Dieu n'ajoute pas...il multiplie

par Audrey Mack • Il y a 5 ans

Je voudrais vous dire aujourd'hui que Dieu ne veut pas vous ajouter des choses, il veut multiplier, il veut que votre coupe déborde.

Je me rappelle quand j'étais plus jeune et que je devais aller en mission pour vivre en Inde. J'avais donné mes habits occidentaux, mais Dieu m'a parlé et m'a dit : « Je ne veux plus que tu partes en Inde, je veux que tu restes ici. » Alors je n'avais plus d'habits, mais il me restait un manteau en cachemire noir qui était ma petite pierre précieuse, mon petit bijou que j'aimais tellement. Et Dieu a eu le toupet de me demander de donner mon manteau à quelqu'un ! Il voulait que je donne mon beau manteau à quelqu'un.

Mais je me suis aperçue que Dieu ne me l'a pas demandé parce qu'il ne voulait pas que j'aie un beau manteau, mais parce qu'il cherchait à me bénir. Il voulait que je sème quelque chose afin qu'il puisse non seulement me rajouter des habits, mais me les multiplier. Une semaine plus tard, une personne est venue me voir en me disant : « Audrey, je sais que tu vas aller en école biblique, tu vas avoir besoin d'habits. Viens, je voudrais t'acheter toute une garde-robe. » Vous voyez, j'ai semé un manteau et Dieu a multiplié avec toute une garde-robe.

Un principe biblique

Vous vous rappelez ce petit garçon qui avait un petit déjeuner, deux poissons et cinq petits pains d'orge, et il les a donné aux disciples. Jésus a pris ces pains et ces poissons et les a multipliés pour nourrir une foule de plus de 5000 personnes. Et ensuite Jésus a dit : « Ne perdez rien, ramassez tous les morceaux. » Et ils ont récupéré douze paniers pleins de pains et de poissons.

Je vous pose la question : En fin de compte, qui est-ce qui a pris ces douze paniers pour rentrer à la maison ? Je suis persuadée que c'est ce petit garçon. Car vous savez, ces petits pains et ces petits poissons, les disciples ne les lui ont pas arrachés de force. Ça veut dire que ce petit garçon a volontairement donné son petit déjeuner, ses petits pains et ses petits poissons et Dieu a multiplié.

Très souvent, quand Dieu nous demande de semer quelque chose, de donner quelque chose, c'est parce qu'il veut nous multiplier. Mais très souvent, on le limite.

On voit, par exemple, qu'une fois Pierre a limité Jésus. Jésus lui a dit : « J'ai besoin d'emprunter ton bateau, ta barque. » Jésus est monté dans la barque et après qu'il l'aie utilisée pour prêcher, il a dit à Pierre : « Pierre, jette tes filets ! »

3 Il monta dans l'une de ces barques, qui était à Simon, et il le pria de s'éloigner un peu de terre. Puis il s'assit, et de la barque il enseignait la foule. 4 Lorsqu'il eut cessé de parler, il dit à Simon : Avance en pleine eau, et jetez vos filets pour pêcher. Lire la suite

Pourquoi est-ce que Pierre s'est repenti ? Parce qu'il s'est aperçu qu'il n'avait pas cru la parole de Jésus. Jésus lui avais demandé de jeter les filets, mais Pierre n'en a jeté qu'un inutilisé habituellement ! Mais quand le filet a été rempli, il a commencé à se rompre. Pourquoi ? Parce que c'était un vieux filet qui traînait et que Pierre avait pris car il n'avait pas cru la parole de Jésus. Nous voyons donc que Pierre a limité Jésus. Il a reçu une pêche miraculeuse, mais s'il avait obéi à la parole de Jésus et jeté les filets, il n'aurait pas seulement reçu une pêche miraculeuse, mais une pêche super, super, super miraculeuse !

Ne limitez pas Dieu !

Combien de fois, nous limitons Dieu. Si vous avez 30 euros ou dollars ou autre dans la poche et Dieu vous dit : « J'ai besoin que tu donnes cette somme à quelqu'un. » Vous allez dire : « Non, non, non, je vais donner simplement 10 ! » Vous limitez Dieu. Il va vous bénir, mais vous le limitez ! Au lieu de multiplier, il ne pourra qu'ajouter un petit peu.

Osons enlever les limites de Dieu, osons obéir à sa Parole, lui qui cherche à nous bénir, à nous rajouter ce dont nous avons besoin et à nous multiplier !

Quelle belle parole ! Nous savons que Dieu est bon, qu'il nous aime et qu'il désire que tous nos besoins soient pourvus. Il ne veut pas seulement ajouter, mais il veut que notre coupe déborde. Pourquoi ? Parce que quand notre coupe déborde, c'est alors qu'on peut déborder sur les autres, les bénir et être une source de bénédictions pour les gens qui nous entourent.

Photo de Audrey Mack
Enseignante et missionnaire
Faites partie des 1 500 visionnaires
Infos Informations
18:59
Bonté et bienveillance Va dans ta chambre