Lamentations chapitre 1

1 Comme elle reste solitaire la cité qui, naguère, était si populeuse ! Elle est comme une veuve ! Elle qui était importante au milieu des nations, princesse des provinces, elle est astreinte à la corvée ! 2 Tout au long de la nuit, elle pleure, et ses larmes ruissellent sur ses joues. De tous ceux qui l'aimaient, aucun ne la console : tous ses compagnons l'ont trahie et ils sont devenus ses ennemis.
3 Juda s'en est allé dans un pays d'exil, accablé de misère, soumis à un dur esclavage. Le voici qui habite chez les nations sans trouver la tranquillité. Tous ceux qui le pourchassent l'atteignent au milieu des détresses.
4 Les chemins de Sion sont plongés dans le deuil parce qu'il ne vient plus personne pour célébrer la fête. Ses portes sont en ruine, ses prêtres se lamentent, ses jeunes filles sont affligées, la ville est remplie d'amertume. 5 Ses ennemis triomphent, ses adversaires sont heureux, car l'Eternel l'a affligée pour ses nombreux péchés, ses petits enfants sont partis dans la captivité, poussés par l'oppresseur.
6 La communauté de Sion a été dépouillée de toute sa splendeur. Ses ministres sont devenus semblables à des cerfs qui ne trouvent pas de pâture, qui fuient à bout de forces devant ceux qui les traquent.
7 Aux jours de son humiliation et de sa vie errante, Jérusalem se souvient des trésors qu'elle avait autrefois, maintenant que son peuple est, tout entier, tombé aux mains de l'oppresseur sans qu'il y ait personne qui vienne à son secours. Les ennemis la voient et font des gorges chaudes au sujet de sa destruction.
8 Voici : Jérusalem a gravement péché, c'est pourquoi elle est devenue comme un déchet. Tous ceux qui l'honoraient, maintenant la méprisent, car ils ont vu sa nudité. Elle-même en gémit et se détourne. 9 Sa souillure apparaît sur les pans de sa robe. Elle n'a pas songé à ce qui s'ensuivrait. Elle est tombée, sa chute est étonnante et nul ne la console. « O Eternel, dit-elle, vois mon humiliation, car l'ennemi triomphe. »
10 L'ennemi a pillé tous ses objets précieux, elle a vu les nations pénétrer dans son sanctuaire. Pourtant, tu avais dit : « Elles n'entreront pas dans ta communauté. » 11 Tout son peuple gémit en recherchant du pain. Il donne ses trésors contre des aliments pour reprendre des forces. « Vois, Eternel, dit-elle, et considère l'abjection où je suis. »
12 N'êtes-vous pas touchés, ô vous tous qui passez ? Regardez et voyez s'il est une douleur comparable à la mienne qui me fait tant souffrir. L'Eternel me l'a infligée au jour de sa colère ardente. 13 D'en haut, il a lancé un feu qui m'a pénétré jusqu'aux os, il a tendu un filet sous mes pieds : il m'a fait reculer et il a fait de moi une femme esseulée, accablée tout le jour. 14 Il a lié le joug que composent mes crimes, c'est sa main qui les a noués : ils pèsent sur mon cou. Il a sapé ma force. Le Seigneur m'a livrée au pouvoir d'hommes auxquels je ne peux résister. 15 Oui, le Seigneur a repoussé tous les vaillants guerriers qui étaient dans mes murs, et il a fixé contre moi un rendez-vous dans le but de briser mes jeunes gens. Le Seigneur a foulé comme dans un pressoir la population de Juda. 16 Pour tout cela, je pleure ; j'éclate en longs sanglots, car le consolateur qui ranimerait mon courage est loin de moi. Mes fils sont tous plongés dans la désolation, car l'ennemi a été le plus fort.
17 Sion étend les mains, mais nul ne la console. L'Eternel a donné des ordres, aux adversaires de Jacob, de l'entourer de toutes parts. Jérusalem est devenue un déchet à leurs yeux.
18 Mais l'Eternel est juste, car j'ai été rebelle à ses commandements. Ecoutez, je vous prie, vous, tous les peuples, et voyez ma douleur : mes jeunes filles, mes jeunes gens sont partis en captivité. 19 J'ai fait appel à mes amants, mais eux ils m'ont trahie. Mes prêtres et mes dirigeants ont péri dans la ville en cherchant de la nourriture pour reprendre des forces. 20 Regarde, ô Eternel, je suis dans la détresse ; tout mon être intérieur est en bouillonnement. Mon coeur chavire en moi parce que je me suis gravement révoltée. Tandis qu'à l'extérieur l'épée me prive de mes enfants, dans la maison c'est comme chez la mort. 21 On entend mes soupirs, mais nul ne me console et tous mes ennemis, apprenant mon malheur, sont dans la joie car c'est toi qui as fait cela. Fais donc venir le jour que tu as annoncé, et que mes ennemis deviennent comme moi ! 22 Oh oui, tiens compte de leur méchanceté, et traite-les comme tu m'as traitée pour punir mes forfaits, car il n'y a de cesse à mes gémissements, mon coeur est affligé.