A l'oeuvre (Livre complet) (Page 1 / 4)

Un e-book de Dwight Moody

Les préjugés sur le réveil

Il y aurait eu 1 Million d'âmes sauvées au travers du ministère de Moddy Dwight

L'évangéliste saint Jean nous raconte que, devant la tombe de Lazare, le Seigneur Jésus dit à ses disciples : « Enlevez la pierre. » Il voulait leur faire prendre une part active à la résurrection qu'il allait opérer. Cependant, il n'aurait eu qu'un mot à dire pour faire disparaître la pierre. S'il lui avait ordonné de s'écarter, elle aurait obéi à sa voix, comme le fit Lazare quand Jésus le rappela à la vie. Mais le Seigneur voulait apprendre à ses enfants qu'il leur revient une part de travail dans la résurrection de ceux qui sont morts spirituellement. Les disciples n'eurent pas seulement à enlever la pierre; après que Jésus-Christ eut ressuscité Lazare, ils eurent à le délier afin qu'il pût marcher.

Dieu pourrait facilement convertir les hommes sans nous ; mais ce n'est pas ainsi qu'il agit ordinairement, et je doute qu'il y ait sur la terre un seul homme qui ait été converti sans le concours plus ou moins direct de quelque instrument humain.

La pierre dont je désire parler aujourd'hui, et qui doit être enlevée avant que l'oeuvre de Dieu puisse se faire, s'appelle les préjugés. Beaucoup de personnes ont un grand préjugé contre les réveils religieux ; le mot seul leur est antipathique. Malheureusement, ce sentiment ne se rencontre pas seulement chez les gens du monde ; un grand nombre de chrétiens ont autant de répugnance pour le nom que pour la chose.

Que veut dire ce mot de réveil ? Il veut dire simplement le passage des ténèbres à la lumière; la découverte, la mise au jour, de quelque trésor caché. Nous sommes tous d'avis, je crois, que nous vivons dans un temps de grande disette spirituelle. Je doute fort que parmi les familles représentées aujourd'hui dans cette salle, il y en ait une seule qui ne compte au moins un membre qu'elle voudrait voir entrer dans le troupeau de Dieu, et accepter le salut.

Dans le commerce et l'industrie, on désire un réveil. De tous côtés, en Europe comme de l'autre côté de l'Atlantique, j'entends dire qu'il y a un calme plat dans les affaires. On désire beaucoup qu'il y ait bientôt un réveil. En politique, aussi, on aime les réveils de l'opinion publique. Dans toutes les branches de l'activité humaine, partout où les hommes ont des intérêts, on désire les réveils.

Si ce désir est légitime, - et je ne prétends pas qu'il ne soit parfaitement légitime à sa place, - pourquoi les enfants de Dieu ne désireraient-ils pas, ne demanderaient-ils pas à présent un réveil de piété dans le monde? N'avons-nous pas besoin d'un réveil de droiture, de vérité, de sincérité, de tempérance? N'y a-t-il pas beaucoup d'hommes qui s'écartent de l'Eglise de Dieu pour fréquenter le cabaret? Nos fils ne s'éloignent-ils pas par centaines et par milliers, de telle sorte que souvent, le dimanche, nos églises restent vides tandis que les cabarets se remplissent.

Je suis sûr que les marchands de vin sont très contents quand il y a un réveil dans leurs affaires. Ils ne sont pas fâchés de vendre plus de vins et de liqueurs. Eh bien! Est-ce que tout vrai chrétien ne devrait pas désirer que les hommes qui sont en danger de périr éternellement fussent sauvés et rachetés ?

Beaucoup de personnes ont l'air de croire que les réveils sont une invention moderne, qu'ils ne sont connus que depuis quelques années. C'est une erreur. Les réveils ne sont pas une nouveauté. S'ils n'ont pas pour eux l'autorité de l'Écriture Sainte, alors j'avoue que je ne comprends pas ma Bible.

Pendant les premiers deux mille ans de l'histoire du monde, il n'y a pas eu de réveil, à notre connaissance. S'il y en avait eu, il est probable que le déluge n'aurait pas été nécessaire. Le premier véritable réveil, dont il est fait mention dans l'Ancien Testament, eut lieu quand Moïse alla en Egypte pour faire sortir ses frères de la maison de servitude. Il dut y avoir une grande émotion dans la terre de Goscen quand Moïse y arriva. On fit alors beaucoup de choses qu'on n'avait pas l'habitude de faire. Lorsque trois millions d'Hébreux furent protégés contre l'ange exterminateur par le sang de l'agneau pascal, était-ce autre chose qu'un réveil de l'oeuvre de Dieu parmi son peuple ?

