Centrafrique : Une veuve choisit le pardon Portes Ouvertes

Publié il y a 5 ans

La situation en Centrafrique est terrifiante pour les chrétiens qui habitent ce pays. Depuis la prise de pouvoir par la coalition Seleka, au moins 13 pasteurs ont été tués, un grand nombre de femmes ont été violées l'année dernière. L'Eglise est particulièrement visée et doit relever des défis quotidien : le premier est celui de devoir pardonner à leur agresseur. C'est ce que recherche Renée, son mari qui était pasteur a été tué par un membre de la Seleka, on l'écoute :

« Depuis qu'ils ont tué mon mari, j'ai dit : « Seigneur tu connais notre couple, on s'est marié très jeune. Tu sais qu'on s'est consacré à ton oeuvre. Et, tu as permis qu'ils puissent ôter la vie à mon mari. Tu es là, présent. Je sais que c'est toi qui l'a voulu. » Depuis ce jour, je m'efforce de pardonner à ces hommes tous les actes qu'ils ont commis. Mais mon fis ainé, n'arrive pas à accepter la situation. Il m'a dit qu'il finirait militaire afin de venger son papa. Pour le moment on est entrain de le conseiller, je suis entrain de prier pour lui afin que je puisse à enlever de sa tête cette option ».

Et c'est avec beaucoup d'émotions, que Renée a partagé des sujets de prière. Cette mère de famille demande d'être fortifiée pour veiller à la protection de ses enfants. En tant que chrétienne, elle ne souhaite pas utiliser de fétiches et s'opposent ainsi à la volonté de ses proches. Renée a également le désir de terminer la construction de sa maison afin de donner un toit à sa famille.

En savoir plus sur les chrétiens persécutés

Avec Portes Ouvertes

1 commentaire

Faites partie des 1 500 visionnaires
Infos Informations
28:12
Sur la vague - Jean Turpin Église Le Centre Disponible dans 5 h