Irak : le martyre d'un prêtre encourage ses fidèles Portes Ouvertes

Publié il y a 5 ans

En 2006, un prêtre a été torturé parce qu'il a refusé de se convertir à l'islam. Le courage de ce prêtre est un exemple pour la jeune génération irakienne.

En 2006, un prêtre irakien a été enlevé et atrocement torturé. On lui a demandé de se convertir à l'islam, ce qu'il a refusé. Ses kidnappeurs voulaient justement faire de sa conversion un événement public. Peut-être ont-ils imaginé que s'il abandonnait le christianisme, un grand nombre de chrétiens l'aurait suivi. Mais voilà, ce prêtre a été intègre jusqu'au bout ce qui lui a valu d'être décapité.

Cela a été un choc pour Rufaidah, qui avait 19 ans au moment des faits. Mais aujourd'hui, ce jeune homme affirme que le courage de ce prêtre a été l'occasion de fortifier l'Eglise. Sept années se sont écoulées depuis et un grand nombre de croyants se souvient du courage de leur prêtre. Rufaidah, par exemple, confie que ce témoignage le confronte à une réalité importante : serait-il lui aussi prêt à mourir pour sa foi en Jésus-Christ ? Aurait-il cette même audace ?

Et de l'audace, il en faut pour les chrétiens d'Irak. La région est extrêmement fragile. Depuis 2004, une quinzaine de responsables d'église ont été kidnappés. Parmi eux, sept prêtres et trois diacres ont été assassinés. Cinq autres prêtres ont été relâchés après avoir payé une rançon. En tout, 73 églises ont été attaquées depuis juin 2004 dont 45 dans la ville de Bagdad, 19 à Mossoul, 7 à Kirkuk et une à Ramadi. La menace pèse quotidiennement sur les responsables d'Eglise. Aujourd'hui, il n'y aurait plus en Irak que 345.000 chrétiens alors qu'ils étaient 1 million avant la chute du régime de Saddam Hussein.

Le courage de ce prêtre Irakien est un exemple pour de nombreux chrétiens qui découvrent qu'il est possible de tenir ferme face aux intimidations et de rester dans le pays.

En savoir plus sur l'Irak

Avec Portes Ouvertes

Commentaires

Faites partie des 1 500 visionnaires
Infos Informations