Sous Josué, il y eut un grand réveil, et encore sous les Juges. Dans ces temps anciens, Dieu réveillait souvent le peuple d'Israël. Samuel convoqua le peuple à Mizpah et lui ordonna de détruire ses idoles. Alors, les Israélites sortirent et battirent les Philistins qui ne revinrent plus pendant la vie de Samuel.

Qui sait, dit le Dr Bonar, si David et Jonathan ne furent pas convertis pendant ce réveil du temps de Samuel ?

N'est-ce pas aussi un réveil qui signala les jours d'Elie ? Le peuple s'était de nouveau adonné à l'idolâtrie, et le prophète l'avait convoqué sur le mont Carmel. Pendant que la multitude était assemblée sur la montagne, Dieu répondit par le feu ; alors le peuple se prosterna la face contre terre, en s'écriant : « C'est l'Éternel qui est Dieu ! C'est l'Éternel qui est Dieu! » La nation tout entière retournait à son Dieu. Il se trouva, probablement, bien des gens pour critiquer cet élan de repentir et pour dire qu'il n'aurait pas de suites durables. C'est ce qu'on n'a cessé de répéter depuis 4000 ans, c'est ce qu'on répète encore aujourd'hui. Je crois entendre quelque témoin de la scène du Carmel dire en hochant la tête, tout comme les sages d'aujourd'hui: « Cet enthousiasme s'éteindra bientôt. »

Si nous arrivons aux jours du Nouveau Testament, nous trouvons le grand réveil provoqué par la prédication de Jean-Baptiste. Y a-t-il jamais eu un homme, excepté le Sauveur lui-même, qui ait accompli tant de choses en si peu de temps? Cette prédication fut comme un souffle de printemps après un long et triste hiver. Depuis quatre cents ans, aucun prophète n'avait paru en Israël, et les ténèbres enveloppaient la nation. La venue de Jean fut comme l'apparition d'un brillant météore annonçant le lever du jour. Ce n'était ni dans le temple de Jérusalem, ni dans aucune synagogue, qu'il faisait entendre ses appels, mais sur les bords du Jourdain. Hommes, femmes, enfants accouraient en foule pour l'entendre. Il est relativement facile de réunir un auditoire dans une grande ville, mais ceci se passait dans le désert. Une grande agitation régnait évidemment dans les esprits. Presque toute la population sortait des villes et des villages pour entendre la prédication de Jean.

C'est étonnant comme on redoute toute espèce d'agitation religieuse. Il y a quelques années, on me demanda d'aller prêcher sur le champ de courses de Derby. J'ai vu là, en un seul jour, plus d'agitation que je n'en avais vu pendant toute ma vie dans toutes les assemblées religieuses auxquelles j'avais assisté. Et pourtant, personne ne se plaignait qu'il y eût trop d'agitation.

Voyez ce qui s'est passé à la Pentecôte. Les apôtres annoncèrent l'Evangile, et vous savez quel en fut le résultat. Les gens du monde dirent sans doute que cette grande ferveur ne tarderait pas à s'éteindre. Malgré le martyre de saint Etienne et de saint Jacques, de nouveaux défenseurs surgirent de tous côtés. Saul de Tarse, l'un des persécuteurs d'Etienne, reprit lui-même l'oeuvre qu'il avait cherché à anéantir, et cette oeuvre progresse encore.

Je connais beaucoup d'hommes qui font profession d'être chrétiens et qui passent leur temps à tout critiquer. Ils trouvent à redire au chant, à la prédication; les prières étaient trop longues ou trop courtes, le chapitre de la Bible n'était pas bien choisi. Le prédicateur n'échappe pas à ces critiques. « Je n'aime pas son genre,» dit-on. Si vous doutez de ce que je dis, écoutez les conversations au sortir de ces réunions ou de toute autre assemblée religieuse :

- « Que pensez-vous du prédicateur?» demandera l'un.
- « Eh bien! j'avoue que j'ai été désappointé. Je n'aime pas son genre. Ses gestes manquent d'à propos. »
- Un autre dira. « Son raisonnement n'était pas assez serré; moi, j'aime la logique. »
- Un troisième: « Je trouve qu'il n'a pas assez parlé de la repentance. »

