Va et ne pèche plus

par Jonathan Bersot • Il y a 5 mois

Contexte

C'est l'histoire d'une femme, surprise en flagrant délit d'adultère, qui est amenée au temple par des scribes et des pharisiens pour piéger Jésus sur une question légale et religieuse. La réponse de Jésus fut dans un premier temps de ne pas répondre, mais de se mettre à écrire sur le sol avec son doigt. Devant l'insistance de la question, Jésus répond avec cette célèbre phrase : « Que celui de vous qui est sans péché lui jette le premier une pierre ! »  (Jean 8:7 - NBS)

Suite à cela, « ils se retirèrent un à un, à commencer par les plus âgés. Et il resta seul avec la femme qui était là, au milieu. Alors Jésus se redressa et lui dit : Eh bien, femme, où sont-ils passés ? Personne ne t'a donc condamnée ? Elle répondit : Personne, Seigneur. Jésus dit : Moi non plus, je ne te condamne pas ; va, et désormais ne pèche plus. » (Jean 8:9-11 - NBS)  

Pas de condamnation

Il faut, dans un premier temps, insister sur le fait que non seulement personne de la foule en colère ne finit par condamner cette femme, mais que Jésus aussi, resté seul avec elle, ne la condamne pas non plus.

Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ. (Romains 8:1 - NBS)

L'amour de Dieu, manifesté en Jésus à la croix, est une déclaration formelle concernant la justice de Dieu : Je ne te condamne pas, même si tu es coupable. Je paie pour toi !

Or voici comment Dieu, lui, met en évidence son amour pour nous : le Christ est mort pour nous, alors que nous étions encore pécheurs. (Romains 5:8 - NBS)

Va

Techniquement, au sens propre de la loi de Moïse, cette femme devait être lapidée ! Alors que les hommes religieux cherchent une condamnation de mort, ils sauvent la vie de cette femme en la conduisant à Jésus. C'est, en effet, parce que cette femme a été amenée à Jésus qu'elle aura la vie sauve !

Au contact de Jésus, au lieu d'une parole de mort, elle reçoit une parole de vie : Va ! En d'autres termes, au lieu d'un verdict fatal, elle a dorénavant un avenir, une vie à poursuivre.

Et désormais, ne pèche plus !

Jésus ne dit pas seulement à cette femme qu'elle n'est pas condamnée, qu'elle reçoit la vie au lieu de la mort, mais il lui dit que désormais elle doit veiller à ne plus pécher. Comprenez que Jésus dit à cette femme que l'adultère ne doit pas être son style de vie : Ne pèche plus !

« Dorénavant » (NBS), « Maintenant » (PDV), « Désormais » (BFC, S21, BDS), ou « Et » tout simplement avec LSG, NEG… relie le « va » et « ne pèche plus ! » Il y a donc une relation de cause à effet : c'est parce que tu peux aller, parce que tu a une parole de vie, que maintenant tu ne dois plus vivre de la même manière !     

Un ordre

Bien plus qu'une simple recommandation, Jésus ordonne à cette femme de ne plus vivre de la même manière, dans un état de péché. Auparavant, dans une autre histoire, Jésus avait guéri un homme à la piscine de Béthesda, qui ne savait pas qui il était vraiment. Quand il rencontre Jésus plus tard, dans le temple, il y a aussi cette déclaration :

Mais celui qui avait été guéri ne savait pas qui c'était, car Jésus s'était esquivé ; en effet, il y avait foule en ce lieu. Après cela, Jésus le trouve dans le temple et lui dit : Eh bien, tu as retrouvé la santé ; ne pèche plus, de peur qu'il ne t'arrive quelque chose de pire. (Jean 5:13-14 - NBS)

De peur qu'il ne t'arrive quelque chose de pire ?

Comment ça, quelque chose de pire ? Est-ce ici une menace ? Oui et non.

Non : l'obéissance à la recommandation de Jésus n'est pas motivée par la menace, comme le faisait la Loi autrefois, mais par l'amour, la reconnaissance du pardon et de la vie reçue.

Oui : il y a un état de fait. Si tu demeures dans le péché, il va t'arriver quelque chose de pire : la mort éternelle.  

Quiconque fait le péché fait aussi le mal ; c'est le péché qui est le mal. Or, vous le savez, il s'est manifesté, lui, pour enlever les péchés ; et il n'y a pas de péché en lui. Quiconque demeure en lui ne pèche pas ; quiconque pèche ne le connaît pas, il ne l'a jamais vu. (1 Jean 3:4-6 - NBS)

Conclusion

Il y a donc une contradiction à dire : « Merci, Jésus, pour le pardon de mes péchés », mais « Je continue à vivre dans le péché. »

Celui qui demeure en Christ ne pèche pas, ne s'installe pas dans une vie coupable.  

Pour conclure, c'est tout simple : celui qui demeure en lui…

Demeurez en Jésus, que ses paroles demeurent en vous, et alors vous pourrez aisément mettre en pratique cette ordonnance : ne pèche plus.

Enfin, je cite volontairement une parole de Jésus, hors contexte, pour lui donner un autre sens qui est tout aussi vrai dans le contexte de cette pensée du jour :

7 Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé.
Photo de Jonathan Bersot
Pasteur, Doyen de l'Institut Biblique du Québec

10 commentaires

Faites partie des 1 500 visionnaires
Pub Publicité