Il envoie Son Esprit dans votre nature pour vous sauver par Sa grâce. Il prend possession de votre esprit, de votre âme, et de votre corps. Le salut est la chose la plus réelle qui soit au monde, que Dieu soit béni !

L'homme qui tomba dans la rivière 

Un jour, je traversais l'un des ponts de Chicago, quand un homme tomba dans la rivière. C'était l'époque où toutes les eaux usées de Chicago se déversaient dans la rivière. Un homme, qui avait plus de présence d'esprit que moi, saisit une corde dans un camion et réussit à sortir l'homme de l'eau, mais il était évanoui. On avait appelé un docteur. Il plaça l'homme sur un tonneau, face contre terre, et commença à le secouer. Un monsieur dit : Grâce à Dieu, il est vivant ! Mais le docteur répondit : Pas trop vite ! Nous l'avons sorti de la rivière, mais maintenant nous devons sortir la rivière de lui ! Et il continua à faire sortir de l'homme cette eau noire et boueuse, pour que l'air pénètre dans les poumons de l'homme. 

Beaucoup de gens sont sauvés de la même manière. Ils ont saisi Dieu par la foi. Lorsqu'ils seront morts, ils iront au ciel pour être avec le Seigneur. Mais il y a quelque chose de bien meilleur que cela. Le salut en Jésus-Christ consiste aussi à faire sortir la rivière de vous ! A enlever la boue de votre esprit, afin qu'il soit pur et doux comme l'Esprit de Dieu. A l'enlever de vos pensées, pour qu'elles soient guéries, et que vous puissiez avoir les pensées et la conscience de Dieu, pour que vous soyez nettoyé de toutes ces saletés et pourritures, par la puissance de Dieu. C'est cela, le salut ! Jésus n'a jamais rien enseigné d'autre. Il nous enseigne un plein salut pour l'esprit, l'âme et le corps, qui doivent glorieusement manifester l'homme racheté, que Dieu soit béni ! Mon coeur chante et mon âme carillonne de joie quand je pense à ce véritable salut ! Le monde passe à côté. L'Eglise passe aussi à côté, dans la mesure où cette conception du véritable salut ne correspond plus au modèle de Dieu, mais se réduit à ce qui se passe au ciel. On a perdu la saveur et la puissance de Sa grâce rédemptrice. On commence seulement à retrouver lentement cette vision. 

Nous qui avons suivi, au cours des dernières semaines, les leçons de l'Ancien Testament, nous avons pu établir les véritables fondations sur lesquelles va pouvoir s'appuyer toute la structure ultérieure de la foi en la guérison. Nous avons étudié les expériences des patriarches, et l'alliance que Dieu a conclue avec les enfants d'Israël : Si tu écoutes attentivement la voix de l'Eternel, ton Dieu. C'est le premier principe de la guérison : l'obéissance à la Volonté de Dieu. 

Quand on vit en harmonie avec Dieu et avec la Parole de Dieu, on a déjà pratiquement éliminé la moitié des causes de maladie ! Mardi dernier, un homme est entré dans mon bureau en disant : « Oh, je suis en train de devenir fou »! Je lui dis : « Oui, cela m'en a tout l'air » ! Il ajouta : «J'ai envie d'aller me noyer »! Je répondis : « Sois un homme, prends un siège et dis-moi ce qui se passe »! Il répondit : « Ma femme veut me quitter ». Je lui dis : « Ce qui est remarquable, c'est qu'elle veuille seulement te quitter maintenant ! C'est un prodige qu'elle ne l'ait pas déjà fait » ! J'ajoutai : « Bien, je vais te dire ce que tu devrais faire. Tu dois aller vers Dieu, te repentir de ton péché et te mettre en règle avec Lui. Quand tu auras fait cela, tu pourras te mettre en règle avec ta femme et avec tout le monde. Tant que tu ne l'auras pas fait, ton foyer sera un enfer. C'est toi qui es le problème et qui as causé tout cela » ! Que Dieu soit béni, c'est ce qu'il a fait. Il est à présent sauvé, et son foyer est sauvé. Cette famille n'a pas été détruite. Oui, mes amis, l'obéissance à la Parole de Dieu est le premier principe par lequel nous pouvons établir une relation avec Dieu.