Je vous ferai observer que si un prédicateur ne fait pas dans chacun de ses sermons un exposé complet de la doctrine chrétienne, il s'élèvera des plaintes contre lui. Les uns diront: « Il a beaucoup trop insisté sur la repentance, et n'a pas assez parlé de la grâce, » tandis que d'autres diront :

« Il n'a parlé que de la grâce, et pas assez de la repentance ; » ou bien encore : « Il a beaucoup parlé de la justification, mais il n'a rien dit de la sanctification. » De sorte que si le prédicateur ne traite pas dans le même sermon toutes les doctrines contenues dans la Bible, depuis la Genèse jusqu'à l'Apocalypse, il s'expose aux critiques et au blâme.

- « Ce qu'il y a de sûr, dira l'un de ces auditeurs, c'est qu'il ne m'a pas ému du tout. »

Un autre, au contraire, dira : « Il ne fait appel qu'à la sensibilité ; j'aime qu'on s'adresse à mon intelligence. » Ou bien : « Il s'adresse trop à la volonté, et ne donne pas assez d'importance à la doctrine de l'élection. »

Ou bien encore :

- « Il n'y a pas de force dans son enseignement ; il n'insiste pas assez sur le dogme. » Ou encore « Il n'est pas éloquent. » Et ainsi de suite.

Vous trouverez des centaines de critiques de ce genre parmi les chrétiens de profession ; mais toutes ces observations n'amèneront pas une seule âme à Christ. Je n'ai pas encore prêché un seul sermon que je ne pusse moi-même critiquer d'un bout à l'autre. Je sens que Jésus-Christ devrait avoir un représentant bien plus digne de lui; mais j'ai vécu assez longtemps pour savoir qu'il n'y a rien de parfait en ce monde. Si, pour vous convertir, vous attendez d'avoir trouvé un prédicateur parfait ou des réunions religieuses idéales, je crains bien que vous ne soyez obligés d'attendre jusqu'au millénium. Ce qu'il nous faut, c'est de tenir les yeux fixés sur le Sauveur. Renonçons à notre esprit de critique. Quand j'entends faire des remarques comme celles que j'ai citées, je dis à ces critiques : « Venez faire mieux vous-mêmes. Montez dans cette chaire, et montrez-nous ce que vous savez faire. » Mes amis, il est si facile de trouver à redire. Il ne faut pour cela ni beaucoup de tête, ni beaucoup de coeur.

Il y a quelques années, le pasteur d'une petite Eglise dans un village d'Amérique tomba dans un grand découragement. A force de broyer du noir, il prit l'habitude de murmurer et de se plaindre de tout. Il se plaignait même de ses collègues, s'imaginant qu'ils manquaient d'égards pour lui. Un de ses amis vint passer quelque temps chez lui afin de lui prêter son concours pour des services spéciaux. Le dimanche matin, à l'issue du service, les deux pasteurs se trouvant seuls, celui qui était si malheureux dit à son confrère : « Vous ne pouvez pas vous figurer tout ce que j'ai à souffrir, surtout de la part de mes collègues ; ils me traitent vraiment bien mal. » Son ami répondit en lui posant quelques questions.

- « Vous ont-ils jamais craché au visage?»
- « Non, ils n'en sont pas encore venus là. »
- « Vous ont-ils jamais frappé ? »
- «Non. »
- « Vous ont-ils jamais couronné d'épines? »

A cette dernière question, il courba la tête en silence. Son ami poursuivit: « Votre Maître et le mien fut traité ainsi ; tous ses disciples s'enfuirent, et l'abandonnèrent aux mains des méchants. Pourtant, il n'ouvrit point la bouche. » L'effet de cette conversation fut remarquable. Les deux ministres s'agenouillèrent, et implorèrent avec ferveur une nouvelle mesure de l'esprit qui était en Jésus-Christ. Pendant les réunions qui suivirent, un grand changement se fit chez le pasteur du village. Il travailla, il pria avec son ami, et beaucoup d'âmes furent amenées à Christ. Quelques semaines plus tard, un des diacres de l'Église écrivait au pasteur étranger :

« Votre visite, vos conversations avec notre pasteur, ont exercé une merveilleuse influence sur lui. Jamais nous ne l'entendons se plaindre, et il travaille avec zèle et entrain. »

