Je sais qu'un jour, mes yeux le verront !

par Anne Bersot • Il y a 2 mois

Dans mes jeunes années de vie chrétienne, la préoccupation de mon éternité ne m'avait pas effleurée. J'apprenais à côtoyer Jésus, mon Sauveur, dans ma vie de tous les jours. J'y voyais un puissant soutien, un appui de chaque jour et dans toutes situations. Je priais pour mes besoins et il répondait. Il me donnait sa joie, sa paix et son conseil. Mais ce qui se passerait plus tard, dans l'éternité, ne me concernait guère. J'imagine que c'était ma jeunesse qui rendait l'éternité si lointaine et floue...

C'est quand j'ai commencé à côtoyer des personnes en fin de vie, dont l'horizon n'était que l'éternité auprès de Dieu, que j'ai pris conscience de la puissante espérance que Jésus avait mise devant nous.

Lorsqu'il s'est donné à la croix, il n'a pas payé pour que notre vie sur terre soit meilleure (même s'il est vrai qu'elle est rendue beaucoup plus douce par sa présence). Lorsqu'il s'est sacrifié à la croix, c'est pour nous racheter et nous arracher aux griffes de la mort. Il a effacé l'acte qui nous condamnait :

13 Vous qui étiez morts par vos offenses et par l'incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses; 14 il a effacé l'acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l'a détruit en le clouant à la croix;
24 En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m'a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie.

L'enjeu véritable de notre salut

L'enjeu de notre salut, ce n'est donc pas (seulement) une vie meilleure ici-bas, c'est surtout la vie éternelle : une éternité de paix et de joie, où nous serons soustraits au fardeau de nos fautes et de nos péchés, car nous serons accueillis en présence de notre Sauveur.

L'auteur de l'épître aux Hébreux nous dit même que cette espérance est une ancre solide et sûre, qui nous maintient en place même dans les plus fortes tempêtes.

19 Cette espérance, nous la possédons comme une ancre de l'âme, sûre et solide; elle pénètre au delà du voile,

Elle est notre moteur, notre horizon qui nous fait regarder les choses de ce siècle comme négligeables.

L'apôtre Paul nous parle de la richesse de la gloire qui s'attache à son appel : la gloire céleste qui nous attend. Plus de pleurs, plus de larmes, un état de félicité dans la paix de Dieu.

Paul, dans Éphésiens 1:15-23, prie pour les chrétiens d'Éphèse en leur disant :

15 C'est pourquoi moi aussi, ayant entendu parler de votre foi au Seigneur Jésus et de votre charité pour tous les saints, 16 je ne cesse de rendre grâces pour vous, faisant mention de vous dans mes prières, Lire la suite

Quand il parle des “saints”, il parle de tous ceux qui ont été mis à part pour lui en acceptant Christ comme leur Sauveur personnel. Il parle donc de nous ! Nous avons un héritage glorieux qui dépasse l'entendement. Alors, que cette espérance reste en tout temps dans nos coeurs, comme cette “ancre solide et sûre” dont parle Hébreux 6:19 !

Un héritage glorieux

On n'en parle pas souvent, mais une multitude de chrétiens ont pu témoigner de la beauté et de la félicité qu'ils ont goûtées dans des expériences de mort imminente. Ils ont vu des choses d'une beauté qui dépasse l'entendement et ont ressenti un amour incommensurable. Même si on n'y attache pas une importance démesurée, ce sont autant de “clins d'oeil” qui nous encouragent à persévérer dans l'attente de notre héritage éternel.

Alors, ne perdons pas de temps à nous plaindre et à gémir. Ayons, dès maintenant, une joie et une paix à la mesure de notre héritage glorieux, sachant ce qui nous attend pour l'éternité, car nous jouissons dès maintenant des “arrhes”: un merveilleux acompte.

Même si la vie n'est pas toujours facile, notre héritage est déjà là ! Sachons donc le goûter et en profiter avec joie et paix !

Je vous laisse avec Romains 15:13 :

13 Que le Dieu de l'espérance vous remplisse de toute joie et de toute paix dans la foi, pour que vous abondiez en espérance, par la puissance du Saint-Esprit !

Et nous pourrons chanter de tout notre coeur ce merveilleux cantique, composé par Albert Brumley en 1929 en anglais “I'll fly away”, qui a été traduit en français :

Quand sur terre s'achèvera ma vie, je m'envolerai

Vers la pure, la céleste patrie, je m'envolerai

Je m'envolerai vers Jésus, je m'envolerai

Laissant derrière toutes mes douleurs, je m'envolerai,

Oubliant mes souffrances et mes peurs, je m'envolerai

Comme l'oiseau prenant son essor, je m'envolerai

Et mon âme se riant de la mort

Je m'envolerai…

Vers Jésus alléluia pour toujours,

Je m'envolerai...

Photo de Anne Bersot
Pasteur

15 commentaires

Faites partie des 1 500 visionnaires
Pub Publicité
29:11
Des prières exaucées - partie 2 - Jean-Marie Ribay La Porte Ouverte Chrétienne Disponible dans 10 h
28:42
La puissance du nom de Jésus - Franck Alexandre Glorieuse destinée Disponible dans 12 h
28:29
Prière, intercession, clameur - partie 6 Centre Chrétien International Disponible dans 15 h