Le bon combat pour garder la foi

par Jonathan Bersot • Il y a 5 mois

Conclusion  

Je commence volontairement le texte de cette pensée par la conclusion, la conclusion que l'apôtre Paul écrit à la fin de sa vie. Paul est en prison à Rome, et il fait en quelque sorte le bilan de sa vie avec ces simples mots :

7 J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé la course, j'ai gardé la foi.

Le bon combat n'est pas seulement celui qui ferait opposition au mauvais combat. C'est aussi, voire surtout, un combat qui est bon, noble et beau, comme certaines traductions l'ont verbalisé : « le beau combat ».

Combattre  

Pour Paul, il faut se battre ! La vie chrétienne n'est pas un long fleuve tranquille, mais un combat incessant, un beau combat.

26 C'est pourquoi je cours les yeux fixés sur le but ; c'est pourquoi je suis semblable au boxeur qui ne frappe pas au hasard. 27 Je traite durement mon corps et je le maîtrise sévèrement, afin de ne pas être moi-même disqualifié après avoir prêché aux autres. (1 Corinthiens 9:26-27 BFC)

Quand Paul regarde en arrière, il ne voit pas un homme qui a baissé les bras, mais un homme de foi qui a combattu sans capituler, sans abandonner, poursuivant sans relâche pour achever la course en vainqueur.

Garder

Paul utilise donc trois verbes : combattre, achever et garder. Mon désir, aujourd'hui, est que ces trois verbes vous caractérisent vous aussi. Soyez de ceux qui sont connus pour être ceux qui combattent, qui achèvent, et qui gardent !

Pour Paul, il est impossible de perdre la foi quand on la garde en mode combat.

Le choix des mots est, une fois de plus, très important ! Perdre ses enfants dans une foule (comme Joseph et Marie à Jérusalem) n'a pas la même signification qu'abandonner ses enfants !

On peut perdre d'une manière involontaire, mais on a toujours décidé d'abandonner ou de se détourner (cf. 1 Timothée 6:21) !

Il en va de même de la foi ! Si vous gardez la foi (garder dans le sens prendre garde, veiller sur), vous ne pourrez pas la perdre !  

Protéger

Garder veut donc dire protéger, comme lorsqu'un berger garde un troupeau. Ta foi a beaucoup de valeur, elle est même plus précieuse que l'or périssable (cf. 1 Pierre 1:7), et à ce titre, elle a besoin d'être protégée. Il faut veiller, garder, surveiller votre foi pour ne pas laisser les circonstances de la vie, l'adversaire de votre âme, le voleur, dérober et détruire, semer le doute et la zizanie, ou pire encore conduire au naufrage de la foi (cf. 1 Timothée 1:19).   

Une décision   

Aujourd'hui, il y a une décision à prendre ! Celle de protéger, de garder ta foi ! Pour cela, il faut premièrement identifier les sources de dangers pour deuxièmement prendre les bonnes décisions qui vont faire la différence ! Ne laisse pas ta foi se faire empoisonner par de mauvaises fréquentations, de mauvaises lectures ou de mauvaises habitudes ! Choisis la vie !

Une responsabilité

Un jour, Jésus annonce à Pierre que le diable à un plan de destruction concernant sa foi :

Le Seigneur dit : Simon, Simon, Satan vous a réclamés, pour vous cribler comme le froment. (Luc 22:31)

Mais Jésus dit aussi à Pierre : Mais j'ai prié pour toi... (Luc 22:32) Le « mais » ici est en opposition aux projets de Satan. Le chrétien du 21e siècle pourrait dire : Tant mieux, si Jésus a prié pour Pierre, tout va bien se passer, il ne va rien lui arriver, il ne va pas passer au crible ! … Pas tout à fait. En fait, Jésus dit : Mais j'ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille point ; et toi, quand tu seras revenu, affermis tes frères. (Luc 22:32)

Jésus prie pour que Pierre garde la foi, qu'elle ne défaille pas, mais qu'elle tienne le coup, même quand il passe au crible de Satan.    

Un leitmotiv

Garder la foi est pour Paul un point fondamental de la vie chrétienne. D'ailleurs, dans sa première épître à Timothée, il avait déjà dit :

18 Le commandement que je t'adresse, Timothée, mon enfant, selon les prophéties faites précédemment à ton sujet, c'est que, d'après elles, tu combattes le bon combat, 19 en gardant la foi et une bonne conscience. Cette conscience, quelques-uns l'ont perdue, et ils ont fait naufrage par rapport à la foi.

Introduction

Bref, l'introduction de ma pensée (puisque j'ai commencé par la conclusion) est celle de Paul au jeune Timothée :  

12 Combats le bon combat de la foi, saisis la vie éternelle, à laquelle tu as été appelé, et pour laquelle tu as fait une belle confession en présence d'un grand nombre de témoins.
Photo de Jonathan Bersot
Pasteur, Doyen de l'Institut Biblique du Québec

18 commentaires

Faites partie des 1 500 visionnaires
Pub Publicité