Une autre accusation que j'entends porter contre les réveils, c'est qu'ils s'écartent de l'ordre régulier des choses. C'est évident, mais cela ne suffit pas pour prouver qu'ils soient mauvais. Eldad et Médad, quand ils se mirent à prophétiser dans le désert, s'écartaient aussi de l'ordre habituel. Josué voulait que Moïse les reprit, mais au lieu de les blâmer, que dit celui-ci? « Plût à Dieu que tout le peuple de l'Éternel fût prophète ! » Elie et Elisée ne faisaient pas partie de l'école régulière des prophètes, et pourtant ils exercèrent une puissante influence sur leurs contemporains. Jean-Baptiste ne reçut pas non plus une éducation régulière. Ce fut dans le désert et la solitude qu'il apprit la théologie. Et Jésus-Christ lui-même, ne s'écartait-il pas de l'ordre régulier ? Quand Philippe dit à Nathanaël qu'il avait trouvé le Messie, Nathanaël répondit : « Peut-il venir quelque chose de bon de Nazareth ? »

Quand nous lisons l'histoire des derniers siècles, nous voyons que Dieu s'est souvent servi d'hommes qui sortaient de la routine, pour ainsi dire. Martin Luther eut à faire beaucoup de choses extraordinaires avant de pouvoir accomplir la grande Réforme du XVIe siècle. - Et aujourd'hui, il y a dans le monde environ soixante millions d'hommes qui adhèrent à la foi évangélique. Wesley et Whitefield, en Angleterre, se sont aussi écartés de l'ordre établi, et pourtant ils ont accompli de grandes choses.

Mes amis, toutes les fois que Dieu agit, il faut s'attendre à voir des choses qui ne s'accordent pas avec les idées reçues. J'avoue que cela me paraît fort heureux. Il y a un grand nombre d'hommes que l'on ne peut pas atteindre, semble-t-il, par les moyens ordinaires, et qui viendront à des réunions du genre de celles-ci. Vous avez des églises et des chapelles, il est vrai, mais nous voulons faire un effort pour atteindre ces masses nombreuses qui refusent d'y entrer. Les uns viendront à ces réunions, uniquement parce qu'elles ne doivent durer que peu de jours. Dans ce cas, on fera bien de se hâter, sinon il ne sera plus temps. Les autres viennent par pure curiosité, pour savoir comment les choses se passent ; et souvent, dès la première réunion, ils sont touchés par quelque parole, quelque chant. Ils entendent, au moins, la bonne nouvelle du salut, et peut-être deviendront ils de vrais chrétiens, des membres utiles de la société.

Vous entendrez dire quelquefois : « Nous avons nos églises et nos chapelles ; si l'on ne veut pas y entrer, nous n'y pouvons rien. » Ce n'est pas là l'Esprit de notre Maître. Quand la guerre civile éclata en Amérique, les Etats-Unis n'avaient qu'une très petite armée. Le gouvernement fit appel aux volontaires. Des centaines de milliers d'hommes répondirent à cet appel, et allèrent grossir les rangs de l'armée régulière. Il y avait de la besogne pour tout le monde. Ces volontaires n'étaient pas aussi instruits, pas aussi bien exercés que les soldats plus anciens, mais on utilisa les troupes irrégulières aussi bien que les troupes régulières. Ces volontaires devinrent d'excellents soldats, et rendirent de grands services à leur patrie. Si nous voulons atteindre les masses, il faut avoir recours aux corps francs, aussi bien qu'aux troupes de ligne.

Je connais une école du Dimanche, aux Etats-Unis, qui était tombée dans la plus complète routine. Il arriva que le directeur s'étant retiré, il fut remplacé par un homme beaucoup plus jeune. Celui-ci eut envie de changer les bancs de place, mais un des plus anciens membres du comité lui dit que les bancs étaient arrangés de cette façon depuis un grand nombre d'années, et qu'il ne fallait pas y toucher. Il y a encore beaucoup de cet esprit parmi nous. Il me semble, pour ma part, que si un système ne réussit pas, il faut y renoncer, et en essayer un autre. Si les hommes ne veulent pas avoir recours aux moyens de grâce ordinaires, tâchons de les atteindre autrement, et de les amener à Dieu.