La manière normale d'être guéri 

Une dame avait un frère qui se mourait d'hydropisie. Il vint ici et commença à guérir pendant une semaine ou deux. Puis il reçut une conviction de péché qui absorba ses pensées et son âme. Ensuite, sa santé recommença à se détériorer. Il fut tout près de mourir. Alors il leva les mains au ciel et s'abandonna à Dieu. Son âme fut en paix. Puis la puissance du Seigneur vint et le guérit. Nous sommes heureux que Dieu veuille sauver les hommes par les moyens qu'Il choisit, mais la manière naturelle et normale est de venir confesser vos péchés pour vous mettre en règle avec Dieu. Vous êtes alors sur le terrain de la foi, votre coeoeur est en repos, votre âme est en paix, et vous avez dans votre esprit la conscience du salut de Dieu. La foi pour la guérison est alors naturelle.

Nous sommes allés prier pour un cher monsieur qui était en train de mourir d'une maladie chronique. Son état continua à empirer. Puis il commença à se préoccuper sérieusement de son salut. Son anxiété augmenta, jusqu'à ce qu'elle absorbe complètement son âme. Je dis : « Cela ne sert à rien de prier pour sa guérison. Il ne guérira jamais tant que son coeur ne sera pas en paix avec Dieu. Je dis au frère qui allait le visiter de prier pour que la puissance de Dieu vienne sur lui pour le sauver de son péché. Quand il revint, il nous dit que le visage du malade était rayonnant. Le Seigneur était venu et l'avait sauvé de ses péchés, puis Il l'avait guéri. Car la loi de l'Esprit de vie en Jésus-Christ m'a libéré de la loi du péché et de la mort ». Dans ce passage de l'Ecriture, vous avez l'une des déclarations les plus merveilleusement condensées, qui nous révèle en peu de mots les plus grands principes spirituels.

Voici un autre passage semblable : «  Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre ». En voici encore un autre dans 1 Corinthiens 8 : 6 : « Néanmoins pour nous il n'y a qu'un seul Dieu, le Père, de qui viennent toutes choses et pour qui nous sommes, et un seul Seigneur, Jésus-Christ, par qui sont toutes choses et par qui nous sommes ». Il est le Dieu qui était à l'origine, de qui viennent toutes choses. C'est par Sa vie, Sa nature, Son caractère et Sa substance que Jésus-Christ le Créateur a fait toutes choses. Ainsi, celui qui prie prend de l'Esprit et de la Substance de Christ et, par la foi, forme et crée ce que son âme désire, que cela concerne la sainteté ou la guérison. 

Nous pouvons, par l'action de notre volonté, nous libérer de la puissance de la loi du péché et de la mort et, par l'action de notre volonté, nous mettre consciemment en contact et en relation avec la loi de l'Esprit de Vie.

Libéré de la loi de la gravité 

Nous pouvons lire l'histoire d'un homme qui vivait vers le seizième siècle, et que l'on appelait le moine volant. Quand il se trouvait dans un certain état spirituel, cet homme possédait la particularité de s'élever en l'air et de flotter dans la pièce où il se trouvait. Un jour qu'un certain prince royal le visitait, il est dit qu'il s'est envolé par la fenêtre ! On pensait que cet homme avait réussi à se mettre en relation avec une certaine loi qui le libérait de la loi de la gravitation, et qui lui avait permis de s'élever de sa chaise pour s'envoler par la fenêtre ! 

S'il avait pu rester en contact avec cette loi, je me demande jusqu'où il aurait pu aller ! Lorsque, dans l'Ancien Testament, les prophètes sont allés chercher Elie, ils ont dit : Peut-être que l'Esprit de l'Eternel l'a emporté et l'a jeté sur quelque montagne ou dans quelque vallée (2 Rois 2 : 16). Ils comprenaient mieux certaines lois spirituelles que notre génération ne les comprend. Mais Elisée répondit : Ne les envoyez pas ! Car il savait, lorsqu'il se trouvait près de la rivière, que la gloire de Dieu était descendue du ciel, et qu'Elie était monté dans le char de Dieu pour aller dans la gloire.

