Cantique des cantiques chapitre 5

1 « Je viens, ma soeur, ma fiancée, dans mon jardin, je viens récolter ma myrrhe, je viens cueillir mes aromates, je viens manger mon rayon avec mon miel, et je viens boire mon vin avec mon lait. Mangez, amis, et buvez, oui, buvez jusqu'à l'ivresse, mes bien-aimés. »
2 « Je me suis endormie, pourtant mon coeur veillait. J'entends mon bien-aimé frapper : “Ma soeur, mon amie, ouvre-moi, toi, ma colombe, toi, ma parfaite, car j'ai la tête couverte de rosée. Mes boucles sont trempées des gouttes de la nuit.” 3 J'ai ôté ma tunique, comment la remettrais-je ? Et j'ai lavé mes pieds : comment les salirais-je ?
4 Mon bien-aimé avance sa main par l'ouverture, mon coeur en a frémi 5 et je me suis levée pour aller lui ouvrir. De mes mains, goutte à goutte, de la myrrhe a coulé, de la myrrhe onctueuse a goutté de mes doigts jusque sur la poignée du verrou de la porte. 6 J'ouvre à mon bien-aimé. Hélas, mon bien-aimé était déjà parti : il s'en était allé, et son départ me rendait éperdue. Je l'ai cherché, mais ne l'ai pas trouvé. Et je l'ai appelé, mais il ne m'a pas répondu. 7 Les gardes m'ont croisée en faisant le tour de la ville, les gardes m'ont frappée et ils m'ont maltraitée. M'ont arraché mon châle, les gardes des remparts.
8 O filles de Jérusalem, oh, je vous en conjure : si vous le rencontrez, mon bien-aimé, annoncez-lui que je suis malade d'amour ! »
9 « Qu'a donc ton bien-aimé de plus qu'un autre ? Dis-nous, toi la plus belle parmi toutes les femmes, oui, qu'a-t-il donc ton bien-aimé de plus qu'un autre pour que tu nous conjures, de façon si pressante ? »
10 « Mon bien-aimé a le teint clair et rose, on le distinguerait au milieu de dix mille. 11 Sa tête est comme de l'or pur. Ses boucles sont flottantes comme un rameau de palme, et d'un noir de corbeau. 12 Ses yeux sont des colombes sur le bord des cours d'eau, ils baignent dans du lait et sont comme enchâssés dans un chaton de bague. 13 Ses joues ressemblent à un parterre d'aromates exhalant leurs parfums. Ses lèvres sont des lis distillant de la myrrhe, de la myrrhe onctueuse,
14 et ses mains, des bracelets d'or incrustés de topazes. Son corps est d'ivoire poli émaillé de saphirs. 15 Ses jambes sont semblables à des piliers de marbre sur des socles d'or pur. Son aspect est pareil à celui du Liban et d'une beauté sans égale, comme les cèdres. 16 Son palais est plein de douceurs et toute sa personne est empreinte de charme. Tel est mon bien-aimé, oui, tel est mon ami, ô filles de Jérusalem. »