Ne critiquons pas tout ce qui se fait de nouveau par cela seul que cela ne s'est pas encore fait, ou que nous aimerions mieux que cela se fît autrement. Je suis las d'entendre les gens se plaindre perpétuellement. Ne les écoutons pas, et marchons en avant pour accomplir l'oeuvre que Dieu nous a donnée à faire.

On porte contre les réveils une autre accusation, plus grave encore que celle-ci. L'oeuvre ne durera pas, dit-on. A cela je réponds que cette objection a dû être faite dès le jour de la Pentecôte. Quand Etienne fut lapidé, quand Jacques, le frère du Seigneur, fut décapité, quand tous les apôtres furent mis à mort, on dut certainement dire que la Pentecôte avait été un immense échec. Avait-elle vraiment été un échec? Les fruits de ce réveil ne subsistent-ils pas encore aujourd'hui?

Aux yeux du monde, la mission de Jean-Baptiste dut paraître un échec le jour où il fut décapité par ordre du roi Hérode. Mais aux yeux de Dieu, sa mission n'avait pas été inutile. L'Église de nos jours subit encore l'influence du prophète du désert. En voyant Jésus mourir sur la croix, le monde a pu croire qu'il avait échoué dans son oeuvre ; mais aux yeux de Dieu, il n'en était pas ainsi. La colère des hommes fit éclater la gloire et la bonté de Dieu.

J'éprouve peu de sympathie pour les pasteurs qui, lorsque Dieu ranime les Eglises, se mettent à prêcher contre les réveils. Il n'existe pourtant pas, dans toute la chrétienté, une seule Eglise qui ne soit sortie d'un réveil. L'Église catholique, l'Église épiscopale d'Angleterre se disent, l'une et l'autre, d'origine apostolique ; dans ce cas, elles sont issues du réveil de la Pentecôte. L'Église méthodiste est issue des réveils qui ont eu lieu sous John Wesley et George Whitefield. L'Église luthérienne ne doit-elle pas son existence au grand réveil qui ébranla l'Allemagne au temps de Luther? L'Écosse ne fut-elle pas tirée de son engourdissement par la prédication de John Knox? Et l'origine des quakers ne remonte-t-elle pas à l'oeuvre que Dieu a accomplie par le moyen de George Fox? Malgré cela, on prend peur dès qu'il se fait quelque tentative pour sortir de la routine. Demandons à Dieu de susciter beaucoup d'hommes capables de réveiller aujourd'hui son Eglise. Je crois qu'il en est besoin.

Dans un des endroits que nous avons visités, il y avait une Eglise tout-à-fait opposée aux réveils. On fit comprendre au pasteur que s'il prenait part au mouvement, il s'aliénerait une partie de sa congrégation. Il consulta les archives de l'Église, et vit que les quatre cinquièmes de ses membres avaient été convertis pendant des réveils, entre autres le directeur de l'École du Dimanche, tout le conseil de l'Église, et presque tous les membres actifs. Le dimanche suivant, le pasteur monta en chaire et prêcha un sermon sur les réveils, en ayant soin de rappeler ce qui s'était passé autrefois. Il arrive souvent que des personnes qui s'opposent maintenant aux réveils ont elles-mêmes été converties dans un temps de réveil.

Il y a quelque temps, un pasteur éminent prêcha un sermon contre ces réveils ; il n'y croyait pas, disait-il. Quelques-uns des membres de son Eglise consultèrent les archives pour voir combien de membres avaient été admis dans l'Église sur la profession de leur foi, pendant les douze dernières années ; il n'y en avait pas un seul. Et pourtant le pasteur parlait contre les réveils !

Mon expérience m'a appris que les chrétiens qui ont été convertis en un temps de grande ferveur religieuse sont même plus forts, plus fermes que ceux qui sont entrés dans l'Église en des temps ordinaires. Les jeunes convertis s'entr'aident mutuellement, et plus ils sont nombreux, plus leurs débuts dans la vie chrétienne sont sérieux.
On prétend que tous les convertis ne persévèrent pas. Hélas ! tous ceux qui écoutèrent la prédication de Jésus-Christ ne persévérèrent pas non plus. « Plusieurs de ses disciples se retirèrent et n'allèrent plus avec lui. »

Saint Paul était dans la douleur de voir que plusieurs de ceux qui avaient fait profession de croire se conduisaient comme des ennemis de la croix de Christ. Le Maître nous enseigne dans la parabole du Semeur qu'il y a différentes espèces d'auditeurs ; il les représente par le bord du chemin, par le terrain pierreux, par les épines et par la bonne terre. Ces différentes catégories d'auditeurs se retrouveront jusqu'à la fin des siècles. J'ai dans mon jardin un pommier qui se couvre de fleurs tous les printemps. Si toutes ces fleurs se transformaient en fruits, l'arbre se romprait. Les neuf dixièmes des fleurs, environ, tomberont à terre, et pourtant j'ai une belle récolte de pommes.