Y a-t-il quelque chose qui vous tient lié ? 

Nous marchons dans cette vie en fermant nos pensées et en fixant notre coeur sur ce vieux monde. Combien le coeur et la vie des hommes sont attachés à ce monde ! Le directeur d'un cinéma m'envoya chercher, et je priai pour trois personnes dans son bureau. Il me dit : Je possède seize cinémas. Chaque matin, je reçois un rapport de chaque cinéma, par télégraphe ou par télé- phone, pour me donner tous les détails de la marche de l'affaire. Tout cela m'épuise complètement ! Je dis dans ma prière : Cher Seigneur, voici un homme qui est entièrement absorbé par une seule chose, la direction d'un groupe de cinémas. Il n'a aucune vision de Dieu, de la vie, ni de rien d'autre. Voici un homme qui vit dans ce petit cercle misérable. Tout ce dont il est capable, c'est faire marcher cette grande machine de cinémas ! 

Y a-t-il quelque chose qui vous tient lié, mon frère, ma soeur ? Une petite maison le long de l'autoroute, ou dans l'une de ces rues ? Vous ne pourrez pas l'emmener avec vous dans la gloire. Un de ces jours, vous allez mourir, vous devrez la laisser, et où serez-vous ? La plupart de nous avons pour notre vieille maison, notre vieux terrain, ou quelques autres babioles, plus de considération que pour notre propre vie. Jésus a essayé de nous faire comprendre cette leçon, lorsqu'Il a dit : La vie est plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement (Luc 12 : 23). 

Les chrétiens ont été suscités pour être la révélation de la divine puissance de Jésus-Christ, qui doit venir dans l'esprit de l'homme pour le changer et le rendre doux et aimable comme Dieu Lui-même ; qui doit venir dans les pensées de l'homme, et prendre possession de toutes ses facultés ; qui doit venir dans la nature de l'homme, et la changer par la puissance de Dieu, jusqu'à ce que ses pensées soient pures, saintes, et pleines d'amour ; qui doit venir dans son vieux corps malade, jusqu'à ce que l'action de Dieu révolutionne toutes les cellules de son sang. Je crois que lorsque le Sang de Jésus-Christ est appliqué à la nature humaine, à son esprit, son âme et son corps, lorsque son péché est pardonné, les effets de ce péché devraient être éliminés de sa vie. Cela peut ne pas être vrai pour tous les chrétiens, parce que nous n'avons pas été enseignés, dans notre foi chrétienne, à croire à notre purification physique avec la même force et la même puissance que nous croyons à la purification de notre âme. Mais la Parole de Dieu dit : « Je vengerai (je purifierai) leur sang que je n'ai point encore vengé, Et L'Eternel résidera dans Sion » (Joël 3 : 21). 

C'est peu de chose pour Dieu que de faire une opération. Tout le but du salut est de stopper la progression du péché et de la maladie dans l'homme. Les hommes vivent comme des animaux. Je ne veux pas dire qu'ils vivent grossièrement et vulgairement. Ils mangent, dorment, se distraient, et travaillent, mais ils ne sont pas du tout en contact avec Dieu. Puis l'homme finit par s'éveiller. Comme le disait ce vieux prédicateur noir en parlant du fils prodigue : Il a enlevé son manteau et l'a vendu. Puis il a enlevé sa veste et l'a vendue. Il a enfin enlevé sa chemise. Quand il n'a plus eu de chemise, il ne lui restait plus que lui-même. Nous arrivons à la limite de nos possibilités personnelles de plusieurs manières. 

