Le feu du réveil (Page 14 / 14)

Les obstacles à l'esprit de réveil

Quelque chose produit actuellement un mal immense. C'est le sectarisme grandissant de l'Eglise.

Ce sont les principales dénominations qui ont été les plus zélées et les plus efficaces pour la promotion des réveils. Pourtant, il me semble qu'elles sont en train de devenir, depuis une dizaine d'années, très sectaires dans leur esprit et dans leurs initiatives. Je ne pense pas que ce soient les conflits entre ces dénominations qui augmentent en intensité et en virulence. Mais celles-ci se divisent et semblent s'abandonner à l'esprit de schisme et de sectarisme. Il y a dans toutes les dénominations l'Eglise traditionnelle et l'Eglise moderne, l'ancienne Ecole et la nouvelle Ecole, les réformateurs et les conservateurs. Tous semblent mettre en avant leurs particularismes avec un esprit et par des moyens extrêmement sectaires. Les conventions sectaires, les rassemblements religieux, les conciles, les synodes, avec toute la panoplie et l'attirail du sectarisme, semblent enflammer l'esprit de l'Eglise de manière alarmante.

Il s'agit là, sans aucun doute, d'un mal considérable. Il faut combattre cette influence dans les Eglises. Les serviteurs de Dieu doivent cesser de manifester un esprit sectaire. Ils doivent mettre fin à leurs gesticulations et à leurs disputes verbales. Ils doivent arrêtent de créer des préjugés et de chasser les hérésies. Il faut qu'ils abandonnent leurs ambitions ecclésiastiques, pour se consacrer entièrement à rechercher l'amour fraternel, l'harmonie dans l'Eglise, la conversion des pécheurs et la sanctification des saints. Sinon, il est certain que les réveils cesseront, et que ceux-ci ne progresseront plus en pureté et en puissance.

Quand on considère une telle situation, le plus affligeant est de voir que les ministères et de nombreux chrétiens sont devenus tellement sectaires. Ils sont tellement imbus de cet esprit sectaire qu'ils ne se rendent même plus compte qu'ils sont sectaires! Ils s'imaginent être animés d'un pur amour de la vérité, et combattre sincèrement pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes. Ils pensent être réellement et exclusivement jaloux de l'honneur de Dieu et de la pureté de l'Eglise. Ils ont élevé leurs propres opinions au rang de doctrines fondamentales. Ils luttent pour les défendre avec obstination et véhémence, accusant tous ceux qui ne les partagent pas d'être des réprouvés.

Pour autant que je sache, il est remarquable de voir que les grands réveils qui ont tellement béni l'Eglise, dès le début, ont été anéantis par des manoeuvres ecclésiastiques et sectaires, qui voulaient soi-disant préserver la pureté de l'Eglise et la foi transmise aux saints. Il est vrai que les ministères, dans leur ensemble, ont toujours été responsables du déclin des réveils. Leur sectarisme, leur ambition, et leurs idées préconçues, les ont poussés à prêcher, à combattre, à courir à des Synodes, à des Conciles et à d'autres rassemblements ecclésiastiques. Les Eglises, tout d'abord peinées et même choquées par cette influence, ont fini par se laisser convaincre. Elles se sont imbibées de l'esprit sectaire, et se sont entièrement éloignées de Dieu.

Frères bien-aimés, qui donc ignore qu'un grand nombre de ministères sont trop influencés par leurs préjugés pour être en communion avec Dieu et manifester Sa puissance ? Qui donc ignore qu'ils ne sont pas assez honnêtes, objectifs et droits, pas assez attachés à la vérité, pas assez ouverts, pas assez désireux d'examiner avec patience et de juger avec charité toute question sur laquelle ils doivent se prononcer ?

Par ma propre expérience, j'ai appris que, pour maintenir ma communion avec Dieu, je devais complètement abandonner toute idée préconçue sur n'importe quel sujet. Je devais ouvrir complètement mon esprit, être prêt à être persuadé, et rester tout-à-fait objectif et honnête. Je ne dois pas non plus me permettre d'avoir ou d'exprimer une opinion sur un sujet quelconque, sans l'avoir soigneusement examiné, ni sans avoir prié. Beaucoup aujourd'hui semblent avoir oublié ce que Dieu dit de ceux qui 'parlent mal des choses qu'ils ne comprennent pas.' Il est étonnant de voir à quel point les ministères, comme les chrétiens engagés, se laissent aller à dénoncer et à médire des choses qu'ils ne comprennent pas.

Ces ministères et ces chrétiens ne peuvent pas prier. Dieu ne les entendra pas. Ils ne peuvent pas être exaucés, tout le monde s'en rend compte. Ils dénoncent certaines doctrines et certaines choses d'une manière profondément choquante pour ceux qui se rendent compte qu'ils ne savent pas ce dont ils parlent. Ils confondent des choses qui diffèrent radicalement, et font des distinctions qui n'existent pas.

Je pourrais mentionner un grand nombre de faits pour illustrer mon propos. Presque tout le monde sait qu'il est toujours parfaitement habituel à des serviteurs de Dieu et à de simples chrétiens de confondre l'entière sanctification, dont nous voulons parler ici, avec le perfectionnisme. Ceux qui le font ne savent sans doute pas ce qu'ils disent, ou n'ont pas très bien étudié la question. Ils parlent de ce qu'ils ignorent, et disent du mal de choses qu'ils ne comprennent pas.

Frères bien-aimés, je ne dis pas cela pour faire des reproches à qui que ce soit. Mais, après tout, qui donc ignore que cela est vrai? Tout au moins, qui peut ignorer que cela est vrai?

Que nos opinions personnelles soient vraies ou fausses, il est parfaitement injuste de les voir confondues avec des opinions que nous rejetons. Ceux qui font cet amalgame sont pourtant des serviteurs de Dieu, mais ils ne font pas très bien la différence entre nos opinions et les leurs.

Si nos opinions sont fausses, qu'on les examine, et qu'elles soient acceptées ou rejetées selon leur valeur propre. Il est peut-être facile pour ceux qui les rejettent de confondre la totale sanctification, que nous défendons, avec le perfectionnisme, ou avec les idées du catholicisme romain, ou avec celles de l'universalisme, ou avec celles de tout autre 'isme.' Ils veulent couvrir nos opinions de tant d'opprobre que l'Eglise ne désirera même plus les étudier objectivement. Mais, que nos opinions soient vraies ou fausses, permettez-moi de vous dire, chers frères, que votre manière de les écarter ne peut manquer de provoquer un état d'esprit tendancieux en vous et dans vos églises.

Je vous le demande, mes frères, n'est-ce pas ce qui est train de se produire ? Vous avez dénoncé notre point de vue, et vous l'avez confondu avec le perfectionnisme. Vous l'avez combattu dans vos réunions d'églises, et vous avez créé des préjugés par votre opposition. Je vous supplie d'examiner si cela n'a pas fait naître un état d'esprit tendancieux chez vous. N'est-il pas vrai que votre disposition d'esprit est devenue moins spirituelle? Votre communion avec Dieu n'a-t-elle pas baissé? N'avez-vous pas prêché l'Evangile avec moins de coeur et d'onction, et fait preuve d'un plus grand sectarisme?

Mes frères bien-aimés, que vous soyez serviteurs de Dieu ou non, acceptez-vous de répondre sincèrement à cette question, en ouvrant votre coeur devant Dieu au trône de la grâce ?

21 commentaires

Faites partie des 1 500 visionnaires
Pub Publicité