De même, beaucoup de ceux qui font profession de croire à l'Évangile retournent au monde. Ce sont peut-être ceux qui avaient donné les plus belles promesses qui se lassent le plus vite ; tandis que ceux dont on avait espéré moins, deviennent les chrétiens les plus sérieux et les plus fermes. Tout ce que nous avons à faire maintenant, c'est de jeter la semence. C'est à Dieu à préparer le terrain et à donner l'accroissement. J'ai souvent dit que si j'avais été chargé de convaincre les hommes de péché, j'aurais renoncé à la tâche depuis longtemps. C'est là l'oeuvre du Saint-Esprit. Ce que nous avons à faire, c'est de répandre la bonne semence de la Parole de Dieu, avec la confiance que Dieu la bénira pour le salut des âmes.

Il est évident que nous ne devons pas compter beaucoup sur le concours de ceux qui parlent sans cesse contre les réveils. Je crois que beaucoup de nouveaux convertis sont refroidis par ceux qui condamnent ces efforts spéciaux. Si nous en voyons quelquefois retourner au monde, ce n'est pas toujours de leur faute.

Dans une ville des États-Unis où je prêchais récemment, un ministre me dit . « J'espère que nous aurons de meilleurs résultats que lors du mouvement religieux qui s'est fait ici il y a cinq ans. A cette époque-là, une centaine de nouveaux convertis se sont joints à mon Eglise, et aujourd'hui, à une ou deux exceptions près, je ne sais ce qu'ils sont devenus.» C'était fort décourageant. J'en parlai à un autre pasteur de la même ville, disant que j'aimerais beaucoup mieux renoncer à l'évangélisation et me remettre aux affaires si les résultats ne devaient pas être plus durables. Il me répondit : « Moi aussi, j'ai reçu dans mon Eglise une centaine de nouveaux convertis, mais il en reste encore quatre-vingt-dix-huit. Je les ai suivis et observés depuis cinq ans, et deux seulement nous ont quittés.» Il me demanda ensuite si son collègue m'avait raconté ce qui s'était passé dans son troupeau après la réception de ces nouveaux membres. Quelques-uns d'entre eux s'étaient figuré qu'il fallait tout réorganiser ; il y eut des divisions entre eux, et peu à peu, ils quittèrent l'Église où ils venaient d'entrer. Soyez sûrs que quiconque se mettra de tout coeur à l'oeuvre ne manquera pas d'encouragement.

Il est très facile de critiquer une oeuvre comme celle-ci ; mais, généralement, ceux qui critiquent le plus, non seulement ne font rien du tout eux-mêmes, mais ne savent pas de quoi ils parlent. Il faut convenir qu'il n'est pas juste de condamner une oeuvre que nous ne nous sommes pas donné la peine d'examiner et de connaître personnellement. Si, au lieu de rester tranquillement à leurs places et de regarder autour d'eux, nos critiques voulaient se donner la peine d'entrer en rapport avec ceux qui fréquentent nos réunions et leur parler de leurs âmes, ils sauraient bientôt si l'oeuvre est sérieuse ou non.

On m'a raconté l'histoire d'un officier qui revenait des Indes. Pendant un dîner où il se trouvait chez un de ses amis, on lui fit quelques questions sur les missions, et il répondit qu'il n'avait pas vu un seul indigène converti pendant tout le temps qu'il avait passé aux Indes. Un missionnaire, qui se trouvait parmi les convives, ne releva pas directement cette assertion; il se contenta de demander au sceptique Anglais s'il avait jamais vu des tigres dans les Indes. L'officier se frotta les mains comme si cette question évoquait des souvenirs charmants. « Des tigres ! s'écria-t-il. Je crois bien que j'en ai vu ; j'en ai tué un bon nombre. » - « Eh bien, répondit le missionnaire, j'ai passé bien des années aux Indes, et je n'ai jamais vu de tigres. » Pendant que l'un des deux voyageurs avait cherché des tigres, l'autre avait cherché des convertis, et chacun avait trouvé ce qu'il cherchait.