Benjamin Franklin croyait qu'il pouvait mettre l'électricité en bouteille. Il pensait qu'elle était une substance réelle et tangible et qu'on pouvait s'en saisir. Il croyait que l'éclair était de la même nature que l'électricité. Il construisit alors un cerf-volant et attacha une clef à la corde. Il étendit la main vers la clef et reçut une décharge électrique. Les conséquences de cette expérience révolutionnèrent le monde. Les hommes commencèrent à étudier les lois de l'électricité et à les mettre en pratique.

Jésus-Christ a révélé et appliqué les lois de l'Esprit 

Jésus-Christ est venu pour nous révéler les lois de l'Esprit et pour les appliquer. Il y a dans le coeur de Dieu une puissance dynamique qui est assez grande pour sauver tous les hommes du monde, pour guérir tous les hommes du monde, pour les guérir de toutes leurs maladies, de toutes les formes de péché et de toutes les formes de maladie, et pour ressusciter les morts. Que Dieu soit béni ! Voici comment j'imagine ce que le Fils de Dieu pouvait penser : Si j'arrive à faire comprendre ces vérités à l'intelligence des hommes, pour qu'ils puissent les voir et se les approprier pour leur bénéfice, alors le monde sera sauvé ! De toute manière, c'est ce qu'Il a entrepris de faire ! Ainsi, par Sa vie, par Sa mort, par Sa résurrection d'entre les morts, étape après étape, Il est allé jusqu'au trône de Dieu, S'est présenté au Père, et a reçu du Père le don du Saint-Esprit. Puis Il a dit : C'est fait ! Et Il a commencé à Le répandre pour bénir le monde (Actes 2). Depuis lors, Il n'a pas arrêté de Le déverser sur le monde, sur tous ceux qui Le reçoivent. Que Dieu soit béni !

Le Saint-Esprit accomplira pour vous, par Sa puissance, ce qu'Il a accompli pour n'importe quelle autre personne dans ce monde. Mais, bien-aimés, vous devez venir à Dieu avec sérieux, sincérité et foi, et vous emparer de cette puissance. Croyez-vous que Benjamin Franklin aurait découvert l'électricité s'il n'avait pas cru que l'électricité existait ? Vous ne recevrez aucune guérison de Dieu si vous ne croyez pas qu'il y a une guérison pour vous. Vous ne la recevrez jamais dans votre corps, dans votre âme ou dans votre esprit, tant que vous ne vous en saisirez pas d'une manière intelligente.

C'est pour cela que nous demandons aux gens de témoigner de ce que Dieu a fait, et d'essayer de raconter aux autres comment Dieu a agi dans leur vie, pour que votre âme parvienne à l'intelligence de la foi, et que vous compreniez que la rédemption de JésusChrist n'est pas un mythe, mais une réalité scientifique. Christ n'était pas un rêveur sentimental. Il tenait dans Ses mains les clefs de l'univers. Il connaissait les trésors cachés dans le coeur du Dieu éternel. Il S'est dit : Il faut que je donne tout cela aux hommes ! Il faut qu'ils le voient, qu'ils le sentent, qu'ils en fassent l'expérience ! Il faut qu'ils en soient complètement transformés et que leur vie soit révolutionnée ! Que Dieu soit béni ! 

Devant moi se trouve assis un homme qui a été guéri d'une hernie. Cette hernie le plongeait dans des souffrances infernales. Il devait parfois s'efforcer toute la nuit de remettre ses organes à leur place. Il a souffert le martyre pendant dix-sept ans. Un soir, des amis l'on emmené à une réunion de maison. Quelques chrétiens l'ont entouré et lui ont imposé les mains. Le feu de Dieu, cette puissance que Jésus nous a acquise par Sa mort et que Jésus a reçue du coeoeur du Père, est descendu sur son âme et sur son corps. Il s'est relevé guéri de son hernie. Quel merveilleux salut, n'est-ce-pas ?

Photo de John G. Lake
Pasteur

1 commentaire

Faites partie des 1 500 visionnaires
Infos Informations
28:37
Moment paisible - Gordon Zamor Instrumental - Atmosphère de prière
28:34
Passionné(e) Église Paris Métropole