Vivre dans les hauteurs

Un texte de Jean Bosco Kindomba

Le conformisme est un frein à la nécessité d'aller de l'avant. Acceptons parfois de souffrir et d'être marginalisé parce que nous voyons différemment les choses que tout le monde. Cela nécessite d'être vrai aigle pour accepter de rester seul dans la solitude.

L'aigle  est le seul oiseau qui ne vole pas en troupe.

Si nous voulons joindre les oeuvres à notre foi, nous devrions accepter de développer l'habitude de rester seul. Ne soyons pas de ceux dont la force ne dépend que de la chaleur des autres. Celui qui refuse de développer cette bonne habitude ne saura aller loin avec Dieu. Plusieurs sont de ceux qui se laissent emporter par des influences, négligeant le fait même que leur destinée a une direction qui lui soit propre.

La Bible nous parle de tous ses grands personnages qui sont passés par des moments de solitude. Paul, converti, était rejeté par tout le monde c'est-à-dire par les chrétiens et les non croyants. Cela le conduisit au désert d'Arabie où le Seigneur le fit ravir jusqu'au troisième  ciel. Tant d'autres ont vécu le rejet : Joseph, Moïse, David, Elie, Daniel, etc.

Même seul, apprenons à rester fidèle à nos convictions, à l'instar de trois amis de Daniel que Dieu délivra de la fournaise ardente de feu, Jésus-Christ aussi avait l'habitude de rester seul devant son Père comme il le fit à Golgotha.

Le conformisme est un frein à la nécessité d'aller de l'avant. Acceptons parfois de souffrir et d'être marginalisé parce que nous voyons différemment les choses que tout le monde voit. Cela nécessite d'être un vrai aigle pour accepter de rester seul dans la solitude.

Etre seul ne signifie pas être solitaire, parce que qu'à l'opposé, il y a des personnes qui se sentent seules alors qu'elles sont entourées des gens. Le prophète Elie était seul mais avec Dieu et ensemble, ils formaient la majorité.

L'aigle à une vision microscopique et télescopique c'est-à-dire qu'il perçoit des petites choses à partir de très loin. Il voit sept fois plus claire que l'homme. Quand il regarde, il est concentré sur sa cible et rien ne perturbe sa vision.

Le succès dans la vie n'est pas un accident ni le fruit du hasard. Il exige d'observer les principes et de s'appliquer au travail. Par la perspicacité de sa vision, l'aigle voit le poisson sous l'eau.

Il est bien nécessaire d'avoir une vision dans la vie. Le Seigneur Jésus avait dit au jeune homme riche : « il te manque une chose » (Marc 10 :21). L'apôtre Paul disait : « je fais une chose » (Philippiens 3 :13), etc. Il faut savoir faire la bonne chose. Ainsi, pour guérir tous les malades du monde, Jésus-Christ ne les a pas visités l'un après l'autre mais il est allé, une seul fois à la croix mourir pour eux tous.

Même si nous pouvons faire beaucoup de choses, ayons des choses sur lesquelles nous concentrons prioritairement notre attention. Rappelons-nous de Jephté qui, quoi que né d'une femme prostituée, a été puissamment utilisé par le Seigneur grâce à sa force physique. C'est qui compte, ce n'est pas comment vous commencez mais focalisé sa vision sur sa force physique jusqu'à en devenir roi.

Dans la Bible, on voit Jésus appeler le monde, « la grande moisson ». Cela nous montre que sa vision du monde était bien différente de celle des autres qui n'en voyaient que le mal, le péché et les crimes. Le monde est subdivisé en plusieurs autres sous-mondes ou domaines :

Le monde économique, scientifique, culturel, militaire, sportif, etc. dans tous ces domaines, les chrétiens doivent exceller dans leur travail et  leur résultat. Le succès et la prospérité sont des notions qui sont attachées à la mentalité d'une personne. Raison pour laquelle, le christianisme ne doit pas se limiter qu'au niveau des choses spirituelles mais également s'étendre dans tous les domaines de l'existence humaine. Car nous sommes appelés à faire descendre le règne de Dieu sut la terre c'est-à-dire sur ces différents domaines de la vie.

Soyons persévérant dans ce  que nous entreprenons, car notre progrès dépend de ce que nous voyons ou mieux de ce que nous avons comme objectifs.

Balaam était aveuglé par l'argent, alors que son ânesse avait une vision claire de l'ange qui se tenait devant eux avec pour mission de le tuer. Un homme qui a une vision claire de la vie se distingue des autres parce qu'il ne marche pas vaille que vaille, il sait où il va. L'aigle voit sept fois plus loin que la vision de l'homme.

« Apprenez à vous tenir seul et sache focaliser votre force sur un seul objectif », car on le dit souvent : « qui trop embrasse mal étreint ».

Spécialisez-vous dans tout ce que vous entreprenez en élevant votre capacité de lecture du temps et des événements.

53 commentaires

Faites partie des 1 500 visionnaires
Infos Informations
87:26
Les 3 étapes pour sortir de la fosse - Mohammed Sanogo 27 minutes avec le pasteur Mohammed - Culte
28:41
Face à face avec Dieu - Gordon Zamor Instrumental - Atmosphère de prière