Servir oui, mais servir qui ?

par Jonathan Bersot • Il y a 5 mois

Avant propos   

Tout d'abord, laissez-moi réaffirmer que le service n'est pas une option. Comme j'aime à le dire, celui qui ne sert pas ne sert à rien dans le royaume de Dieu. C'est une évidence, mais il faut parfois le rappeler : un chrétien est au service de Dieu, et non le contraire ! Vous cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu (Matthieu 6:33) ; autrement dit, vous servez les intérêts de Dieu et non l'inverse.

Servir

Servir est un concept biblique de base qui caractérise notre relation avec Dieu, à tel point que le verbe « servir » et le verbe « adorer » ne font qu'un seul verbe en hébreu. Adorer Dieu, c'est le servir ! Je vous salue donc, serviteurs et servantes de l'Éternel, qui regardez en ce moment EMCI TV.

Servir, oui, mais qui ?

Certains se sont peut-être demandés pourquoi je posais une question aussi simpliste. La réponse est évidente : Dieu, bien sûr. Servir Dieu, voilà notre raison d'être ! Mais ce n'est pas aussi simple que cela ! Comment devons-nous servir Dieu ?

Analogie

Je me permets de prendre un autre angle, en parlant d'amour. Nous devons aimer Dieu, c'est le premier commandement. Jésus nous le rappelle dans l'évangile de Jean. Jean lui-même développe dans sa première épître :

20 Si quelqu'un dit : J'aime Dieu, et qu'il haïsse son frère, c'est un menteur; car celui qui n'aime pas son frère qu'il voit, comment peut-il aimer Dieu qu'il ne voit pas ?

Ainsi, pour Jean, notre amour pour les autres est symptomatique de notre amour pour Dieu ! C'est la logique du prochain. Souvenez-vous : quand des hommes religieux demandent à Jésus qui est leur prochain, c'est parce que Jésus insiste sur le fait qu'aimer Dieu, c'est aussi aimer son prochain.

27 Il répondit : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée; et ton prochain comme toi-même.

Démonstration

Donc, aimer Dieu se démontre dans l'amour du prochain. De la même manière, servir Dieu se démontre dans le service aux autres. Pour le dire en d'autres termes, on ne sert pas Dieu si on ne sert pas les autres (à savoir son prochain). Ne pas servir les autres, c'est se servir soi-même ! J'en veux pour preuve, s'il fallait se justifier, cette déclaration de Jésus lui-même :

40 Et le roi leur répondra : Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous les avez faites.

Dans le contexte de Matthieu 25, il s'agit de servir les autres :

35 Car j'ai eu faim, et vous m'avez donné à manger; j'ai eu soif, et vous m'avez donné à boire; j'étais étranger, et vous m'avez recueilli; 36 j'étais nu, et vous m'avez vêtu; j'étais malade, et vous m'avez visité; j'étais en prison, et vous êtes venus vers moi.

Implications

Je vous invite donc aujourd'hui à prendre au sérieux ces paroles, et à servir Dieu au travers des autres, et de bon cœur comme Paul le souligne aux Colossiens :

Quel que soit votre travail, faites-le de tout votre cœur, comme pour le Seigneur et non pour des hommes. (Colossiens 3:23 BFC)

Le « tout », ici, nous montre que l'attitude de cœur fait toute la différence !

Ton prochain

Ton prochain est celui qui est proche de toi, pas ton ami ou tes proches, mais celui qui est géographiquement proche de toi : celui qui est assis dans le bus ou le métro à côté de toi, celui que tu croises sur le trottoir, celle que tu vois tous les jours au travail et que tu salues à peine, bref ton prochain. Non seulement le Seigneur attend que nous ne méprisions pas notre prochain ni le négligions, comme si nous ne le voyions pas tel ce mendiant qui demande l'aumône, mais Jésus nous demande d'aimer les autres, et mieux encore de les servir ! Le bon samaritain ne se contente pas d'aimer et d'avoir compassion, il sert ! Il soigne, il porte, il transporte, il paie, il se soucie (cf. Luc 10:33-35).   

Conclusion

S'il y a une seule chose à retenir aujourd'hui, c'est que tu sers Dieu quand tu sers les autres ! Ne tarde pas, mais mets ta vie davantage au service des autres. Je termine avec une parole de l'apôtre Pierre :

Mettez-vous, chacun selon le don qu'il a reçu, au service les uns des autres, comme de bons administrateurs de la grâce de Dieu, variée en ses effets. (1 Pierre 4:10 TOB)

Photo de Jonathan Bersot
Pasteur, Doyen de l'Institut Biblique du Québec

20 commentaires

Faites partie des 1 500 visionnaires
Pub Publicité