Les 26 miracles

par Frank Poulin • Il y a 6 ans

Voici l'histoire d'un magnifique témoignage qui s'est produit en 1957, lors de la vague de guérisons qui s'est manifestée au travers de plusieurs hommes de Dieu sous les grands chapiteaux qui furent montés à travers les États-Unis, dans les années 1950-60. Ce miracle s'est produit sous le ministère d'un homme appelé A. A. Allen (Asa Alonso Allen).

Une dame se présenta avec son fils de 4 ans lors d'une croisade à Birmingham dans l'Alabama. Le garçon était atteint de 26 maladies. Il était sourd, aveugle, muet, n'avait pas d'organes sexuels, ni de pied. Cela faisait une semaine que la dame assistait aux trois réunions qui se déroulaient en journée. Durant les sessions de jour, différents hommes de Dieu prêchaient des messages de foi pour encourager la foi des malades, pour les pousser à croire et à s'attendre à recevoir leur miracle. La réunion du soir était dédiée aux miracles et à l'imposition des mains par A. A. Allen.

Comme mentionné, cela faisait une semaine que la dame assistait aux trois réunions. Elle avait rempli la petite carte que les gens devaient compléter s'ils voulaient recevoir la prière. Les gens décrivaient ce qu'ils avaient comme maladie. Ils précisaient leur nom, leur âge, la ville d'où ils venaient, etc.

Après que la semaine fut passée, la dame n'avait plus que 20 dollars avec elle. Elle alla voir le bras droit du frère Allen, le prédicateur R. W. Schambach. Elle lui expliqua son problème et lui dit qu'elle avait dépensé le peu d'argent qu'elle avait pour l'hébergement, la nourriture et les offrandes durant la semaine. Le frère Schambach dit à la dame : « Madame, je peux pas m'excuser à la place du St-Esprit. Si votre fils n'a pas été appelé jusqu'à présent, ce n'est pas de notre faute. Le frère Allen se laisse diriger par le St-Esprit et si votre fils ne s'est pas encore fait appeler pour la prière, c'est ainsi ! MAIS, il y a une chose que je peux faire. Si après la réunion de ce soir, qui est la dernière, votre fils ne s'est toujours pas fait appeler, je vais le conduire moi-même auprès du frère Allen pour qu'il lui impose les mains. »

La réunion du soir arriva et les gens étaient dans l'expectative. Les hôpitaux apportaient les cas graves de cancer et d'autres maladies incurables. Le frère Allen se présenta sur la scène et dit :

- « Vite vite, nous allons recevoir une offrande de foi ce soir. »

Le frère Schambach se dit en lui même :
- « une offrande de foi ? Mais qu'est-ce que c'est ? »

Allen n'avait jamais utilisé un terme ou un langage comme celui-ci.

Allen dit :
- « Oui, une offrande de foi ! Vous allez donner à Dieu ce que vous ne pouvez pas vous permettre de donner et vous aller vous attendre à ce que Dieu agisse dans votre circonstance. Si vous avez les moyens de vous permettre l'offrande que vous allez donner, alors la foi ne vous est pas nécessaire ! »

Allen s'avança et avait lui-même les paniers à offrande dans les mains. L'auditorium était rempli de gens à sa pleine capacité. 3000 personnes assistaient à la réunion.

Du haut de l'estrade, Schambach aperçut une personne assise quasiment au fond. Elle fit un bond en se levant et lança son enfant dans les bras d'une dame à côté d'elle. C'était la dame qui attendait son miracle. Elle fut la première à courir dans l'allée. Le frère Schambach avait tellement envie de voir ce que la dame allait donner qu'il s'approcha et vit le billet de 20 dollars. Il fut tellement ému par la foi de cette dame qu'il alla se cacher derrière les rideaux en pleurant et dit à Dieu : « Ô Dieu, c'est moi qui prêche la foi mais je sais même pas si j'aurais eu le courage de cette dame. Que ma foi grandisse ! »

La réunion commença et après environ 15 minutes, le frère Allen eut une vision - ce qui était courant dans son ministère - et dit :