Si nous nous mettons à la recherche de ceux qui ont réellement accepté l'Évangile, nous en trouverons ; c'est hors de doute. Mais il est non moins certain que dans presque tous les cas, ceux qui parlent contre les réveils n'en savent absolument rien par expérience. Vous imaginez-vous que les nouveaux convertis vont aller frapper à votre porte pour vous annoncer le changement qui s'est fait dans leur vie ? Si vous voulez savoir la vérité, allez chez eux, et entrez en conversation avec eux.
J'espère que personne n'aura peur des entretiens particuliers qui suivent ces réunions. Je connais des gens qui y sont très opposés, mais je maintiens que c'est une excellente chose, tout à fait sensée.

Quand un écolier ne peut pas résoudre un problème d'algèbre, par exemple, il cherche quelqu'un qui connaisse l'algèbre, et le prie de l'aider. - Or, le problème qui se pose maintenant devant nous, c'est le problème de la vie éternelle, et il faut qu'il soit résolu par chacun de nous. Pourquoi ne demanderions-nous pas à ceux qui ont plus d'expérience que nous de nous aider de leurs conseils ? Si nous nous trouvons en présence de quelque difficulté qui nous paraisse insurmontable, il est probable que nous rencontrerons quelque personne vraiment pieuse qui aura éprouvé la même difficulté il y a vingt ans; elle sera heureuse de nous aider, et de nous dire comment elle est venue à bout de la vaincre. Ne craignez donc pas de lui demander conseil.

Parmi toutes les personnes qui composent cette assemblée ou qui assisteront à nos réunions, il n'y en a pas une seule, j'en suis sûr, qui ne puisse trouver dans la Parole de Dieu la réponse aux questions qui la troublent. Mais si vous ne nous communiquez pas vos pensées et vos difficultés, comment pourrons-nous vous être utiles? Je pourrais parler du haut de cette chaire pendant trente jours consécutifs et ne pas toucher le point spécial qui vous préoccupe, tandis que vingt minutes de conversation particulière pourraient suffire pour dissiper tous vos doutes et toutes vos difficultés.

J'ai revu dernièrement une dame qui avait eu beaucoup d'entretiens particuliers, il y a neuf ans, avec des personnes qui fréquentaient nos réunions. Elle m'a dit qu'elle était encore en relation avec toutes ces personnes, au nombre d'environ trente-cinq, et qu'elle avait tout lieu de croire qu'elles étaient sincèrement chrétiennes. Elle leur avait écrit des lettres, elle leur avait envoyé de petits souvenirs à Noël, et autant qu'elle pouvait en juger, aucune d'elles ne s'était écartée du bon chemin. Elle s'est mêlée à leur vie, elle a pris part à tout ce qui les touchait, et elle leur a été en bénédiction.

Si nous avions un millier de collaborateurs de ce genre, nous ne tarderions pas, avec l'aide de Dieu, à voir des merveilles et des prodiges. Il n'y a pas de catégorie d'êtres humains, quelque dégradés et quelque coupables qu'ils soient, qu'on ne puisse atteindre, pourvu qu'on veuille s'en donner la peine. Bien des chrétiens sont assoupis ; il faut les réveiller, afin qu'ils prennent à coeur les intérêts éternels de ceux qui vivent dans l'insouciance et le péché. Mettons de côté nos préjugés. Si le Seigneur est à l'oeuvre, qu'importe si la manière dont l'oeuvre se fait est en accord ou non avec nos idées préconçues ou avec les anciens usages.

Qu'un seul cri s'élève de tous nos coeurs pour demander à Dieu de faire revivre son oeuvre au milieu de nous ! Que cette oeuvre de réveil commence tout d'abord pour nous, qui nous réclamons du nom de notre Sauveur. Ecartons tous les obstacles qui pourraient venir de nous-mêmes. Alors, avec le secours de l'Esprit de Dieu, nous pourrons atteindre ces milliers de gens qui ne mettent jamais le pied dans aucune église, et des multitudes d'âmes entreront dans le royaume de Dieu.

Photo de Dwight Moody
Pasteur

3 commentaires

Faites partie des 1 500 visionnaires
Pub Publicité