Esaïe chapitre 64

1 A la mienne volonté que tu fendisses les cieux, et que tu descendisses, et que les montagnes s'écoulassent de devant toi!
2 Comme un feu de fonte est ardent, et comme le feu fait bouillir l'eau; tellement que ton Nom fût manifesté à tes ennemis, et que les nations tremblassent à cause de ta présence. 3 Quand tu fis les choses terribles que nous n'attendions point, tu descendis, et les montagnes s'écoulèrent de devant toi. 4 Et on n'a jamais ouï ni entendu des oreilles, ni l'oeil n'a jamais vu de Dieu hormis toi, qui fît de telles choses pour ceux qui s'attendent à lui.
5 Tu es venu rencontrer celui qui se réjouissait, et qui se portait justement; ils se souviendront de toi dans tes voies; voici, tu as été ému à indignation parce que nous avons péché; tes compassions sont éternelles, c'est pourquoi nous serons sauvés. 6 Or nous sommes tous devenus comme une chose souillée, et toutes nos justices sont comme le linge le plus souillé; nous sommes tous tombés comme la feuille, et nos iniquités nous ont transportés comme le vent.
7 Et il n'y a personne qui réclame ton Nom, qui se réveille pour te demeurer fortement attaché; c'est pourquoi tu as caché ta face de nous, et tu nous as fait fondre par la force de nos iniquités. 8 Mais maintenant, ô Eternel! tu es notre Père; nous sommes l'argile, et tu es celui qui nous as formés, et nous sommes tous l'ouvrage de ta main.
9 Eternel, ne sois point excessivement indigné contre nous, et ne te souviens point à toujours de notre iniquité. Voici, regarde, nous te prions, nous sommes tous ton peuple. 10 Les villes de ta sainteté sont devenues un désert; Sion est devenue un désert, et Jérusalem une désolation. 11 La maison de notre sanctification et de notre magnificence, où nos pères t'ont loué, a été brûlée par le feu, et il n'y a rien eu de toutes les choses qui nous étaient chères qui n'ait été désolé.