« Ohhh, j'ai une vision. Je vois un grand building blanc et je me trouve maintenant à l'intérieur. Il n'y a aucun doute sur l'endroit où je me situe car depuis mon emplacement, j'entends tellement de bébés pleurer que je suis certainement sur l'étage de maternité d'un hôpital. Là, je vois 12 médecins autour d'un tout petit bébé. Ils discutent ensemble et l'un d'entre eux dit : « Ce bébé a 7, 12, 18, 21...mmmmmm…, 26 maladies graves. Il ne verra pas son premier anniversaire, ça c'est sûr ! » Maintenant, je vois que le médecin avait tort car je vois une maman qui fait la valise d'un jeune garçon de 4 ans et je vois cette dame avec une amie. Vous avez une veille auto Ford. Je vois maintenant que ce même véhicule est entré ici, sur le parking de la croisade. Maintenant madame, je ne sais pas où vous êtes mais avancez-vous car Dieu veut vous donner 26 miracles ce soir !»

Oh, quelle joie cette dame avait en courant avec son fils vers l'avant ! Le frère Allen prit le garçon dans ses mains et commença à faire des aller-retour sur l'estrade. Il dit à tout le monde de fermer les yeux et de prier avec lui. Il commença à maudire les maladies qu'avaient cet enfant et le frère Schambach suivait pas à pas, à ses côtés. Schambach s'était dit :

- « Moi je ne ferme pas les yeux ce soir ! Cela fait toute la semaine que j'attends ce miracle et je veux le voir ! »

Le jeune garçon avait la langue constamment sortie de sa bouche et qui pendait sur son menton. Ses jambes et ses bras étaient crispés. Comme un foetus, ses coudes étaient repliés sur ses côtes et ses genoux appuyaient sur son ventre.

La première chose qui se produisit est que sa langue rentra dans sa bouche. La foule se leva et commença à louer Dieu. Ses yeux s'ouvrirent. Une couleur commença à se former sur l'iris et sa vision vint immédiatement. Ses bras et ses jambes commencèrent à s'étirer et craquer fortement car les os reprenaient leur place. Pour terminer, Dieu créa deux beaux pieds pour cet enfant. Les gens dans la foule commençaient à s'écrouler sous la puissance de Dieu sans que personne ne les touche.


La présence de Dieu était si forte que les gens dans la foule commençaient à s'avancer car leurs oreilles étaient guéries. Les aveugles voyaient et s'avançaient pour déposer leur canne à l'avant comme preuve de leur guérison. Le frère Allan se tourna vers la section des chaises roulantes et commanda à ce que tous les paralytiques se lèvent. Chaque handicapé fut guéri en un instant. Tous les gens dans les chaises roulantes se levèrent, sans exception. Les gens sur les civières commencèrent à se lever et la gloire de Dieu se manifesta grandement dans ce lieu.

Cette histoire me rappelle l'histoire d'Abraham et de Sara. Tout dans le naturel était contre eux en ce qui concernait le fait d'avoir l'enfant de la promesse : Isaac. Mais il est écrit :

16 C'est pourquoi les héritiers le sont par la foi, pour que ce soit par grâce, afin que la promesse soit assurée à toute la postérité, non seulement à celle qui est sous la loi, mais aussi à celle qui a la foi d'Abraham, notre père à tous, 17 selon qu'il est écrit : Je t'ai établi père d'un grand nombre de nations. Il est notre père devant celui auquel il a cru, Dieu, qui donne la vie aux morts, et qui appelle les choses qui ne sont point comme si elles étaient. Lire la suite

Abraham crut. Regardez bien ce qui est écrit au verset 18 :

18 Espérant contre toute espérance, il crut, en sorte qu'il devint père d'un grand nombre de nations, selon ce qui lui avait été dit : Telle sera ta postérité.

Cette dame a cru que Dieu était tout puissant et que ce qu'il dit il peut certainement l'accomplir ! Dans la situation ou vous vous trouvez n'ayez pas peur de croire.
Jésus dit lui même aux disciples :

22 Jésus prit la parole, et leur dit : Ayez foi en Dieu.

Ayons foi en Dieu et n'oublions surtout pas que Dieu est le même hier, aujourd'hui et éternellement. Ce qu'il a fait ce soir là pour cette dame et son fils nous prouve encore une fois que rien n'est impossible à celui qui croit.

Soyons transformés dans nos mentalités et écartons l'incrédulité de nos vies. Croyons en Dieu, ayons foi en lui et voyons de grandes choses s'accomplir ensemble !

Photo de Frank Poulin
Évangéliste
Faites partie des 1 500 visionnaires
Infos Informations
18:59
Bonté et bienveillance Va dans ta chambre